84 – Villars – RandoCool – Les bories – 375e

84 – Villars – RandoCool

Les bories

375e – 20 mai 2019

La carte :

Le programme :

Nous nous retrouverons au hameau des Grands Cléments, sur la commune de Villars.
Nous aurons une douzaines de bories, un enclos, une citerne et un aiguier sur notre itinéraire.

 

Les informations techniques :

  • Longueur : 12 km
  • Altitude Mini : 332 m
  • Altitude Maxi : 799 m
  • Dénivelé cumulé du parcours : 486 m
  • Géocaches : Aucune
  • Waymarks : pas encore

La trace de la RandoCool :

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, un couvre-chef, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Les chiens :

Nos amis à 4 pattes pourrons nous accompagner mais resterons sous la responsabilité exclusive de leur maître

04 – Le Revest du Bion – MiniRandoCool – La boucle de l’étang – 18 mai 2019

04 – Le Revest du Bion – MiniRandoCool – La boucle de l’étang

18 mai 2019

Blason actuel

La carte  :

Le déroulement :

Le groupe de géocacheurs, après l’évent démarre une petite randonnée à la recherche de nombreuses caches, toutes originales depuis le village jusqu’à l’étang … et au delà !

Les informations techniques estimées :

  • Distance : 7,81 km
  • Altitude minimum : 876 m
  • Altitude maximum : 943 m
  • Dénivelé Total : 116 m
  • Géocaches : plein !!!
La carte intéractive avec la trace GPS à télécharger : sur GPSIES

04 – Senez – Une randonnée à Poil !

04 – Senez – Une randonnée à Poil !!

11 mai 2019

(Au hameau de Poil, pas tout nu, voyons !)

La carte de ce qui était prévu :

 

Le déroulement :

Le groupe se retrouva à l’intersection de la D907 et la D17 pour se suivre sur la route de Majastres jusqu’à l’endroit choisi pour le départ de la randonnée.
Nous commençons par un peu de goudron que nous laisserons bien vite pour attaquer la montée vers le gîte du Poil, le gué puis le hameau en ruine du Poil, son église, ses maisons et son rocher qui domine les lieux.
Le temps de monter au Poil, le gros rocher qui domine le hameau abandonnée et une invitée surprise se présente à nous : la pluie.
Associée à son copain le vent qui souffle en rafale depuis la crête, près du Poil … et voila 9 randonneurs qui décident, faute de trouver un abris pour le pique-nique, de faire demi-tout et de retourner aux voitures par le même chemin.
Bon, on a vu le hameau abandonné, on a vu le Poil, y’en a une qui a vue des coquelicots partout, … on a bien rigolé malgré les éléments qui se sont ligués contre nous et on a quand même passé une bonne journée.

Les informations techniques estimées :

  • Distance : 9,3 km
  • Altitude minimum : 1014 m
  • Altitude maximum : 1236 m
  • Dénivelé Total : 360 m
  • Géocaches : 1
La carte intéractive avec la trace GPS à télécharger : sur GPSIES

Les photos :

04 – St Laurent du Verdon – RandoCool –  Les gorges et les lacs – 1er mai 2019 – 373e

04 – St Laurent du Verdon – RandoCool

  Les gorges et les lacs

1er mai 2019

Blason Saint Laurent du Verdon Blason Montpezat

La carte :

Le Résumé :

