04 – Beauvezer – Villars-Heyssier – Randonnée – Les Gorges de Saint Pierre – 9 juin 2018

04 – Beauvezer – Villars-Heyssier – Randonnée

Les Gorges de Saint Pierre – 9 juin 2018

04_Beauvezer

Compte rendu de cette Randonée :

Partie 1 – Le passage en balcon

Nous commençons par la partie la plus majestueuse de la randonnée. Habituellement, un itinéraire dans les gorges du Verdon (les plus célèbres du secteur) se fait tout en haut ou tout en bas. Là, nous serons sur le premier tiers de la hauteur sur un chemin muletier à flanc de falaise, sans aucune protection avec le vide comme compagnon de route.

En anglais, je ne sais pas, mais en français il faut noter une grande différence entre une vire et un chemin muletier. La vire est un passage aérien particulièrement étroit alors que le chemin muletier est plus large. Une mule a une valeur financière. Son chargement aussi ! On ne les emmène pas partout, uniquement si on est sûr de faire tout le chemin avec elles.

Nous verrons deux chamois sur notre parcours aérien mais d’assez loin et trop furtivement pour avoir le temps de faire une photo.

C’est magnifique, grandiose, majestueux … un pur bonheur.

Après 2,5 km nous arrivons au pont du fond des gorges. Là, nous avons le choix entre remonter par la cabane de Chabanal à gauche ou la cabane de Congerman par la droite.
Pour cette fois, j’ai décidé de remonter par la droite et Congerman.

Partie 2 – La montée dans la forêt

Les lacets vont se succéder dans la forêt, nous permettant de prendre peu à peu de l’altitude. Nous devons faire quelques pauses de temps en temps.
Quelques arbres sont au sol, abattus par la neige qui a été particulièrement lourde, compacte cet hivers et quelques arbres n’ont pas supportés le poids. Nous les passons sans trop de problèmes et arrivons enfin à la cabane de Congerman pour une longue pause.

Partie 3 – Le désert

Nous avons à nouveau une belle zone à traverser. Là, le chemin est très étroit, mais nous sommes à flanc d’une pente forte mais sans trop donner le vertige. L’endroit, magnifique nous réserve une première surprise. Nous devons passer plusieurs filets d’eau. C’est habituel, l’eau de la fonte des neige alimente de nombreux cours d’eau. La première surprise, c’est que l’un des cours d’eau est devenu un ruisseau et il est impossible de passer sans mettre un pied dans l’eau.

Ce n’est pas grave mais nous avons bientôt une seconde surprise : la glace !
La neige accumulée dans un endroit plus ombragée s’est accumulée et a créée une couche de glace sur notre passage. Nous sommes à flanc de montagne et il est impossible de contourner la zone. Plusieurs trous sont visibles, certains de plus d’un mètre de large à travers lesquels nous voyons l’eau couler sous la glace. La glace sera t-elle assez solide pour supporter nos poids alors qu’elle est « rongée » par l’eau par dessous ?

Je suis là ? Alors ça a tenu !

Partie 4 – La forêt

Et c’est alors que ça a commencé à se gâter. On peut même parler de catastrophe.

Si de l’autre coté de la forêt, quelques arbres étaient au sol, de ce coté, ils sont bien plus nombreux. C’est par dizaines qu’on peut les compter. On passe sous certains, on passe au-dessus d’autres mais pour les derniers, trop gros, il nous faut remonter vers la souche, la contourner et redescendre sur le chemin. Le sac à dos se fait pesant. La faim se fait sentir.

On veut pourtant passer. D’abord pour gagner une géocache, juste à l’écart de notre itinéraire, placée le 21 janvier dernier et que personne n’a encore pu atteindre mais aussi, éventuellement pour finir la randonnée car rebrousser chemin et refaire tout le travers à l’envers n’enchante personne. La bonne blague, c’est que nous ne savons pas combien d’arbres sont au sol, combien d’obstacles nous attendent.

On décide de faire la pause repas.

Une fois le repas pris, un petit groupe part sans les sacs à dos pour aller à la cache que nous trouvons ! FTF

Nous rejoignons le groupe et reprenons la descente vers le pont du fond des gorges avec encore des arbres au sol, encore des escalades, des contournements, … et, la fatigue devenant présente, des chutes !

Partie 5 – Les gorges dans l’autre sens

C’est la première étape … mais dans l’autre sens.

Le soleil s’est déplacé, les lumières sont différentes et l’endroit toujours aussi beau, aussi grandiose sur ce chemin muletier.

Une nouvelle surprise nous attend sur le chemin.

La fatigue, la précaution et ma cheville qui commence à faire mal après les chutes successives dans la forêt, Nous sommes deux à fermee le groupe, à une centaine de mètres des premiers. Ces derniers dérangent un chamois qui pour les fuir, nous vient dessus. Les amis nous avertissent, on se cache contre un rocher, appareil photo à la main et ce dernier arrive. A la sortie du virage, il est bientôt là, à 2 m de nous. Hop ! J’ai juste le temps de prendre 2 photos et il est parti !
Nous finissons la randonnée avec la joie d’avoir pu approcher cet animal de si près.

Informations techniques : 

  • Longueur estimée : 13 km
  • Altitude maximum : 1928 m
  • Altitude minimum : 1308 m
  • Différence d’altitude : 620 m
  • Dénivelés cumulés : 708 m
  • Géocaches : 3
  • Waymarks : quelques uns

Carte

Si on clique sur la carte, on la voit en grand …

 

Les photos de mes précédents passages en ce lieu magnifique :

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :