04 – Saint Laurent du Verdon – MiniRandoCool – Géocaching Coteau Chiron

04 – Saint Laurent du Verdon

MiniRandoCool – Géocaching

Coteau Chiron

11 novembre 2017

Blason Saint Laurent du Verdon

La carte (cliquez pour la voir en grand) :

Le déroulement :

Le départ est retardé car il nous manque 4 randonneurs puis nous démarrons sans eux. La première partie, sur du plat, se passe sans problème et nous apprenons la distance qui nous sépare Auckland, Moscou, New-York, …

Après … ben ça se gâte un peu car les cartes IGN nous disent qu’il y a un sentier qui descend vers le lac d’Artignosc mais lors de notre passage, nous avons constaté que s’il existe bien, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il n’est pas particulièrement fréquenté et c’est un peu en mode sanglier que nous l’avons passé (partie rouge au sud-est de la carte).

Arrivé au lac nous sommes rejoint par les 4 absents du départ.

Le contournement se fait sans problème et nous faisons une longue pause après le remplacement de la géocache disparue. La montée des gorges par un petit 24° se fait avec plus de facilité que l’été par 30° minimum et nous arrêtons quelques fois pour profiter de superbes points de vue. La redescente vers le lac de Montpezat se fait tranquillement et nous nous accordons encore une longue pause pour faire des photos.

J’en profite, le lac étant très bas, pour marcher à l’endroit où, d’habitude, on se baigne.

Après le changement de la cache toute proche, nous prenons la piste qui nous mène à Angles et ses ruines puis vers la route que nous allons suivre jusqu’au retour aux voitures.

Les informations techniques :

  • Longueur : 6,5 km
  • Altitude Mini : 405 m
  • Altitude Maxi : 478 m
  • Dénivelé 130 m
  • Géocache : 6

La carte interactive sur GPSIES :

LogoGpsies

Les photos : 

Publicités

04 – Les Mées – MiniRandoCool & Géocaching – Les pénitents … par le tunnel

04 – Les Mées – MiniRandoCool & Géocaching
Les pénitents … par le tunnel

4 novembre 2017

 

 

Le déroulement : 

Nous partirons du camping pour gagner la chapelle St Roch pour une MiniRandoCool qui passe par le tout nouvel itinéraire de crête des Pénitents.
Après la descente, nous suivrons le bas des Pénitents et reviendrons par le tunnel qui passe SOUS les Pénitents.

Merci de lire : 

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), une lampe de poche ou frontale, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Les Pénitents  : 

Une formation géologique très particulière, nommée les Pénitents, est un site classé depuis 1941. Elle occupe 27 hectares. Ce nom provient de la forme d’une masse de poudingue très découpée, à côté du village, qui évoque un groupe de moines coiffés de capuches pointues. Bien que la façade des Pénitents évoque des formes rocheuses plus ou moins coniques, il s’agit d’un ensemble de crêtes et de minuscules canyons, s’interrompant simultanément sur un plan vertical. Cette formation s’étire sur 2,5 km, et l’abrupt le plus haut atteint 114 mètres. Celle-ci est le résultat de l’érosion sur le substrat rocheux, qui possède des irrégularités de cohésion, et conduit donc à des zones proéminentes et à d’autres surcreusées. Ce substrat est la « formation de Valensole », conglomérat formé par une accumulation de débris subalpins au cours de la fin du Miocène et du Pliocène, épais de plusieurs centaines de mètres.

On les appelle les Pénitents des Mées en raison de leur silhouette ; d’après la légende, ils représentent les moines de la Montagne de Lure qui ont été pétrifiés (au sens propre) par saint Donat au temps des invasions sarrasines pour s’être épris de belles jeunes femmes mauresques qu’un seigneur avait ramenées d’une croisade.

Un seul sentier permet de traverser cette barre rocheuse. Il rejoint les crêtes en partant du village et longe par le haut cet ensemble, puis le traverse à une extrémité, et le longe par le pied. Les autres canyons sont d’accès difficile et très dangereux à cause des chutes de pierres fréquentes. La pratique de l’escalade n’y est pas possible, la roche n’ayant pas la cohésion appropriée.

