Renault Scenic 150 DCi

Bon, nouveau déplacement vers Montpellier et nouvelle voiture de location (rassurez-vous, c’est mon patron qui paie !).

Dernièrement, j’ai eu une Volswagen T-Cross qui m’avait enchanté … sauf pour le GPS, que j’ai considéré comme une daube à jeter, qui jurait sérieusement avec la qualité de la voiture sur tous les autres points.

Ce coup-ci, c’est soit la Fiat 500X (?) ou la Renault Scenic Initiale Paris avec boite auto. Je n’ai jamais conduit une voiture avec boite auto … jamais. Ce n’est pas que je rejette ce type de voiture, c’est tout simplement que je n’en ai jamais eu l’occasion. Je prends donc cette voiture.

Premier bon point, chez Europcar, on me donne une très rapide formation sur cette boite et son usage, sur le parking. Il fait déjà nuit mais au moins, je pars en confiance. Merci !

Au menu de cette voiture, je note : la caméra de recul, la surveillance des angles morts, les sièges en cuir et électriques à l’avant (quand on démarre, le siège avance et quand on ouvre la porte, il recule ce qui laisse la place pour s’asseoir, même quand on a un petit ventre !) … et massant (sans déconner !), le maintien actif dans la voie de circulation, le régulateur adaptatif de vitesse, la vision tête haute, un vide poche énorme entre les deux sièges avants, l’éclairage automatique des phares, frein de parking électronique, …

Arrivé à la maison, je me gare et je regarde ce qui est pour moi extrêmement important la console centrale et un de ses composant sur lequel je reste intraitable (on va y venir !). La console est tout simplement énorme !

L’association avec mon téléphone est une formalité, les différents réglages pour le siège électrique et les 3 menus de massage à 5 niveaux d’intensité (bon, sans rire, c’est amusant 5 minutes et ça gonfle). Je note plusieurs niveaux de gestion de la voiture : éco, confortable, sport, …

Différents réglages ici et là … c’est top, instinctif, … j’aime.

Pour rentrer dans les détails, il faut sans doute bac +5 et 2 ans d’études spécifiques au volant mais pour tout ce qui est vital, voir important (on oublie le superflu, le gadget), c’est très instinctif ! La taille de la console permet d’avoir des logos, des textes hypers lisibles. On est très loin d’une Opel Moka où plein de boutons foisonnaient sans que l’on sache à quoi servait chacun avec des petites lumières derrière chaque logo.

Je passe enfin au gros du programme : le GPS ! Premier coup de cœur quand je vois que l’on peut sélectionner sa destination à partir de la carte, d’une adresse postale, d’un carnet d’adresses … et de coordonnées GPS. C’est écrit en gros ! Un GPS qui connaît les coordonnées GPS ! Incroyable ! Je rentre dans le carnet d’adresses les coordonnées de tous les endroits où je dois passer le lendemain et je monte à la maison.

Le matin, je démarre ….

Première destination sélectionnée dans le carnet d’adresse et la voiture commence à me guider avec une voix agréable et très intelligible. Rien à voir avec le GPS de la VW dont les phrase constituées de bouts de phrases se chevauchaient !

Le massage est agréable, la position de conduite, le régulateur adaptatif est nickel. J’avais prévu le coup et j’avais cherché à l’arrêt le bouton pour basculer du régulateur au limiteur. Sur les Renault, c’est toujours où on ne l’attend pas. Le moteur répond bien. Génial !

A Manosque, je coupe le massage qui me gonfle un peu et je file jusqu’à Montpellier sans anicroche. L’aide tête haute (la photo au dessus) est sans doute un peu petite et pourrait sans doute avoir un écran un peu plus grand, voir large, mais bon, là, je chicane. La boite auto est super agréable et combinée au régulateur de vitesse adaptatif et au maintien dans la voie … c’est presque dommage d’arriver. Quand on bascule fréquemment d’une voiture à l’autre pour 500 km comme je le fais en ce moment, cette voiture est un vrai bonheur. Aussi bien que la VW pour le confort et la conduite mais avec un VRAI GPS co-pilote à bord ! Quand on ne sait pas aller où on a rendez-vous, ça met en confiance de se savoir épaulé par un système fonctionnel.

Parmi les accessoires électroniques je n’ai toujours pas testé le créneau automatique. La Renault propose une aide pour les créneaux, les épis ou en bataille mais là, je préfère utiliser la caméra et me garer moi, tout seul comme un grand !

Bon, s’il faut dire un peu de mal sur le GPS (en cherchant on trouve quand même) c’est pour les dépassements de vitesse. Mon vieux, très vieux Takara date de dix ans mais dès que je dépasse, j’ai la voix qui me dit « Vous dépassez la vitesse limite autorisée ». Généralement, le temps de finir la phrase, je suis en dessous car c’est à l’entrée des villages, ou juste au moment que je ralentis pour m’adapter à la limitation en vigueur qu’elle se réveille. Grâce à cette phrase magique, je respecte la limitation. Sur la Renault, dans cette situation, j’ai juste un bip mais comme elle bipe un peu tout le temps en ville (chaque fois qu’un cycliste ou un motard me dépasse donc qu’un obstacle est identifié dans un angle mort à proximité), je ne sais pas trop pourquoi elle bipe. Y’a eu des fois où j’ai carrément pas compris l’origine du bip.

Et elle est belle en plus !

04 – Revest des Brousses – RandoCool – L’oppidum de Saint Pierre

04 – Revest des Brousses

RandoCool

L’oppidum de Saint Pierre

16 novembre 2019

La carte :

Le déroulement :

Après de très longues minutes d’attente dans le froid du matin, nous partons sans deux des participants qui ne sont pas venus.
La neige est tombée durant la nuit et un léger voile recouvre les lieux. Nola, le chien du groupe est particulièrement content de voir la neige pour la première fois et est impatient de partir.

Nous partons du parking en bordure de la D5 pour gagner la croix de St Jean et nous commençons la lente montée.

La neige devient plus épaisse et l’eau coule sur notre sentier. Nola est heureux et ne manque pas de se rouler dans la neige.

De nombreux arbres, arbustes, chargés de neige sont tendus au-dessus de notre sentier.
C’est donc plus ou moins trempés que nous arrivons enfin au moment de bifurquer sur une large piste qui nous mène vers la zone des pierres percées.

Maintenant, la neige est plus épaisse, 10 cm d’épaisseur. C’est assez pour être agréable quand on marche mais pas pas trop handicapant pour avancer.

Un petit détour pour certains afin d’aller voir ces fameuses pierres très particulières, comme transpercées de toutes parts.



Nous continuons et bientôt il nous faut quitter la piste pour nous engager en mode sanglier dans le sous-bois en direction de l’oppidum de St Pierre.

La Carte Archéologique de la Gaule (https://goo.gl/rOm4RU p. 255-256) décrit ainsi le lieu :
Au lieu-dit Saint-Pierre, situé à 2 km km à l’ouest de Limans, à l’extrémité nord et au sommet d’un vaste éperon puissament fortifié (barré par 7 murailles écroulées), accessible par le sud (altitude 919m), G Barruol signele un vaste oppidum et les ruînes d’une église médiavale. Sur ce site a été observé ou ramassé du mobilier préhistorique, antique (nombreuses tegulæ, céramiques « indigène rouge à dégraissant, commune aux oppida de la région entre le Ier et le IIIe siècle ») et de datation non précisée (1 fragment de cloche en métal, 1 pendentif en bronze, collection P. Martel).

La neige recouvre tout, difficile de voir autre chose que les murs d’enceintes au sol. Heureusement, mon GPS sait où trouver la seule construction encore debout sur tout l’oppidum : une borie. Hélas, depuis mon dernier passage, le toit s’effondre sur deux côtés. L’intérieur n’est pas au sec.

Nous continuons pour aller au nord et profitons une zone dégagée sur laquelle nous étendons nos capes de pluie pour nous asseoir et prendre le pique-nique avec une belle vue sur la montagne de Lure.

Nous partons ensuite vers l’est pour contourner un champ de lavande et prenons au sud.

