Randonner pendant une vague de chaleur

Randonner pendant une vague de chaleur

Conseils de la FFRandonnée.
Source : https://www.ffrandonnee.fr/_138/se-premunir-de-la-canicule.aspx

Les règles de bases

• Partir plus tôt le matin, et s’arrêter  aux heures les plus chaudes (13 à 16 heures)
• La pause ? à l’ombre, naturellement.
• Autant que possible, choisir des parcours ombragés.
• Raccourcir le parcours, parce qu’on marche plus lentement pour produire moins de chaleur.
• Pas question de faire sa première expérience de randonnée, surtout sans entraînement.
• Partir seulement si l’on est en pleine forme, bien reposé.
• Porter  obligatoirement un chapeau, de bonnes lunettes de soleil, et une crème protectrice.
• Porter des vêtements  aérés, confortables, légers mais qui couvrent bien, surtout si on n’est pas encore bronzé.
• Manger léger, des sucres rapides (fruits, fruits secs, barres de céréales) pour soutenir l’effort ; pas de nourriture lourde ou grasse (de toute façon, difficile à transporter quand il fait chaud).
• Se rafraîchir aussi souvent que possible. A chaque  point d’eau, s’asperger et surtout  bien mouiller son chapeau.
• S’hydraterc’est le maître mot de la  prévention.
• Bien boire avant le départ de la randonnée.
• S’astreindre à boire souvent, toutes les 20 min de petites quantités (4 à 5 gorgées). L’animateur veille à ce que tout le monde respecte cette consigne, même c eux qui n’ont pas soif.
• Emporter dans le sac 2 litres de boisson et se réapprovisionner à chaque occasion (fontaine, source, eau vive). Si on n’est pas sûr de la  potabilité de l’eau, ne pas hésiter à ajouter  une tablette désinfectante qu’il faudra laisser agir une heure avant de consommer.

La canicule ? Des mots pour des maux

Sans être spécialiste en météo, chacun peut constater que la canicule n’est plus un phénomène rare, elle devient la règle, même dans le nord de la France jusqu’alors épargné.  Autant dire qu’il faut penser à changer ses habitudes de vie et ses comportements comme randonneur.

Les effets de la forte chaleur sur l’organisme

La forte chaleur perturbe la régulation thermique du corps qui doit :
• impérativement maintenir sa température centrale aux environs de 37° pour assurer le bon fonctionnement des organes.
• maintenir aussi  constant que possible le  pourcentage d’eau, soit 70% ; cette  eau qui baigne les cellules, fluidifie le sang et, dans le cas qui nous occupe,  permet la transpiration qui rafraîchit l’épiderme et surtout évacue la chaleur interne en excès.

Si on n’y prend pas garde, la déshydratation et l’augmentation de la température corporelle peuvent rapidement poser problème, en particulier pour les plus  fragiles, les personnes âgées, les malades et les enfants.

Les conséquences sont plus ou moins graves :
• Les crampes de chaleur, qui arrivent au cours de l’effort intense. Boire et se reposer, et il n’y paraîtra plus.
• L’insolation est le degré au-dessus: la personne est pâle et prostrée, sa peau moite. Là encore, repos et hydratation abondante.
• Le coup de chaleur hyperthermique qui peut survenir en ces périodes caniculaires. Accident grave, parfois mortel, la personne est plus ou moins consciente, épuisée, sa peau est sèche et chaude. Il s’agit d’une véritable urgence médicale, qui demande une réhydratation par des perfusions sous contrôle en milieu hospitalier. Ce sont en fait des accidents dus à une mauvaise hydratation plutôt qu’à la chaleur.

Plusieurs litres d’eau, ce n’est pas trop ? Non.

Si on a la curiosité de se peser le matin et le soir après la randonnée, on peut constater une perte de poids  qui peut aller jusqu’à plusieurs kilos, essentiellement de l’eau. Le corps est en déficit, déficit à compenser par la boisson en cours de randonnée et après l’étape. Il n’est alors pas rare de consommer 5 à 7 litres  d’eau  à l’occasion d’une randonnée « chaude ».

Comment savoir si on a bu assez ?

Doit-on se fier à la sensation de soif ? Non, il faut savoir observer ses urines : quand elles deviennent moins abondantes ou plus foncéeson n’a pas bu assez.

04 – St Laurent du Verdon – RandoCool –  Les gorges et les lacs

04 – St Laurent du Verdon
RandoCool
Les gorges et les lacs

Blason Saint Laurent du Verdon Blason Montpezat

La carte :

Le déroulement :

Nous sommes partis du château de Saint Laurent du Verdon pour cette RandoCool et traversons  le village vers Plan Pelissier et la chapelle Notre Dame.
En passant, sur les conseils de ginbi2, le randonneur local, je pose une cache bien avant la chapelle.
A la chapelle, nous continuons par le sentier qui mène au premier belvédère et à la première série de gorges que nous longerons jusqu’au pont à cheval entre les Alpes de Haute Provence et le Var.
Nous reprenons le sentier vers la petite route qui permet de contourner le lac d’Artignosc sur Verdon. Au-delà de ce lac, c’est la seconde série de gorges et la seule partie un peu accidentée qui nous permet d’accéder au second lac, celui de Montpezat.
Là, je me permets un coup de gueules contre les cavaliers et leurs chevaux.
Toute la zone est recouverte de crottin de cheval. Il nous faut ruser pour éviter de marcher dedans. On voit bien que la zone est une zone où ces animaux qui ont juste un neurone en moins que les plus idiots des autres animaux ont eu du mal à progresse en raison des montés. Et quand il y a ralentissement de chevaux, il y a accumulation de crottin. Impossible de faire une pause car impossible de poser son sac. On ne voit plus les pierres, la terre. On ne voit et ne sent que la merde de nos prédécesseurs !
Bon, nous sortons de la zone et nous où nous trouvons un coin agréable et ombragé pour la grande pause de la journée, celle du pique-nique, de la baignade … et de la sieste.
Si certaines ont à peine osées mettre le bout de leurs petons dans l’eau, la plus courageuse, celle que les précipices font rire, celle qui est amusée par les ponts très hauts, celle qui adore les passerelles himalayennes … et bien elle s’est baignée une fois avant le pique-nique et une fois après. Il fallait le signaler car l’eau n’était pas si froide que ça !
Nous reprenons le chemin du retour, nous faisant insulter par un panneau ordurier et en passant devant le mat sur lequel est clouée toute une série de panneaux indiquant les directions de New-York, du Triangle des Bermudes, de Moscou, Sydney, … avec les kilométrages correspondants.
Nous finissons la courte distance qui nous sépare du village et des voitures … où nous attend le thé glacé rituel de fin de rando.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 294 m
  • Altitude Maxi : 476 m
  • Dénivelé total du parcours : 166 m
  • Cache : Une dizaine

Les photos



La vue 3D :


Merci à Nathalie !

Retour en haut ↑