On trouve, dans cette masse rocheuse sculptée deux grottes d’accès facile (la grotte des Loups et la grotte du Magicien), ainsi qu’une cavité à l’accès extrêmement difficile, dans laquelle se trouve deux poutres entrecroisées (la Croix).

L’âge de cette mystérieuse Croix a été déterminé en décembre 2014 par analyse du carbone 14 : en incluant la mesure de l’incertitude lors de l’analyse, le bois a été coupé à une période entre la fin du VIIIe et le début du xe siècle, ce qui en fait un des très rares témoignages archéologiques de cette période troublée en Provence. Vu le petit diamètre des troncs utilisés et le faible nombre de trous causés par les insectes, c’est aussi l’âge à laquelle la Croix a été installée. Grâce au contexte historique ainsi précisé, les raisons et moyens mis en œuvre pour son installation ont fait l’objet de nouvelles hypothèses communiquées en août 2015.

En outre, il a été observé dans ce labyrinthe rocheux des marques d’installations anciennes dans un endroit stratégique (entailles dans la roche pour installer des poutres), mais ces vestiges ne sont pas datables.

Au xviiie siècle, une galerie de 200 m est creusée au travers de la barre rocheuse afin de s’affranchir des eaux de ruissèlement qui dévastaient le village lors des orages, sous le mandat du maire Benoît Salvator.

La chapelle Saint-Roch est construite à quelques mètres de la base de la masse rocheuse, au-dessus du village. Son origine remonte au moins au xie siècle, elle a été largement modifiée ensuite.

 

84 – Beaumont de Pertuis – MiniRandoCool – L’Aillade

84 – Beaumont de Pertuis – MiniRandoCool – L’Aillade

1er novembre 2017

Blason ville fr Beaumont-de-Pertuis (Vaucluse)

La carte (cliquez pour la voir en grand) :

 

Le résumé :
Nous ne sommes que 2 pour cette randonnée.
La température est agréable, on est en chemisette, l’itinéraire est assez court, c’est dont une sortie idéale en novembre.
On commence par longer des vignes avant de traverser un ravin (on descend et on remonte) puis on suit une piste défoncée jsuqu’à rejoindre la route que l’on va suivre un peu.
On la quitte pour contourner la colline et revenir aux voitures en profitant de cette très belle journée.

Les informations techniques  :

  • Longueur estimée : 5 km
  • Altitude Mini : 297 m
  • Altitude Maxi : 426 m
  • Dénivelé total du parcours : 129 m
  • Géocache : ???

04 – L’Escale – MiniRandoCool

04 – L’Escale – MiniRandoCool

Vers Malijai

28 octobre 2017

Blason L Escale

La carte (cliquez pour la voir en grand) :

 

Le déroulement :

Nous partirons du cimetière Saint Pierre de l’Escale pour gagner Malijai par le canal.
Après un petit tour dans Malijai, nous reprendrons le même chemin pour le retour.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 9 km
  • Altitude Mini : 426 m
  • Altitude Maxi : 444 m
  • Dénivelé total du parcours : 59 m
  • Géocache : 16 !

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

84 – Grambois – RandoCool – Les Templiers

22 octobre 2017

Blason Grambois

La carte interactive (trace GPS à télécharger) :