Le petit groupe se retrouve sur le parking des Aires, devant le château de Saint Laurent pour une journée qui s’annonce chaude.
Avant de quitter le village, nous passons voir la fontaine (c’est en fait un lavoir) restauré tel qu’il devait être à l’époque des lavandières.
Nous prenons maintenant la direction de la chapelle Notre Dame. Nous sommes maintenant au sommet de la randonnée.
Nous continuons par la piste et la quittons bientôt pour un sentier qui nous mène au Verdon.
Un petit arrêt s’impose au premier belvédère et nous allons longer maintenant le Verdon jusqu’au pont qui permet de passer de Saint Laurent du Verdon (Alpes de Haute Provence) à Artignosc sur Verdon (Var) et nous offre la première vue sur le lac d’Artignosc.
Nous nous éloignons un peu du Verdon pour utiliser la route qui nous permet de descendre jusqu’au bord de l’eau.
Nous contournons le lac et juste avant la montée vers Coteau Chiron, nous faisons encore une pause, au bord de l’eau.
Allez hop, c’est la montée, en bordure du Verdon, vers cette colline de Coteau Chiron et nous progressons, de points de vue en point de vue.
Arrivés au bord au lac de Montpezat, nous nous trouvons un coin à l’ombre et au bord de l’eau pour le pique-nique qui s’allonge autant que possible car nous sommes dans la plus belle des salle à manger sur nos petits rochers et les pieds dans l’eau.
Il nous faut repartir et la prochaine étape est Les Angles, où quelques ruines tiennent encore debout plus par habitude que par les lois de la physique.
Sur les manuels, l’indication est de partir à droite pour rejoindre la route à suivre jusqu’au village mais je connais le secteur et je préfère partir à gauche un temps. Nous ne prendrons pas le chemin qui descend vers le lac mais contournerons la propriété d’un malotrus et ses panneaux vulgaire pour rejoindre une large piste. Nous la suivrons vers la droite pour passer devant un mat dressé pour indiquer d’une part la position GPS du lieu mais aussi les distances qui nous séparent de quelques grandes villes du monde (Sydney, Moscou, …).
Nous sommes à vue du village et le rejoignons pour le rituel thé glacé de fin de randonnée avant de nous séparer.

Les informations techniques :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 294 m
  • Altitude Maxi : 476 m
  • Dénivelé total du parcours : 166 m
  • Cache : Une dizaine

Les photos :

La trace :

LogoGpsies

04 – Corbières – RandoCool, Géocaching & Waymarking – Le Gros Chêne – 27 avril 2019 – 372e

04 – Corbières

RandoCool, Géocaching & Waymarking

Le Gros Chêne

27 avril 2019

La carte :

 

 

La description :
Le groupe se retrouve près du terrain de pétanque de Corbières pour la traversée du village vers le torrent.
A la sortie du lotissement, nous passons le gué sur des palettes laissées ici par ceux qui, visiblement, y passent régulièrement.
Nous attaquons maintenant la montée, tranquillement, avec des pauses de temps en temps pour atteindre le sommet de la randonnée, le Gros Chêne, indiqué sur les panneaux de randonnée.
C’est un arbre mort mais il garde toute sa grandeur, tout son panache, à la croisée de chemins.
Un peu de descente, un peu de plat et sur notre belle piste, nous ratons presque, emportés par notre élan, le chemin vers le Jas de Brigitte, une ancienne bergerie en ruine.
Nous reprenons la piste que nous allons suivre maintenant jusqu’au ravin de Bernardine.
Là nous prenons une nouvelle piste en plus mauvais état que nous allons abandonner dans un virage pour prendre un sentier inconnu des cartes IGN, OSM, … mais sans doute utilisés par les animaux.
J’avais prévu, pour 200 m une passage en mode sanglier mais le sentier existe et en le suivant, on arrive à notre but … la superbe plage de rochers où j’avais prévu le pique-nique.
Le groupe se disperse, certains préférant faire des photos quand d’autres préfèrent commencer par manger (y’a des priorités !).
Après une très longue pause et de nombreuses photos prises par les uns et les autres, le groupe se remet en route par un petit sentier en contre-bas de la piste du Trou du Loup.
Nous somme maintenant à la retenue d’eau et à la fontaine.
Nous prenons maintenant le sentier des gorges du torrent de Corbières que nous allons suivre jusqu’à un grand arbre mort qui sert de repère pour descendre au fond du petit vallon et remonter vers l’espace où il y a peu des vignes étaient cultivées.
Nous contournons cette zone où les pieds ont été arrachés et arrivons bientôt à un gué, puis un autre et nous sommes de retour à la civilisation, au goudron et à Corbières.
Nous remontons la rue de l’Arc Couché, la rue des Gabians (où nous étions ce matin) et devant l’église, nous prenons à gauche vers le lavoir et la fontaine du village.
La rue des Ferrages nous ramène bientôt à la salle communale et à nos voitures.