Malheureusement, nous arrivons à une propriété privée que nous devons contourner pour gagner un grand carrefour de pistes et sentiers.

Nous attaquons alors la longue descente pour regagner les voitures mais le sentier enneigé du matin est devenu un ruisseau qu’il nous faut parfois éviter en le longeant par les champs de part et d’autre de notre itinéraire du matin.

Les informations techniques :

  • Longueur estimée : 13 km
  • Altitude Mini : 558 m
  • Altitude Maxi : 913 m
  • Dénivelé total du parcours : 403 m
  • Cache : 7

Mes photos de mon dernier passage

Le relive de notre randonnée (merci à Nathalie)

Cliquez ici

La vidéo de notre randonnée

Cliquez ici

04 – Le Redortiers – RandoCool – Les bergeries du Contadour – 386e – 9 novembre 2019

04 – Le Redortier

RandoCool

Les bergeries du Contadour

9 novembre 2019

 

Le résumé :

Le groupe de randonneurs se retrouvera à la mairie du Contadour. Une fois le groupe au complet, nous remonterons dans nos voitures pour gagner le départ de la rando au point « Le Trait ».

Une fois tout le monde en tenue, nous attaquerons la toute petit partie de la randonnée sur goudron, le temps de gagner la Tinette, ancienne ferme auberge réputée.

Après la Tinette, plutôt que de prendre le sentier, raide, nous prendrons la piste qui nous permettra de voir de beaux paysages.

Arrivés en haut du sentier boudé au départ, nous le prendrons pour la suite car là, c’est plat !

Nous cheminerons jusqu’à la bergerie effondrée et quitterons provisoirement le sentier pour gagner un peu plus bas le borie en parfait état.

Après un retour sur le sentier nous le suivrons jusqu’au Jas des Terres du Roux.

Cet ensemble, parfaitement restauré, constitué par la bergerie, la cabane du berger, la citerne et l’enclos est classé aux monuments historiques depuis 1993.

Nous continuerons par le chemin derrière le jas pour monter au nord, vers une bergerie effondrée.

Nous continuons vers un cairn… Habituellement, on dit que les cairns sont des balises pour les voyageurs bien que ce ne soit pas une règle absolue. Ici, en regardant la carte, il semble que celui-ci soit à la limite entre les Terres du Roux et les Fraches. Serait-ce une borne de propriété ?

Aux Fraches, nous passerons vers une longue bergerie en activité puis devant une autre dont la toiture est tombée, laissant sur place les arcs qui la supportaient. Tout près, nous ferons une halte devant un igloo … une petite protection pour un ou deux hommes.

Nous continuons vers le nord et passerons devant le Jas des Agneaux, dont le moins que l’on puisse dire c’est que ce sera la construction la plus moche de la journée (désolé, il en faut bien une !)

Nous serons bientôt sur la crête de la montagne de Lure que nous devrons suivre peu de temps.

Une fois au Cairn du Pape, nous bifurquerons vers le Cairn de l’anti-pape où nous nous installerons pour la pause du pique-nique.

L’endroit est réellement magnifique, nous aurons une vue vers le mont Ventoux, une herbe verte, un cairn magnifique, …

Aux Chouscles, nous décideront ou pas de faire un petit détour pour voir une autre ferme à l’abandon … et en ruines.

Nous continuerons, plein sud, pour passer à proximité du Jas de la Bouscarle.

Nous continuerons à l’ouest pour prendre la piste du ravin de Font Blanc qui nous ramènera aux voitures.

La carte
Estimations :
  • Longueur : 11 km
  • Dénivelé cumulé : 273 m
  • Géocaches : snif !!!

Mes photos de cette RandoCool

Un 360° pris sur ce parcours

La Volkswagen T-Cross

Pour deux jours, à l’occasion d’un déplacement professionnel, j’ai eu une Volkswagen T-Cross de location pour aller à Montpellier.

VW-T-Cross

Bon, je rassure tout de suite, là, c’est la photo officielle. La jeune femme n’est pas fournie dans la vraie vie si on loue une voiture de ce modèle !