LogoGpsies
 

Le déroulement :
Le départ se fait tranquillement dans un endroit agréable qui alterne le soleil et l’ombre sur une piste en mauvais état mais qu’importe.
Rapidement nous sommes au gué qui marque l’endroit le plus bas de la randonnée et nous attaquons tranquillement la montée vers le château des Templiers.
Juste avant de l’atteindre, nous croisons un chasseur sans son fusil (il a quand même sa ceinture de cartouches) avec lequel nous discutons un moment et lui montrer notre carte (en randonnée, il faut TOUJOURS aller vers les chasseurs et les informer de l’itinéraire prévu afin d’éviter les accidents !).
Après la visite des vestiges du château (attention, il faut faire attention où on pose les pieds, on risque de passer à travers) nous redescendons pour nous diriger vers la colline de Coste Longue.
Nous longeons cette colline étirée d’est en ouest avant d’arriver au chemin qui permet d’y accéder.
En arrivant en haut, un arbre est abattu et ses branches forment un obstacle que certains contournent mais que d’autres veulent à tout pris gravir, traverser …
Sur la crête, nous allons progresser en file indienne tant qu’il y a un sentier. Quand celui-ci disparaît nous nous arrêtons à ce que sur la carte j’ai appelé « le camp de base » où nous nous installons pour le pique-nique.
Après nous être restaurés, deux options s’offrent : faire la sieste ou reprendre la crête pour gagner le sommet de la colline Coste Longue et sa borne IGN, histoire de créer le waymark. Visiblement, beaucoup préfèrent la sieste et ce n’est qu’un petit détachement du groupe qui passe en mode sanglier pour gagner ce sommet.
Sur place, nous trouvons rapidement le pilier de béton monté par l’IGN et les plus aguerris en profitent pour l’escalader histoire d’être plus haut que le sommet !
Après quelques photos, nous redescendons pour regagner les siesteurs !
Une fois le groupe bien restauré, revigoré et prêt nous reprenons le sentier qui nous ramène au pied de la colline où nous prenons vers l’ouest pour regagner la route D33.
Avant d’y arriver nous passons à proximité d’une bergerie abandonnée et bifurquons peu après pour prendre un sentier qui longe la route et nous ramène aux voitures.
Après le rituel thé de fin de randonnée, les plus courageux décident d’aller visiter le village de Grambois avant de se quitter.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 448 m
  • Altitude Maxi : 618 m
  • Dénivelé total du parcours : 269 m
  • Géocache : 1 seule

83 – Cotignac – RandoCool – Notre Dame des Grâces

14 octobre 2017

 Blason ville fr Cotignac II (83)

La carte :

 

Le résumé :
Le petit groupe (au début) se retrouve près de la source miraculeuse de Saint Martin avant d’attaque cette randonnée.
La météo ayant prédit un beau soleil, c’est donc un ciel complètement couvert qui nous voit partir.
La première des 18 géocaches du jour ne nous pose pas de problème et nous les aurons toutes, un peu grâce à Noël, le moldu en grande forme.
Nous cheminons tranquillement vers Notre Dame de Grâce où nous arrivons pendant la messe.
Après quelques photos, le groupe décide de profiter de la terrasse ombragée, des tables et chaises à disposition des pélerins et nous entamons notre repas.
Et c’est là que si nous partîmes une douzaine, par un prompt remfort, nous nous vîmes une bonne centaine avant le Roquefort.
Bon ok, un prêtre a béni notre repas (véridique !)
Mais qui leur a dit qu’à la fin des pique-niques de rando, je sors le rhum maison ? Et puis sur la centaine de pélerins, y’avait quand même une majorité de moins de 12 ans quand même !
Bon, après les chants, le brouhaha et quelques emplêtes auprès des marchands du temple, et des photos de l’église vide, le groupe repart vers plus de tranquilité.
Pour une fois que je trouve, pile au moment de manger, une belle terrasse ombragée avec tables et chaises, rustiques comme classiques, il fallait que le lieu soit connu de tous !
Les autres cache de ce début d’après midi se font tranquillement.
Sur le retour, un petit problème se pose car notre itinéraire prévu passe dans une propriété où il est clairement interdit d’entrer. Pas grave ! On redescend en bas du village, on passe le pont sur la Cassole, on remonte à travers le village et bientôt on recole à l’itinéraire prévu à proximité de la cascade … enfin de l’endroit où, normalement, y’a une cascade, parce que là, on cherche l’eau !
La remontée vers la chapelle primitive se passe dans un silence un peu plus grand que d’habitude. Non pas que le groupe soit pris d’une ferveur religieuse, non, simplement, ça monte !
Après la cache de la chapelle primitive, nous avons enfin une difficulté au moment de trouver la cache 2 du circuit du Petit Poucet … ça m’emmerde un peu car c’est la seule qui me manque sur ce circuit mais bientôt Noël trouve le sentier alors que l’on essayait vainement de passer à travers la végétation.
Nous arrivons rapidement au parking pour le thé traditionnel que certains prennent avec un peu de retard pour visite de la glacière toute proche.

Les informations techniques  :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude Mini : 189 m
  • Altitude Maxi : 388 m
  • Dénivelé total du parcours : 246 m
  • Géocache : 18 !!!

