04 – La Brillanne – Le champ de tulipes (2) – 4 avril 2022

Retour sur le champ de tulipes ou certaines sont maintenant ouvertes comme les tulipes à deux couleurs.

Pour changer, j’ai bien pris des groupes mais j’ai aussi essayé d’isoler des fleurs rebelles: des fleurs qui ont poussées en dehors de leur zone, des fleurs plus précoces que leurs copines, …

Pour le reste de ce second album de l’année, c’est par ici

04 – Pierrevert – RandoCool – Montfuron par les sentiers – 15 janvier 2022

04 – PIERREVERT
RANDOCOOL
MONTFURON PAR LES SENTIERS
15 JANVIER 2022

Le déroulement :

Nous partirons du quartier Auriol de Pierrevert pour prendre le « chemin du moulin et de la chaume ».  Nous croiserons plusieurs fois le Chaffère. Avant la Chaume, nous bifurquerons sur la gauche pour rejoindre le chemin de Montfuron sur une courte distance avant de prendre la direction de La Blaque et la Jonquière. 
Nous contournerons la colline de Pierrevaux par le nord pour gagner La Grange, la Garrenne et Montfuron.
Nous monterons au moulin, à la table d’orientation, …
Nous redescendrons par le GR4 et passerons devant la chapelle St Elzéar et descendrons encore jusqu’à rejoindre le chemin vers le Moulin que nous suivrons en sens inverse du départ.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

Cliquez ici

Estimations :

  • Distance : 13 km
  • Altitude minimum : 341 m
  • Altitude maximum : 636 m
  • Dénivelé : 316 m
  • Géocaches : 2 

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes.

A lire :

  • Les enfants et les adolescents pourront participer à cette sortie et à la chasse aux géocaches sous réserve qu’ils soient aptes à parcourir toute la randonnée. Ils ne seront pas sous l’autorité du groupe mais sous l’autorité exclusive de leur parent(s) accompagnateur(s)
  • Soyez à l’heure, le départ est pile à l’heure indiquée. Peu importe les incidents de parcours (y compris les invasions d’aliens) car le groupe ne poireautera pas dans le froid les retardataires.
  • Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait, je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), la tenue adaptée aux conditions météorologiques de la sortie, un sac de randonnée, le pique-nique, un verre, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillée
  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour les photos et il est hors de question de courir pour arriver plus tôt à l’arriver.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un rendez-vous) que ne le ferait le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.
  • Nos amis à 4 pattes peuvent nous accompagner mais seront sous la responsabilité exclusive de leur maître qui doit signaler la présence de son compagnon dans un commentaire.
Le moulin de Montfuron
La table des vents
La chapelle

Pour venir à cette randonnée

04 – Manosque – RandoCool – La forêt de Pélissier – 8 janvier 2022

04 – MANOSQUE
RANDOCOOL
LA FORÊT DE PÉLISSIER

8 janvier 2022

Le déroulement :

Nous partirons du bas de la Route de la Mort d’Imbert pour attaquer la montée et le tour de la colline de Pélisier.
Au retour, nous ferons la visite du musée à ciel ouvert des fours du Contard.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

Cliquez ici

Estimations :

  • Distance : 8 km
  • Altitude minimum : 414 m
  • Altitude maximum : 547 m
  • Dénivelé : 200 m
  • Géocaches : 2 

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes.

A lire :

  • Les enfants et les adolescents pourront participer à cette sortie et à la chasse aux géocaches sous réserve qu’ils soient aptes à parcourir toute la randonnée. Ils ne seront pas sous l’autorité du groupe mais sous l’autorité exclusive de leur parent(s) accompagnateur(s)
  • Soyez à l’heure, le départ est pile à l’heure indiquée. Peu importe les incidents de parcours (y compris les invasions d’aliens) car le groupe ne poireautera pas dans le froid les retardataires.
  • Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait, je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), la tenue adaptée aux conditions météorologiques de la sortie, un sac de randonnée, le pique-nique, un verre, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillée
  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour les photos et il est hors de question de courir pour arriver plus tôt à l’arriver.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un rendez-vous) que ne le ferait le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.
  • Nos amis à 4 pattes peuvent nous accompagner mais seront sous la responsabilité exclusive de leur maître qui doit signaler la présence de son compagnon dans un commentaire.