Bon, dans un premier temps, j’ai été un peu surpris sur les premiers kilomètres. Impossible de mettre les pleins phares, le matin, impossible de mettre les essuies-glaces. On m’avait averti que pour la marche arrière il faut appuyer alors que sur toutes les voitures, il faut soulever le levier de vitesses.

Je rejoins une amie qui va passer les deux jours avec moi pour le boulot et qui a eu une Volkswagen et qui me dit que sur cette marque tout est inversé !

OK, donc pour les essuies-glaces, au lieu de baisser le levier, il faut le lever vers le haut.

OK pour mettre les pleins phares, il ne faut pas tirer la manette du clignotant vers soit mais la pousser vers le tableau de bord.

OK, j’ai compris.

Je mets le régulateur de vitesse et j’ai rapidement la surprise de voir qu’il régule la vitesse tout seul : je m’approche d’un véhicule et le T-Cross ralenti pour s’aligner sur la vitesse du véhicule de devant tout seul. Génial !

Je veux déboîter, y’a dégun de chez degun dans mon rétro et la voiture me rabat sur la voie d’où je viens … Merde y’a un correcteur automatique de trajectoire !

Je mets le clignotant, je tourne le volant et plus de vibration dans le volant, plus de correction et la voiture ré-accélère toute seule pour me remettre à la vitesse du régulateur ! Génial !

Je suis perplexe. Dans un premier temps, je me dis qu’il faut absolument généraliser ça car cela va obliger tout le monde à mettre le clignotant sous peine de subir une vibration pas gentille du tout dans le volant ! D’un autre coté, si tout le monde s’y habitue, les gens vont conduire bourrés ou fatigués en comptant sur le correcteur de trajectoire pour les empêcher de merder … et je pense que le système n’est pas capable de vaincre une grosse cuite ou une trop grosse fatigue.

En plus du « tout à l’envers » dont on peut s’habituer, il y a un énorme point noir : le GPS ! Il est nul à chier !

D’abord, par défaut, il me présente 3 possibilités, même avec un pré-choix de type « plus rapide ». Il faut trafiquer dans les menus pour n’avoir qu’un seul choix. IL ne connait visiblement pas les coordonnées GPS (pour un GPS, ça m’emmerde !). Impossible de se rendre à N43.821062 E5.785933. Non, il faut aller à une adresse postale. Un GPS qui ne connaît pas les adresses GPS, pour moi, c’est un comble. C’est pas un GPostal, c’est un GPS, merde !

Mais bon, pour ce point, je n’ai encore jamais vu un GPS embarqué qui sache gérer les adresses GPS alors on va pas trop insister.

Mais il a d’autres problèmes !!!

Une information sonore de guidage est constituée de plusieurs fichier sonores, ainsi « Prenez la troisième rue à droite » par exemple est en fait constitué de « Prenez » « la troisième  » « rue » « à droite ». Et là, ça s’entend qu’il y a plusieurs sons ! C’est haché ! Très haché ! Dans certaines situations, c’est carrément des sons les uns sur les autres et le « rue » arrive avant la fin de « la troisième » !

Ca, ça fait chier car on ne comprend pas bien !

Mais c’est pas tout ! Non, trop simple ! En plus il aide et conseille n’importe comment ! Avant d’arriver à Montpellier, je pense que c’est là (https://bre.is/jn54RfrT) , il m’a fait sortir de l’autoroute, prendre un rond point et retourner aussitôt sur l’autoroute ! On n’a jamais compris pourquoi ! Dans Montpellier, il m’a fait quitter une avenue, pour prendre à gauche, tourner deux fois à droite … et revenir vers l’avenue qu’il m’a fait reprendre. Il avait un truc à éviter à tout pris ? Une concession concurrente dont il veut à tout prix éviter de passer devant ? On ne le saura jamais !

Mais bon, c’est pas tout ! La carte n’est pas terrible, pas facile à lire. Tellement pas facile à lire qu’au milieu du tableau de bord, il y a des infos à suivre ! Il faut donc regarder la carte au milieu de la voiture et le fond du tableau de bord pour aller quelques part. De temps en temps, il faut aussi regarder la route, les piétons, les enfants quand même. On pourrait apprécier un seule endroit de guidage sans avoir besoin de le doubler.