Les informations techniques :

    • Longueur : 11 km
    • Altitude Mini : 279 m
    • Altitude Maxi : 500 m
    • Dénivelé total du parcours : 269 m
    • Géocaches : plusieurs
    • Waymarks : Quelques uns

Les photos d’une randonnée qui partage une partie du parcours
(attention, ce n’est pas la même) :

La trace de la RandoCool :

LogoGpsies

Les photos :

La vue à 360° :

04 – Corbières – RandoCool, Géocaching & Waymarking – Le Trou du loup – 20 avril 2019 – 371e

04 – Corbières

RandoCool, Géocaching & Waymarking

Le Trou du loup

20 avril 2019

La carte :

 

 

Le résumé :
Le petit groupe de 7 randonneur démarre depuis le village pour une randonnée sous une température clémente.
Nous commençons la lente montée vers la chapelle Saint Brice où nous décidons d’une pause pour quelques photos.
Nous prenons maintenant un sentier pour rejoindre la belle piste du Trou du Loup.
Nous profitons de beaux paysages des collines se reboisant après le terrible incendie de 2002 en gagnant peut à peu le Cairn Sud-04 d’où nous avons une très belle vue sur Manosque et Pierrevert. La colline de Costebelle nous cache Sainte-Tulle, pourtant le village le plus proche.
Nous empruntons maintenant un sentier qui nous fait traverser une zone où de très nombreux arbres, morts durant le grand incendie, sont toujours debout car ils n’ont pas eu à subir le vent ayant du mal à s’engouffrer dans ce petit vallon.
Ce sentier bien qu’un peu défoncé par l’eau qui ravine lors pluies, est très agréable car il longe un ruisseau qui est aujourd’hui malheureusement à sec.
Dans la partie basse de ce sentier, nous le quittons pour une dizaine de mètre et pour photographier le Trou du Loup. C’est un piège, un trou d’1 m 50 de profondeur, autant de circonférence, placé sur un sentier oublié. Des piques étaient dressées en son fond et des branchages le recouvraient. Le loup qui attiré, sans doute par un appât, l’approchait tombait dedans et s’y empalait.
Aujourd’hui, les piques et les branchages ont été retirés mais le trou est toujours là.
Nous reprenons le sentier pour gagner la piste toute proche. Nous la suivons un court instant et au premier carrefour, nous prenons vers la droite pour quelques centaines de mètre et gagner un lieu connu de tous les randonneurs pour être un havre de paix idéal pour le pique-nique.
Si, habituellement, je n’y trouve personne, aujourd’hui, deux couples et 5 enfant y sont déjà installés. L’endroit est assez vaste et nous y descendons pour nous installer à quelque distance.
La rivière à cet endroit passe sur une grosse zone rocheuse. L’eau s’est taillée un, voir plusieurs passages, des trous ont été formés, une « piscine » naturelle est également proposée aux randonneurs.
L’endroit est particulièrement agréable et c’est ici que nous déballons nos repas. Après le raps de nombreuses photos du lieu sont prises par notre groupe alors qu’un troisième lots de randonneurs arrivent.
C’est est trop pour les deux couples avec enfant qui désertent le lieu.
Après cette longue pause, nous reprenons la piste qui nous a amenée ici pour rejoindre le carrefour et partir sur la droite pour gagner le petit barrage. Tout près, une fontaine est en, piteux état. C’est bien dommage car je l’ai vue, il y a des années, en eau et son côté rustique (c’est un tronc d’arbre évidé) était plaisant.
Alternant depuis le matin piste et sentier, c’est maintenant l’un de ces derniers que nous empruntons pour, le long des gorges du torrent de Corbières, en direction du village.
Nous décidons d’une nouvelle pause pour les photos au gros rocher qui domine la chute d’eau et reprenons notre chemin jusqu’au grand arbre mort.
Ce dernier ayant rendu l’âme durant ce grand incendie de 2002 est resté longtemps majestueux, dressé dans son coin. Il était pour tous le repère pour quitter le sentier et prendre un passage raide vers le bas du vallon. Malheureusement, aujourd’hui, cet arbre est couché.
Au bas du vallon, nous remontons en longeant un champ qui autrefois était planté de vignes mais de passage en passage, j’ai pu constater d’abord son mauvais état, son abandon évident et aujourd’hui l’arrachage des pieds.
Nous continuons, passons par les deux gués et nous voila revenus à la civilisation par le lotissement récent à proximité du torrent.
Avant de regagner nos voitures nous faisons un petit détour pour la fontaine ronde et le lavoir du village.
Une fois la randonnée finie, il nous reste à partager le thé glacé qui attendait dans la voiture avant de nous séparer.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 287 m
  • Altitude Maxi : 450 m
  • Dénivelé total du parcours : 234 m
  • Géocaches : 5
  • Waymarks : 8