Pour venir à cette randonnée :

04 – Corbières – RandoCool – Le Trou du Loup – 18 décembre 2021 – 452e

04 – CORBIÈRES
RANDOCOOL
LE TROU DU LOUP

18 décembre 2021

Le déroulement :

Nous partons du village pour gagner la chapelle St Brice puis la Piste du Trou du loup. Nous montons en haut de la petite colline de la Bouissière pour profiter de la vue sur la Durance.

Nous redescendons vers le cairn à la limite des villages de Corbières, Sainte-Tulle et Pierrevert.

Nous repartons par un sentier où nous perdons une participante qui semble avoir raté un virage mais nous la récupérons et arrivons bientôt au Trou du Loup, le vrai, un piège encore bien visible. Ce trou de 2 m de profondeur, et d’un mètre de diamètre avait, au fond, des piques dressées et en haut des branchages. Si le loup passait dessus, il tombait et s’empalait.

Nous continuons à descendre par se sentier pour rejoindre la piste du Trou du loup et nous la suivrons jusqu’à la plage aux rochers.

J’avais espoir de pique-niquer ici mais l’endroit est trop froid. Nous continuons jusqu’au barrage, plus ensoleillés pour faire la pause repas.

Nous suivons les gorges du Torrent de Corbières jusqu’au village.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

On peut la récupérer depuis le site RouteYou

Estimations :

  • Distance : 12 km
  • Altitude minimum : 289 m
  • Altitude maximum : 450 m
  • Dénivelé : 357 m
  • Géocaches : 10 (GC723QA, GC86K2J, GC8RVBQ, GC8RVA9, GC8RVB8, GC63W1B, GC86K4B, GC6V5FZ, GC8704G, GC86K4T)
  • Indice de difficulté : 

Les photos :

La vidéo

Le relive

Les Hautes Terres de Provence

Les Hautes Terres de Provence

Je viens de redécouvrir le site des randonnées proposées par le territoire des Hautes Terres de Provence. C’est un excellent travail avec de nombreuses fiches de descriptions de randonnées à télécharger et cerise sur le gâteau … la trace GPS correspondante !Bon, si on veut vraiment trouver un bémol … ça manque de géocaches !

Un exemple de fiche sur une randonnée effectuée il y a bien longtemps: La chapelle St Amant depuis Clamensane

La page dédiée aux randonnées avec toutes les fiches : Randonnées

#LaMotteDuCaire, #Turrier, #Bayons, #Sigoyer, #Bellaffaire, #Châteaufort, #Curbans, #FauconDuCaire, #Gigors, #LeCaire, #Melve, #Nibles, #Piegut, #Thèze, #Turriers, #Valavoire, #Valernes, #Vaumeilh, #Venterol

04 – Brunet – RAND’EAU – La remontée de l’Asse – 21 août 2021

04 – Brunet
RAND’EAU
La remontée de l’Asse

21 août 2021

Le résumé:

Nous sommes partis du bas de Brunet pour nous rapprocher de l’Asse, une rivière qui serpente dans son lit bien trop grand pour elle en été. Nous l’avons remontée en serpentant avec elle, avec de l’eau aux chevilles.
Vers midi, nous avons trouvé un trou d’eau assez grand pour accueillir quelques personnes près d’une zone à l’ombre, côté sud de la rivière.
C’est l’endroit que nous avons pris pour lieu de pique-nique.
Après le repas, le rhum, la baignade pour certains, la sieste pour d’autre et la très sérieuse séance de papotage pour les dernier(e)s, nous décidons quand même de rentrer.
Pour changer du matin alors que nous revenons sur nos pas, nous changeons de méthode. Plutôt que de suivre la rivière, nous avons longé sont côté sud et chaque fois que nous trouvions un trou assez grand, c’était le devenu célèbre « Stop-Plouf-AndGo » : on pose les sacs, on se jette dans l’eau, on ressort une minute plus tard pour repartir jusqu’au trou suivant.
C’était totalement différent du matin où nous ne nous étions pas baignés !
Je ne garantie pas que les trous soient au même endroit chaque année.

