83 – Rians – MiniRandoCool – La colline de St Pierre – 9 janvier 2021 – 415e

83 – Rians

MiniRandoCool

La colline Saint Pierre

9 janvier 2021

Blason ville fr Rians (Var)

Le résumé:

Nous étions 8 randonneurs pour une promenade vers la colline Saint Pierre, à Rians.
Avant le départ, j’ai fait un petit tour dans la ville pour quelques photo d’un mur peint, face à la mairie.
La rando, démarre dans le froid. Non, je ne dirai pas qui voulait me mettre une fessée, non pas que j’ai dit ou fait quelque chose de mal … non juste pour se réchauffer les mains …. L’histoire ne dit pas si moi aussi j’aurai eu le droit de lui mettre aussi une fessée.
Cette sortie sur le thème du géocaching (merci Tineochris) a été très agréable pour le parcours d’abord et pour la vue complètement dégagée en haut de la colline.
Le départ, sur une piste plate précède une montée sur un petit sentier. Arrivés sur la crète, une fois encore on constate que la météo est beaucoup plus fiable pour annoncer le temps qu’il a fait que pour prédire le temps qu’il fera car à la place de la pluie, nous avons eu un temps magnifique et une vue dégagée à 360° sur très, très loin !
La crète, une montagne russe, précède l’arrivée à la chapelle St Pierre où nous nous installons pour le pique-nique.
Après la pause (et le rhum arrangé), la descente de la colline est assez délicate car le terrain est bien plus accidenté puis le reste se passe en douceur dans la joie et la bonne humeur.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 7 km
  • Altitude mini : 321 m
  • Altitude max : 531 m
  • Dénivelé cumulé : 214 m
  • Géocaches : 13 !!!

Les photos

Une photo à 360° :

Cliquez sur la photo et faites glisser la souris dans un sens ou l’autre pour tourner

83 – Rians – MiniRandoCool – La colline de St Pierre – 31 octobre 2020

83 – Rians

MiniRandoCool

La colline Saint Pierre

31 octobre 2020

Blason ville fr Rians (Var)

Mise à jour du 28 octobre 2020
Bonsoir,
Macron vient d’annoncer que « les rassemblements publics sont interdits  » à compter de vendredi soir.
Pour la rando de samedi matin ça risque d’être râpé !
Pour le moment on en est à la phase de son allocution. La décision officielle (décret, loi, …) n’arrive que demain. Si un miracle se produit, on a un espoir pour samedi … mais bon, j’y crois guère.
Je risque donc d’annuler cette sortie mais je ne pense le faire que demain soir.

Le déroulement :

Nous partirons du hameau Le Benas pour gagner Le Petit Cyprès et passerons près du hameau de St Pierre avant de faire le tour de la colline St Pierre et y monter vers la chapelle.

Nous profiterons alors d’une superbe vue et pique-niquerons.

Nous redescendrons tranquillement en repassant un peu sur le chemin de l’aller.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 7 km
  • Altitude mini : 321 m
  • Altitude max : 531 m
  • Dénivelé cumulé : 214 m
  • Géocaches : 13 !!!

Le géocaching

Le géocaching est un loisir qui consiste à utiliser la technique du géopositionnement par satellite (GPS) pour rechercher des « géocaches », dans divers endroits à travers le monde et mettre en valeur le patrimoine. C’est donc une chasse aux trésors des temps modernes … mais la récompense, c’est de trouver la boite et de visiter un site remarquable.

A lire :

  • On regarde attentivement l’itinéraire à suivre pour anticiper tous les incidents de parcours (y compris les invasions d’aliens) jusqu’au point de départ et POUR ÊTRE A L’HEURE AU RENDEZ-VOUS (le groupe ne poireautera pas une demi-heure pour attendre les retardataires vu le nombre d’irrespect de gens inscrits ne venant pas)
  • Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), la tenue adaptée aux conditions de cette sortie, le sac de randonnée, le pique-nique, un verre, bonne humeur indispensable.
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Nos amis à 4 pattes pourront nous accompagner mais doivent rester sous la responsabilité exclusive de leur maître. 

Accès aux massifs forestiers : règlementation et restrictions

Chaque année, pendant l’été, l’accès à certains massifs forestiers est réglementé en fonction des conditions météorologiques et du risque incendie. Balades, randonnées, mais aussi circulation et stationnement des véhicules sont limités ou interdits selon les arrêtés préfectoraux en vigueur dans chaque départements.

Les cartes d’accès aux massifs forestiers dans les départements
Alpes de Haute Provence : Accéder à la carte
Alpes Maritimes : Accéder à la carte
Bouches-du-Rhône : Accéder à la carte
Vaucluse : Accéder à la carte
Var : Accéder à la carte

Serveur vocal sur les conditions d’accès
Alpes-Maritimes : 04 89 96 43 43
Bouches-du-Rhône : 08 11 20 13 13
Vaucluse : 04 28 31 77 11
Var : 04 89 96 43 43

Pourquoi l’accès en forêt est-il réglementé ?
En période à risque, c’est à dire à partir de juin et quelquefois jusqu’en octobre, la présence dans les massifs de randonneurs et de promeneurs présente plusieurs difficultés en rapport avec la vulnérabilité des forêts méditerranéennes :

Par des pratiques à risques (fumer ou faire des feux de camp malgré  pourtant des interdits), ces personnes peuvent déclencher un incendie. Si ces mêmes personnes se sont déplacées au cœur des massifs, les départs de feu sont d’autant plus dangereux qu’ils se produisent loin de pistes et de routes facilitant la lutte et l’arrivée rapide des intervenant au plus près du départ de feu.