Les photos :

La trace de la RandoCool :

LogoGpsies 

13 – Cabriès – MiniRandoCool – Le vieux moulin – 370e – 5 avril 2019

 

13 – Cabriès – MiniRandoCool – Le vieux moulin

5 avril 2019

 

Le résumé:

Lancée un peu en catastrophe pour occuper une journée de congés, nous sommes 3 à prendre le départ de cette MiniRandoCool d’après-midi.
Bon, ça démarre mal, pour la préparer, j’avais du mal à trouver un endroit pour nous garer et commencer la virée. Les caches peuvent se faire dans n’importe quel ordre (elles en n’ont d’ailleurs pas et sur les 16, il manque la 15).
Je sélectionne comme parking celui de Leroy Merlin à Plan de Campagne, de là, on gagne le rond point d’Action (où là, c’est même pas la peine de chercher une place) et on attaquer par la cache de la pute.
Heu … ben oui, cette cache est placée stratégiquement sur le lieu de travail d’une femme qui monnaie ses charmes. Elle n’est pas encore là mais les capotes et kleenex usagés sont nombreux au sol. On laisse tomber cette cache pour faire les autres sans problème, ni inconvénient majeur sauf pour la dernière à 30 m d’une décharge sauvage.
La randonnée est agréable sauf pour le secteur sud-ouest.

En repassant, la dame attend ses clients dans sa voiture à 2 m des coordonnées de la cache.

La carte :
Données techniques  :
    • Longueur : 6 km
    • Dénivelé cumulé : 75 m
    • Géocaches : 16
    • Waymarks : 1 fait, un autre à suivre

Les photos :

On va oublier les photos !

La vue 3D de l’itinéraire :

Pas  de vue 3D

La trace GPS :

Pas de trace

83 – la Verdière – RandoCool – Le puits du Suy – 368e

83 – la Verdière – RandoCool

Le puits du Suy

368e – 30 mars 2019

 

Blason

La carte :

Le programme :

Nous nous retrouverons sur la route départementale 30 entre la Verdière et Montmeyan. (Sur la droite où on va se garer, deux larges pistes. Sur la gauche, une piste et une citerne)
Nous partirons plein sur pour une première géocache.
Nous continuerons par la piste et pour la seconde, nous emprunterons un thalweg. Arrivés à un sentier, plus bas, nous serons sur la commune de Tavernes.
Nous passerons l’Estourié et aurons une petite partie de route (pas très fréquenté, le coin est paumé).
Nous gagnerons le Puy du Suy, une des nombreuses sources d’eau qui permettaient d’exploiter ces terres calcaires arides.
Nous nous dirigeons alors plein ouest pour gagner la Blanquette puis au nord-ouest et récupérer la piste qui nous ramènera aux voitures.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 452 m
  • Altitude Maxi : 574 m
  • Dénivelé cumulé du parcours : 247 m
  • Géocaches : 2
  • Waymarks : pas encore

La trace de la RandoCool :

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, un couvre-chef, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Les chiens :

Nos amis à 4 pattes pourrons nous accompagner mais resterons sous la responsabilité exclusive de leur maître

84 – Flassan – RandoCool – Entre Luberon et Mont Ventoux

84 – Flassan – RandoCool
Entre Luberon et Mont Ventoux
23 mars 2019 

Blason ville fr Flassan (Vaucluse)

La carte :

Le programme :