Données techniques :

  • Distance : 11 km
  • Dénivelé : 123 m
  • Géocaches : 0

La Carte :

Les photos :

Les photos à 360°

Cliquez pour voir le 360°
Cliquez pour voir le premier 360°
Cliquez pour voir le 360°
Cliquez pour voir le second 360°

La vidéo

04 – Saint Martin de Brôme – Rand’eau – L’oppidum et le Colostre

04 – Saint Martin de Brômes
RandoCool
L’oppidum et le Colostre
31 juillet 2021

CoA fr Saint-Martin-de-Brômes 04

La carte :

Le résumé :

Le petit groupe démarre de Saint Martin de Brôme(1) pour une randonnée dont la première partie se fait dans les collines, vers l’oppidum de Buffe-Arnaud, et la seconde en bordure du Colostre(2).

La montée se passe sans problème. Nous quittons la piste au moment prévu pour prendre le sentier qui mène à l’oppidum dont il ne reste rien aujourd’hui. Nous continuons à monter pour atteindre la piste où nous allons enfin descendre. Nous profiterons d’une vue (certes un peu éloignées) sur le barrage de Gréoux les Bains(3) qui retient le lac d’Esparron de Verdon(4).

Arrivés en bas, nous ratons un peu (en fait complètement) le tunnel et c’est par la route que nous arrivons à la confluence entre le Verdon(4) et le Colostre(2).

Là, les plus courageux font trempette dans le Verdon pendant que les autres se posent en bordure de l’eau.

Nous repartons en remontant le Colostre sur un sentier que j’adore. A la glacière, personne n’ose s’aventurer dans le grotte noire et froide.

Nous nous arrêtons à un endroit sympas pour le pique-nique et pour patauger un peu dans la rivière pour quelques photos.

Plus loin, arrivés à un pont qui tombe en lambeau, personne ne croit vraiment qu’il faut passer en écartant bien les jambes pour poser les pieds sur les longerons de chemin de fer et surtout pas sur les planches pourries. C’était évidemment une blague et personne n’a marché !

Nous continuons ce sentier ombragé en nous arrêtant parfois pour patauger, encore, et prendre des photos, encore.

Nous arrivons au ravin que nous devons descendre et remonter. Là commence une nouvelle montée, avec moins d’ombre mais une superbe vue sur le village de Saint Martin de Brôme. J’en profite pour faire joujou avec le zoom de mon appareil photo.

Bientôt, nous sommes au pont sur le Colostre et au village du départ.

Selon Wikipedia
(1)
Saint-Martin-de-Brômes (Sant-Martin en occitan provençal) est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Ses habitants sont appelés les Saint-Martinômes ou Saint-Martinois

(2)
Le Colostre est une rivière française qui prend sa source au col de Saint-Jurs et se jette dans le Verdon à Gréoux-les-Bains.
La longueur de son cours est de 36,2 km. Le Colostre reçoit les eaux de l’Auvestre à Riez.

(3)
Gréoux-les-Bains est une commune française située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Ses habitants sont appelés les Gryséliens

(4)
Le Verdon prend sa source dans les Alpes du Sud, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (département des Alpes-de-Haute-Provence).
Le Verdon naît de la confluence de trois torrents :
* le Verdon de la Foux, né sur la montagne des Trois-Évêchés ;
* le torrent de Bouchier, né sur le massif du Mont Pelat ;
* le Chadoulin, émissaire du lac d’Allos.