La Carte interactive :
Sur GPSies
Les photos :

04 – Le Redortiers – RandoCool Les chemins de Jean Giono

7 octobre 2017

La carte : 

 

Quelques photos des lieux à visiter

La tour de guet de Redortiers
La tour de guet de Redortiers
Le lavoir de Redortiers
Le lavoir de Redortiers
Ruelle caladée du vieux Redortiers
Ruelle caladée du vieux Redortiers

Le déroulement : 

En hommage à Jean Giono, nous découvrirons l’ancien chemin de bergers qui reliait jadis le village de Redortiers au plateau du Contadour.
Nous nous retrouverons au hameau du Contadour où près de la mairie et du monuments aux morts et de l’église St Jean Baptiste du XVIIIe siècle.
Nous passerons en direction du Moulin de Jean Giono où naquirent les fameux Cahiers du Contadour, recueil de textes diverses, de poésies ou de croquis, dans lesquels parurent notamment les premiers chapitres de la première traduction en langue française du chef d’oeuvre d’Herman Melville, Moby Dick.
Nous poursuivrons en direction du sud vers un petit abri construit avec deux banquettes aménagées dans l’épaisseur des murs latéraux de la cabane. Il s’agit d’une cabane de berger.
Par ici, nous aurons une belle vue sur le plateau d’Albion, le Mont Ventoux, le Luberon et la Ste Victoire.
Nous passerons devant la Maison des Graves, annexe du moulin de Giono et inscrite depuis 1996 aux monuments historiques.
Nous prendrons un chemin en sous bois pour gagner le village abandonné de Redortiers et son lavoir restauré en 2001 avec une voûte originale décentrée.
En sortant du village nous passerons devant une cabane en pierres sèches à proximité d’un petit enclos.
Nous regagnerons le hameau du Contadour par le GR de Pays du Tour de la Montagne de Lure.

Les informations techniques estimées : 

  • Longueur estimée : 12 km
  • Altitude Mini : 951 m
  • Altitude Maxi : 1162 m
  • Dénivelé total du parcours : 300 m
  • Géocache : 5

Merci de lire : 

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

04 – Cereste – RandoCool & géocaching – Vers Carluc

30 septembre 2017

Blason Cereste

La carte :

Le déroulement :

Nous sommes parti·e·s de Cereste pour gagner la chapelle Notre Dame de Piété puis le pont roman du XVIIIe siècle.
Oui, je sais les roamin·e·s n’étaient plus là au XVIIIe siècle mais c’est le nom que lui donne l’IGN et l’organisme qui gère les monuments historiques alors que sur place, on le nomme « Pont du Baou » et que les archives indiquement bien que la décision de la construction de ce dernier date du 4 janvier 1740.
Le pont romain, il y en a bien eu un, a été détruit pour la construction de la route D4100. Il n’était pas protégé et a pu être détruit dans l’indifférence des monuments historiques.
La première cache du jour n’a pas été trouvée.
Nous avons ensuite gagné le prieuré de Carluc pour une longue pause … mais la seconde cache du jour n’a pas été trouvée non plus.
A l’issue d’une large boucle, nous sommes revenu·e·s vers la D4100 que nous avons traveersée avant de trouver un endroit pour le pique-nique.
Nous avons ensuite regagné le village de Cereste par le coté nord du massif du Luberon.
Après l’effort et le thé rituel de fin de randonnée, les randonneu·r·se·s sont allés se restaurer avec quelques glaces de Scaramouche, le gracier local puis quelques biscuits de la-rue-des-biscuits, l’autre artisan de qualité local.

PS : Vive l’orthographe inclusive

Les informations techniques

  • Distance : 12 km
  • Altitude minimum : 364 m
  • Altitude maximum : 466 m
  • Dénivelé Total : 199 m
  • Géocaches : 2
  • Waymarks : 2 sur l’itinéraires, d’autres à proximité … et sûrement d’autres à créer
La carte interactive avec la trace GPS à télécharger :
LogoGpsies

les photos :

04 – Corbières – RandoCool & géocaching – le Trou du loup

23 septembre 2017

Blason

La carte :

 