Mais bon, c’est toujours pas tout ! Y’a des erreurs vocales. A ce carrefour (https://bre.is/ksLDCrnK), la voix m’indique clairement « tournez à droite » (bon le « droite » a bien dû arriver avant la fin du « a » mais bon, y’a pas photo) et le dessin m’indique à gauche sur l’écran comme sur le tableau de bord. Là, pour moi, y’a pas photo, je sais où je suis et vaguement où je dois aller et je SAIS que je dois aller à gauche.

En trafiquant un peu j’ai noté et cela me semble rarissime que l’on peut régler différemment le volume sonore de la radio et celui du GPS. C’est le seul plus du GPS car il faut quand même en trouver un mais sérieusement, j’ai ramé ferme pour lui trouver un plus !

En gros un aller-retour Manosque Juvignac avec circulation en ville dans Montpellier dans une voiture vraiment très agréable à conduire mais il faut bien connaître la route et NE JAMAIS FAIRE APPEL au GPS ! Dommage car j’avais plusieurs endroits par lesquels passer et il m’était indispensable.

Les plus :

  • La position de conduite agréable,
  • Le moteur agréable avec sa boite 6 vitesses
  • Le correcteur de trajectoire
  • La capacité d’adaptation de la vitesse (ralentissement et ré-accélération automatique)
  • Les matériaux
  • La ligne générale
  • Le filet de lumière dans la voiture au niveau des genoux de gauche à droite (bon, c’est clairement gadget … mais on a aimé !)

Les moins

  • le GPS nul à chier !
  • le GPS nullissime
  • le GPS
  • l’appareil qui devrait aider à trouver où on va

Ma conclusion toute personnelle sur deux jours d’usage : mais comment ils ont pu saborder une voiture si agréable par ce machin innommable qu’ils osent appeler GPS ? C’est du sabotage pur et simple !

Cette voiture est très belle, son habitabilité (pour ce qu’on a pu l’essayer) très sympa, le confort impeccable, tout est à l’envers mais on s’y habitue, le moteur agréable, les rangements bien placés, … mais un GPS qui me ferait clairement renoncer à l’achat. On ne peut pas vendre un truc aussi mal foutu dans une voiture aussi agréable !

Je loue une voiture par mois en ce moment pour des déplacements soit vers Sophia Antipolis, soit vers Montpellier. Chaque fois pour 2 jours d’usage. J’ai été déçu par des voitures (généralement des Opel), j’en ai apprécié d’autres,  mais c’est bien, et de loin, la première fois que je suis aussi emballé et tout autant rebuté par une même voiture.

2 voitures m’ont fait réagir :

  • l’Opel Zafira break où même en cherchant bien, je n’ai rien trouvé qui soit positif : véhicule loué dans des conditions catastrophiques, pas de possibilité de brancher mon propre GPS, commandes de la console centrales inutilisables sans appeler Opel par téléphone (si, si !), utilise de l’urine (si, mais on dit AdBlue) sans que personne ne me dise quoi que ce soit à ce sujet (imaginez quand j’ouvre la trappe à essence), frein de parking à bouton (sans aucune information quand on me laisse partir avec), … Là, c’est pas dur, ils m’ont largement surclassé car plus personne ne devait en vouloir. Au lieu d’une Renault Clio, on me refile une Opel Zafira Break … j’aurai dû le sentir venir, le loup !
  • cette Volkswagen T-Cross ou je suis très sérieusement emballé par tout mais violemment rebuté par un accessoire aujourd’hui indispensable.

Récément, j’ai été diagnostiqué D.A.D.A.

Récemment, j’ai été diagnostiqué D.A.D.A. – Déficit d’Attention Dû à l’Age !!!

Voilà comment cela se manifeste :

Je décide de laver ma voiture.

Alors que je vais vers le garage, je remarque qu’il y a du courrier sur la table de l’entrée.