.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur  : 8,5 km
  • Dénivelé cumulé : 167 m
  • Géocache : 10

Les photos :

La vidéo montée avec les photos :

La photo à 360°

Cliquez ici pour voir la photo à 360°. Vous pourrez vous déplacer en cliquant et faisant glisser la souris. Vous pourrez zoomer avec la molette

04 – Saint-Etienne les Orgues – Rand’eau – Les Sources du Lauzon

04 – Saint-Etienne les Orgues
Rand’eau
Les Sources du Lauzon
24 juillet 2021

Blason de St Etienne Les Orgues


Le départ

Se rendre à St Etienne les Orgues et sortir du village vers l’est. A l’embranchement de la D951 et Montlaux, se garer sur le parking
GPS sur N44.048380 E5.805605

La description de cette rand’eau :
Le groupe se retrouve sur le petit parking mais 2 randonneuses manquent à l’appel.
On attend, un petit peu, un grand peu mais après 1/4 d’heure, on abandonne et on démarre la randonnée avant qu’il ne fasse trop chaud.
On commence par le goudron pour en être débarrassé, vers Montlaux. Une voiture s’arrête après un petit kilomètre. C’est l’une des randonneuses qui était paumée avec son GPS. Elle se gare et rejoint le groupe pour faire la randonnée avec nous.
On passe Le Joncas, Le champs des Noyers puis on vire sur la droite pour gagner le Lauzon.
Là, surprise, l’accès est fermé par 3 fils électrifiés. Pas grave, on enjambe !
C’est le début de la plus belle partie de la journée. Nous sommes sous une couverture végétale, les pieds dans l’eau. Il fait bon, beau et l’ambiance rayonne dans le groupe.
On remonte ce Lauzon mais il n’y a pas beaucoup d’eau. Les endroits où habituellement on se baigne ne sont que des trous d’eau stagnantes. Tant pis, on continue !
Aux trois cascades, là aussi, pas beaucoup d’eau.
Faute de baignades, nous sommes en avance sur le timing. Le temps d’un conciliabule entre tous les randonneurs et tout le monde est d’accord pour prolonger la randonnée bien plus au sud que prévu initialement.
Nous continuons donc la remontée du Lauzon puis attaquons la remontée du Cassagnet dans son lit.
Cet affluent du Lauzon est à sec mais nous trouvons un endroit avec pelouse, pour notre pause pique-nique.
L’endroit est magnifique, calme et se prête au repos à tel points que nous ne sommes bientôt plus que deux à papoter, les autres sont en pleine sieste (et je ne pense pas que le rhum y soit pour quelque chose).
On fini quand même par les réveiller pour repartir.
Cette remontée devient compliquée car le cours d’eau est à sec mais les obstacles (arbres morts) sont toujours là. On doit souvent sortir pour contourner et revenir dans le lit.
Bon, un moment, ça va mais là, ça devient un peu Koh Lanta alors je décide de quitter le lit du ruisseau pour aller chercher un sentier proche qui doit nous ramener vers le GR6.
Un sentier ? Oui, sur la carte, pas trop sur le terrain, ou du moins par sur tout son parcours. On arrive cependant au GR … et au soleil ! Si jusque là nous avons été épargnés par la chaleur, là, on la prend en pleine poire.
Sous ce soleil de plomb, on chemine donc pour arriver au sud de la Blache où nous prenons à droite, une piste à l’ombre (ouf !).
On la suit mais nous devons la quitter pour partir plein nord vers la dernière ligne droite, en montée (aie) qui nous ramène vers nos voitures.
Ce fut vraiment une excellente journée avec pas mal de rire, de bonne humeur … et de rhum !

La carte :

les informations techniques :

  • Distance : 9,4 km
  • Altitude minimum : 591 m
  • Altitude maximum : 741 m
  • Géocaches : 1 (mais elle est magnifique !)

Les photos :

La vidéo montée avec les photos :

04 – Entrepierres – RandoCool et Rand’eau – Les gorges du Vançon – 10 juillet 2021

04 – Entrepierres
RandoCool et Rand’eau
Les gorges du Vançon

10 juillet 2021

Résumé :

Le petit groupe se retrouve à l’heure prévue au pont de la Reine Jeanne pour une randonnée dont la première moitié sera dans la montagne, la seconde dans l’eau.