C’est par une très belle journée que 6 randonneurs (un seul géocacheur et 5 moldus qui ont l’habitude de chercher averc moi) se retrouvent pour une sortie entre Luberon et Mont Ventoux, à Flassan.
Aujourd’hui nous aurons 16 géocaches sur notre itinéraire. Nous pourrons voir et photographier de très nombreuses constructions en pierres sèches, boris ou maisons en ruine. Nous verrons des constructions isolées ou en groupes mais des pierres, encore des pierres.
Le départ, sur une piste, est rapidement l’objet de la première qui est très vite trouvée.
Nous attaquons la descente, tranquillement et arrivons sur le lieu de la seconde où nous cherchons en vain. Nous poursuivons notre circuit et abordons bientôt, toujours sur une piste, la montée de la Tête de Jeannot, une colline qui culmine à 902 m.
Chemin faisant, nous trouvons encore quelques caches et une borne IGN très bien camouflée qui nous donne du mal.
Nous attaquons la redescente de la Tête de Jeannot et rejoignons une très large piste, preste une autoroute … mais qui monte, monte pour gagner le Defens, une autre colline, qui elle, culmine à 889 m. Au passage on fait un DNF sur une géocache qui semble avoir disparue.
La descente est très sympas, sur un sentier un peu rocailleux avec au passage une géocache originale.
Quand la descente s’accentue, nous ratons presque l’arrêt pour une nouvelle géocache que nous cherchons en vain. Il est plus de midi et nous avons faim, nous en profitons pour faire la pause pique-nique.
Après m’être restauré, je cherche encore aux coordonnées, en vain. Daniel viens m’aider mais en élargissant bien plus et trouve la géocache récalcitrante à 8 m des coordonnées alors que l’indice collait très bien à l’endroit où je cherchais. La boite aurait-elle été déplacée ? Au retour, la photo spoiler monte le bon endroit … et les mauvaises coordonnées.
Nous repartons et trouvons encore une géocache auprès d’un arbre majestueux.
Plus bas, nous sommes surpris de trouver un rond-point (sans ses gilets jaunes) au milieu de l’intersection de plusieurs pistes, sentiers, …
Nous prenons la bonne direction et manquons presque de manquer le petit sentier qui descend encore (va falloir remonter tout ce qu’on descend, non ?).
Pour la géocache suivante, il faut suivre scrupuleusement l’indice, sans chercher à l’interpréter et si Daniel n’avait pas mis la main dessus, soit nous chercherions encore, soit nous aurions abandonné !
Nous continuons en bordure une route à l’abandon. Elle est goudronnée mais la dernière voiture à y être passée ne doit pas être toute jeune vue son état.
La bergerie, surprenante avec son gros rocher abritant le troupeau est l’objet d’une nouvelle géocache, très vite trouvée.
Nous continuons sur la route abandonnée et arrivons bientôt au départ d’une nouvelle large, très large piste, donc sans arbre, et il fait chaud. On se donne de l’élan en trouvant la boite du départ de la montée et il nous faut maintenant, avec le Mont Ventoux dans l’axe, monter, monter à nouveau tout ce que nous avons descendu après le repas.
Il fait chaud et la pause pour une nouvelle (et oui, y’en a 16 quand même) géocache nous fait du bien car elle est à l’ombre. Elle est à 4 m des coordonnées mais elle est à l’ombre !
Nous continuons et prenons un sentier … qui descend pour en attraper un autre qui lui … remonte vers la 17e cache qui elle a disparue aujourd’hui. On cherche quand même, pour le fun, mais rien de rien aux coordonnées et avec l’indice.
La 17e avec un indice foireux reste introuvable et comme nous avons noté que les coordonnées ne sont pas des plus précises, tout au long de la journée, qu’il fait très chaud et que cette cache est en plein cagnard … ben on cherche pas trop, juste 5 minutes avant de déclarer forfait.
Bientôt nous arrivons à un croisement que nous connaissons pour l’avoir emprunté entre la seconde et la troisième cache et qui nous avait mené vers la Tête de Jeannot.
Ce coup-ci on reste tout droit pour retourner aux voitures et arrivons bientôt sur les lieux de la seconde cache de la journée. On cherche un peu mais l’indice inutilisable et du verre cassé sur les lieux ne nous incitent pas à continuer à chercher et comme le matin, on passe la main.
La fin de la randonnée pour regagner les voitures est une formalité et nous sommes bientôt devant un thé glacé qui nous attendait depuis le matin dans le coffre de ma voiture.
Globalement, nous avons pris beaucoup de plaisir à faire ce circuit mais à condition de ne pas chercher les géocaches. Les moldus, à l’exception de Daniel n’ont pas trop insisté en voyant que les coordonnées étaient généralement foireuses et les indices inutilisables, sauf à quelques exceptions (celles dans les arbres !)
Je pense qu’il serait plus agréable d’avoir 5 ou 6 caches seulement mais fiables que 16 (17 à l’origine) à l’abandon.

Les informations techniques :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude Mini : 690 m
  • Altitude Maxi : 904 m
  • Dénivelé total du parcours : 320 m
  • Géocaches : 17
  • Waymarks : ???

La trace de la RandoCool :

Les photos :


Vidéo du parcours en 3D :

Retour en haut ↑