Je décide de regarder le courrier avant de laver la voiture. Je pose mes clés de voiture sur la table, mets dans la corbeille à papiers, en dessous de la table, tout le courrier publicitaire et remarque que la corbeille est PLEINE !!

Alors, je décide de reposer les factures sur la table et de vider d’abord la corbeille.

Mais, alors, je me dis que, puisque je vais être à côté de la boîte aux lettres quand je vais aller sortir la poubelle, autant préparer d’abord le règlement des factures.

Je prends mon carnet de chèques sur la table et je vois qu’il ne me reste plus qu’un seul chèque. Mon autre chéquier est dans mon bureau, donc j’y vais et je trouve sur le bureau la boîte de Coca que j’ai commencé à boire.

Je vais chercher mon chéquier, mais, avant tout, il faut que j’enlève ce Coca de là avant de le renverser accidentellement. Je remarque qu’il commence à devenir tiède, je décide donc de le mettre au frigo pour le rafraîchir.

Alors que je me dirige vers la cuisine avec le Coca, le vase sur le comptoir me saute aux yeux : les fleurs ont besoin d’eau !

Je pose le Coca sur le comptoir et découvre mes lunettes pour lire, que je cherchais depuis le matin. Je me dis que je ferais mieux de les remettre dans mon bureau, mais avant, je vais donner de l’eau aux fleurs.

Je repose les lunettes sur le comptoir, je remplis un pichet d’eau et, soudain, j’aperçois la télécommande. Quelqu’un l’a laissée sur la table de la cuisine. Je me dis que, ce soir, quand on va vouloir regarder la télé, je vais la chercher partout et je ne me souviendrai plus qu’elle est dans la cuisine.

Je décide donc de la remettre dans le salon où est sa place, mais avant je vais donner de l’eau aux fleurs. Je donne de l’eau aux fleurs, mais j’en renverse la plus grande partie sur le sol. Alors, je remets la télécommande sur la table, vais chercher un chiffon et je nettoie les dégâts.

Ensuite, je reviens dans l’entrée en essayant de me souvenir de ce que je voulais faire !

Bilan de fin de journée :

  • la voiture n’est pas lavée,
  • les factures ne sont pas payées,
  • il y a un Coca tiède sur le comptoir de la cuisine,
  • les fleurs n’ont pas assez d’eau,
  • je n’ai pas mon nouveau chéquier,
  • je ne trouve pas la télécommande,
  • je ne sais pas où sont mes lunettes,
  • et je n’arrive pas à me souvenir de ce que j’ai fait des clés de voiture !

Et puis, quand je me rends compte que rien n’a été fait aujourd’hui,je n’y comprends rien parce que je n’ai pas arrêté de la journée et que je suis complètement crevé ! Je réalise qu’il y a un sérieux problème et qu’il faut que j’essaie de me faire aider, mais, d’abord, je vais m’occuper de mes mails.

84 – Avignon – Géocaching, Waymarking et Space Invaders – 383e – 5 octobre 2019

Géocaching, Waymarking et Flash Invader à Avignon

5 octobre 2019

 

Le programme :

Avignon recèle des secrets que vous ne connaissez sûrement pas !Je souhaite passer la journée dans la ville à me livrer au géocaching, au waymarking et au flash Invader.

Le géocaching est une chasse au trésor des temps modernes On la pratique avec un GPS, un smartphone et de l’astuce.

Le waymarking est un safari photo auquel on se livre généralement en ville.

Le flash Invader … c’est plus compliqué à expliquer mais Invader est un artiste qui a laissé des traces de ses passages dans de nombreuses villes. Nous devrons retrouver ses traces.Vous l’avez compris, pour cette journée, on oublie les cartes classiques qu’utilisent les touristes. On ne cherchera pas les mêmes choses et c’est sans doute une autre façon de découvrir la ville que je vous propose.

La carte :

Plan d'Avignon

Les informations techniques :

  • Longueur : 10 km (environ) dans la ville

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques et à la marche en ville, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées
  • Je ne sais pas où nous mangerons ni si nous prendrons un sandwich ou un petit restau, cela dépendra du groupe. On part à l’aventure.