Le pont de la Reine Jeanne, selon l’histoire connue aujourd’hui

Pourchassée par Louis de Hongrie depuis l’assassinat de son premier mari, ses intérêts vinrent à se confondre avec ceux des habitants de Saint-Symphorien.
En effet, séjournant au château seigneurial de Salignac (3), la reine Jeanne y accoucha d’un fils illégitime. La reine cacha cet enfant au village retiré de Saint-Symphorien et acheta la discrétion des habitants en les déchargeant du droit d’albergue et de cavalcade et en répondant favorablement à la demande des consuls pour la construction d’un pont.

Nous passons le pont et montons vers Saint Symphorien. Des 3 saints ayant portés ce prénom, j’avoue ne pas savoir lequel a donné son nom à ce village sur lequel Pierre Magnan donné un éclairage en y situant le début de son livre La folie Forcalquier avec une accroche très particulière : « Je venais juste d’acheter le corbillard qui devait faire ma fortune. »

Après cette longue montée une pause s’impose et le petit groupe s’éparpille un peu le temps de faire quelques photos.

Nous prenons, le sentier vers Sourribes. Arrivés au petit gué, nous constatons que des arbres ont été coupés et une piste aménagée où il n’y avait avant qu’un sentier. Nous montons et bientôt nous voyons la bifurcation qu’il faut habituellement prendre pour arriver à Vigoureux, village abandonné. Nous restons sur la piste car je sais qu’un éboulis a eu lieu l’an dernier. Un passage est assez dangereux et j’ai l’espoir de ramener tous les randonneurs vivants à défaut de les ramener indemnes (on y reviendra).

Après la montée et un passage à 730 m, c’est la longue descente sur la piste. Une longue et raide descente qui nous amène au pied du village de Vigoureux. Nous décidons de continuer sans nous y arrêter. Nous traversons la petite rivière et faisons une pause à la petite fontaine moussue.

Nous reprenons la piste, passons devant Beaudument et continuons vers le château éponyme.

C’est le moment, juste après « la Vière », de quitter la piste pour gagner le Vançon (également orthographié Vanson). Là, le groupe se retire quelques couches pour passer en maillot.

Le Vançon prend sa source à Feissal, sur la commune d’Authon, au sud-est des Monges, à 1 900 m d’altitude pour confluer 30 km plus loin en rive de la Durance, sur la commune de Volonne, à 472 m d’altitude, en face de la commune d’Aubignosc.

Nous attaquons la remontée du Vançon, contournons le sommet de La Citadelle, passons quelques difficultés, c’est prévu, et arrivons bientôt à la confluence entre le Vançon et le Vallon de la Grande Combe. Nous nous engageons dans les gorges étroites du vallon pour gagner la petite cascade où une tradition millénaire que j’ai décidé il y a 3 ans impose à chaque participant de passer sous la cascade pour une photo.

Nous reprenons, non pas la route mais le lit du Vançon et là surprise, l’endroit où traditionnellement, il faut nager un peu est partiellement comblé et on passe à pied, sac sur la tête.

Arrivés au site tant attendu de la piscine et du tobogan … ben y’a plus que le tobogan ! La piscine, un grand trou dans lequel on peut habituellement nager, se jeter dans l’eau depuis les rochers … ben la piscine est comblé par les cailloux, les gravillons et peut-être dessous par des rocher. Là, on a à peine de l’eau au chevilles !

Bon, il reste le tobogan que l’on réserve pour plus tard … et c’est le moment de se jeter sur nos pique-niques, à peine arrosé de rhum kiwi ou rhum banane.

Les repas respectifs engloutis on va vers le tobogan ou le courant est très fort sur cet endroit resserré, pour quelques photos.

Après une longue pause, le groupe se remet en marche pour de nouvelles difficultés sur cette rivière sauvage avec quelques arrêts baignades et c’est sur la toute dernière difficulté qu’une randonneuse se blesse. Heureusement, ce n’est pas grave et on ne voit pas l’intérêt de l’achever.

Nous continuons sur un Vançon bien plus calme pour gagner le pont de la Reine Jeanne du départ et boucler notre rand’eau.


La carte

Données techniques :

  • Longueur : 13 km
  • Altitude minimum : 524 m
  • Altitude maxi : 710 m
  • Dénivelé cumulé : 305 m

Photos :


La vidéo montée avec les photos :

Retour en haut ↑