Le compte-rendu :
Nous étions une dizaine à nous retrouver sur le parking, donc certains, connaissant mon activité géocaching avaient pensés à m’amener quelques boites vides … et même un petit coffre.
Le départ est un peu raide vers la chapelle St Brice mais nous y sommes vite et les géocacheurs du groupe cherchent et trouvent la première cache.
Après la pause, nous reprenons par le sentier, vers la piste du Trou du Loup où nous nous arrêtons encore une fois.
Nous suivons la piste, très agréable, avec des vues sur les collines dont certaines ont bien brûlées au début du siècle.
A la bifurcation de piste, nous prenons celle de droite qui nous mène :
* au cairn Sud-04 mis en place pour les 20 ans du club de rando de Ste-Tulle
* et aux œuvres d’art disséminées ici et là en hommage aux pompier et leur travail sur les collines.
* à la seconde cache de la journée
Après une autre pause, nous prenons, face au cairn, le sentier qui va nous permettre d’atteindre une ruine, puis une partie assez délicate : un sentier en mauvais état, utilisé plus par les ruissellements d’eau que par les randonneurs.
Ce sentier est cependant agréable car nous descendons un petit vallon (à sec) avec de nombreux arbres morts toujours dressé dans des postures assez étonnantes.
Alors que nous sommes presque en bas de ce vallon, nous bifurquons un peu sur la droite pour atteindre le clou de la randonnée : le Trou du Loup !
Et oui, le Trou du Loup n’est pas seulement le nom de la colline, le nom du barrage et le nom d’une piste. C’est également, surtout, même, un piège utilisé pour attraper un loup : un trou profond de 2 m environ, dons la base est largement évasée et au fond duquel était plantées des piques. Le haut était couvert de branchages et si le loup s’y aventurait, il tombait et s’empalait. S’il n’était que blessé, le saut à faire pour sortir était hors de portée et il ne pouvait s’aider des parois car elles étaient évasées en bas.
Aujourd’hui, le trou est « désactivées » : les piques ont été retirées, le fond percé pour permettre une sortie et de la terre l’a un peu rempli le rendant bien moins profond.
Une fois ce Trou du Loup atteint et sa géocache trouvée, nous reprenons la descente dans le vallon pour atteindre un petit pont qui nous permet de reprendre la piste délaissée avant le cairn Sud-04.
Plus loin, une autre bifurcations de piste. A gauche c’est le barrage et sa fontaine, à droite, c’est la piste qui mène vers la D6 et le Vaucluse, mais aussi, bien avant, vers le lieu de pique-nique, sur de gros rochers plats, dansle lit du Torrent de Corbières.
Après une très longue pause, mise à profit par certains pour une petite sièste, nous reprenons la piste jsuqu’à la bifurcations puis le barrage et la fontaine.
Le barrage ne présente pas de particularité notable et la fontaine, à la source de Tarnaud est en assez mauvais état mais elle a une autre utilité dont je vais bientôt reparler.
Après une courte pause mise à profit pour trouver la 4 eme géocache de la journée, nous repartons par les gorges du Torrent de Corbières où nous avons une surprise venue du ciel : le soleil.
Alors que depuis le matin nous marchons sous une couverture nuageuse assez épaisse, dans un gris peu propice à la photo, nous voila soudain en pleine lumière et la tempréture monte très rapidement.
Tout le passage dans les gorges se fait en plein soleil et à l’arbre mort, quand nous bifurqions sur la droite pour gagner le fond du vallon, nous appreçions l’ombre des arbres et en profitons pour faire une très longue pause.
Nous reprenons en contournant un champ de vignes, passons un gué, gagnons un second champ de vignes et regagnons la civilisation par le lotissement en bas du village.
Arrivés à l’église, nous bifurquons à gauche pour gagner la fontaine et le lavoir, lieu de la dernière géocache du jour qui semble avoir disparue.
Ce lavoir, à sec, est alimenté par la source de Tanrnaud, évoquée plus haut et l’eau est acheminée depuis les canalisations que nous avons longés tout au long du parcours dans les gorges.
Les bancs près de la fontaine nous accueillent le temps de cette dernière pause de la journée et nous regagnons les voitures où nous attend le rituel thé de fin de randonnée.
Merci à toutes et à tous les participants pour la bonne humeur amenée et partagée tout au long de cette journée.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 287 m
  • Altitude Maxi : 450 m
  • Dénivelé total du parcours : 234 m
  • Géocaches : 5
  • Waymarks : 8

Les photos :

La trace de la RandoCool :

LogoGpsies

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