Attention :

  • La sortie est destinée à ceux qui souhaitent parcourir la ville en partant à gauche, à droite à la recherche de mes indices pour les 3 jeux. Si certains veulent découvrir la ville de façon plus académique, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine d’autres sorties plus adaptées.
  • La sortie n’est pas destinée à ceux qui connaissent déjà très bien la ville et vont vouloir sans cesse que l’on bifurque pour voir ceci, que l’on tourne pour voir cela. Je veux découvrir Avignon à travers mes jeux de pistes.
  • Je ne connais pas la ville. Je viens justement pour ça avec mon GPS et toutes les coordonnées à trouver.

04 – Forcalquier – A la recherche du trésor de Guillaume de Sabran – 28 septembre 2019 –

04 – Forcalquier

A la recherche du trésor de Guillaume de Sabran

28 septembre 2019

Vous êtes le descendant de Guillaume de Sabran, dernier conte de Forcalquier et vous venez de trouver, dans les archives de votre aïeul, un parchemin menant à son trésor.

Saurez-vous, en visitant la ville, relever les indices qui vont vous mener au trésor caché de votre ancêtre ?

Je vous propose un itinéraire à travers la ville pour la découvrir.

Je ne suis ni guide, ni accompagnateur professionnel, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …

Cette sortie n’est conseillée qu’à des personnes aptes à marcher plusieurs heures … mais tranquillement.

—————————————————————————–

Heu … il n’y a rien à gagner si ce n’est le plaisir de passer un après midi ensemble dans les rues de la ville.

04 – Sourribes – Rand’eau dans le Vançon – 31 août 2019 – 381e

04 – Sourribes – Rand’eau
Les gorges du Vançon

31 août 2019

 

Le déroulement :

TOUT LE GROUPE se retrouvera au Pont de la Reine Jeanne (D217, 04200 Entrepierres (N44.187194 E6.043696 )).
Dans chaque voiture il devra y avoir autant de places libres que de places occupées car nous laisserons la moitié des voitures ici, le reste des participants se regroupant dans les autres voitures pour gagner Sourribes et le lieu de départ de la rand’eau (randonnée aquatique).
Nous nous engagerons dans le lit du Vançon pour le remonter.
Nous aurons de l’eau majoritairement aux chevilles, voir aux genoux avec un court passage avec de l’eau à la poitrine et quelques passages avec des petites chûtes d’eau.
Nous nous arrêterons, ici et là, pour nous baigner dans des trous d’eau.
Nous nous arrêterons pour pique-niquer à un endroit non accord déterminé.
De retour au pont de la Reine Jeanne, dans l’après-midi, après une dernière baignade, nous nous regrouperons dans les voitures pour rallier le point de départ et les voitures laissées le matin.

La carte :

Estimations :
  • Longueur : 6 km
  • Dénivelé cumulé : 200 m
  • Géocaches : 4
Recommandations particulières :
  • On regarde attentivement l’itinéraire à suivre pour anticiper tous les incidents de parcours (y compris les invasions d’aliens) jusqu’au point de départ et POUR ÊTRE A L’HEURE AU RENDEZ-VOUS (le groupe ne poireautera pas une demi-heure pour attendre les retardataires)
  • On s’assure d’avoir des places libres dans sa voiture pour le transfert du pont vers le départ (soit le matin soit en fin de rand’eau mais il y aura forcément transfert).
  • On prend des chaussures de type vieilles tennis pour la partie aquatique
  • Il est impératif de savoir nager (même s’il n’y a pas beaucoup d’eau, cela reste une randonnée aquatique où des chûtes peuvent arriver.)


L’organisateur se réserve le droit de rejeter la participation de personnes venant avec une voiture pleine, en retard, …

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), la tenue adaptée aux conditions de cette sortie (maillot de bain, tee-shirt, vieilles tennis, …), le sac de randonnée, le pique-nique, un verre, bonne humeur indispensable.
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de  »courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Nos amis à 4 pattes ne pourrons pas nous accompagner sur cette sortie.

Le lieu de regroupement au pont de la reine Jeanne

Retour en haut ↑