Ces usagers (à pied ou à vélo) peuvent se retrouver piégés par le feu et la rapidité du développement de l’incendie peut les empêcher d’atteindre des zones de replis et de sécurité.

Dans tous ces cas, l’inexpérience et la panique peuvent être à l’origine d’accidents graves. Avec un incendie en développement, la présence de ces personnes en forêt nécessiteraient une priorisation des missions de sauvetage et de secours qui pénaliserait d’autant la lutte active contre la propagation de l’incendie.

C’est donc pour ces raisons (et depuis plus de 20 ans), que des arrêtés préfectoraux portant sur l’accès en forêt réglementent l’accès et la présence dans les forêts. Pour informer des niveaux d’accès, les préfectures ont activé des pages dédiées sur leurs sites internet ainsi que des numéros spéciaux à consulter. En temps réel, ils indiquent le classement journalier de chaque massif répertorié. Ces informations sont accessibles et actualisées la veille pour le lendemain vers 18h.

Si les dispositifs peuvent pénaliser temporairement l’activité touristique, les autorités en charge de la réglementation dans chacun des départements  ont su appliquer des niveaux de fermeture des massifs en fonction du niveau de dangers incendie (5 classes de modéré à très exceptionnel). Ainsi, tous les massifs ne sont pas interdits sur toute la période estivale. En général, le niveau exceptionnel de risque incendie impose la fermeture du massif sur la totalité de la journée. Certains départements ne possède pas de réglementation.

Ce sont les autorités préfectorales et communales qui évaluent la prévision du danger en fonction des conditions locales du risque et de l’importance de la fréquentation touristique.

Mesures de sécurité
Anticipez vos sorties en forêt et consultez la météo
N’oubliez pas votre téléphone mobile
Prévenez votre entourage de votre itinéraire
Ne quittez jamais les chemins balisés

La réglementation ne s’applique pas aux agents de l’administration intégrés dans l’ordre d’opération feu de forêt ainsi qu’aux membres des comités communaux feux de forêt, revêtus des marques distinctives de leur fonction.

Tout contrevenant ne respectant pas ces règles est passible d’amende de 4ème classe et de poursuites pénales et, en cas d’incendie, d’une amende pouvant atteindre 3,750 euros (article R322.5 du code forestier).

Les campings et les installations de plein-air sont strictement réglementés dans la région méditerranéenne. Il est autorisé sur certains terrains, mais d’une façon générale interdit dans les forêts, sauf autorisation spéciale.

Le texte de cette réglementation est affiché en mairie et, dans certains départements, à l’entrée des massifs forestiers.

N’oubliez pas l’Application mobile prévention Incendie !
Disponible sur iOS et Android, l’application mobile vous permet de connaître en temps réel le niveau de risque incendie dans les massifs, de connaître votre position DFCI par géolocalisation, et de retrouver quelques rappels important pour alerter les secours.

Plus d’information ici

Conseils utiles avant de randonner dans le parc naturel régional du Verdon

Conseils utiles avant de randonner dans le parc naturel régional du Verdon

Cet article n’est pas de moi mais je trouve utile de le partager
https://bre.is/VAcy1WAGP

 

Campings et bivouac interdits
Samedi dernier au petit matin, les gendarmes de Castellane et les éco-gardes du parc ont réveillé 15 campeurs varois, qui avaient installé leur campement sauvage au lieu-dit Saint Maurin, sur la commune de Moustiers-Sainte-Marie. Ils ont été verbalisés et évacués.

Ce été, les contrôles sont renforcés indique le chef d’escadron Pons, commandant la compagnie de gendarmerie de Castellane, qui rappelle que début juin, 120 contrevenants avaient été verbalisés pour avoir emprunté des chemins interdits à la circulation des véhicules afin d’accéder à une rave party illicite.

Sous tente ou en caravane, il est donc interdit de camper sur les berges des lacs et dans les gorges, rappellent les éco-gardes du parc naturel régional du Verdon.

Tout contrevenant risque une amende de 135 €.

Feux et BBQ interdits
En cette période à haut risque pour les incendies, il est rappelé une évidence : les feux sont interdits.
« Dans les espaces naturels, n’allumez jamais de feu (cigarette, feu de camp) ou de barbecue » insistent les protecteurs du parc. »

L’amende encourue est de 135 € !

Vérifier la météo
« Au bord du Verdon, prenez garde aux brusques variations du niveau d’eau liées aux lâchers des barrages hydroélectriques et ne traversez pas la rivière. L’eau peut monter à tout instant ! » préviennent les éco-gardes du parc.

Magnifique avec ses eaux cristallines, le Verdon n’en reste pas moins une rivière dangereuse. « De nombreux siphons et mouvements d’eau sont présents tout au long du cours d’eau. Ne vous baignez pas, surveillez les enfants au bord de l’eau, notamment durant les pauses pique-niques ou bien durant le goûter ! » recommandent encore les éco-gardes sur le site du parc.

Ils recommandent aussi la plus grande prudence sur les lacs avec les embarcations gonflables.

Cet été, 24 éco-gardes et gardes régionaux forestiers sont mobilisés pour sensibiliser les visiteurs.

Attention aux chutes 
Chaque été, les randonneurs sont nombreux sur les sentiers. La beauté du paysage ne doit pas faire oublier de regarder au-dessus de sa tête.

« De nombreuses voies d’escalade surplombent des sentiers de randonnées très fréquentés : attention aux chutes de pierres et de matériels… » soulignent les éco-gardes.


Bon, après, pour les conseils utiles avant de randonner, j’ajoute de bien vérifier le contenu de son sac et d’avoir assez d’eau !

Les bons comportements à adopter face au patou

Les bons comportements à adopter face au patou

Cet article n’est pas de moi. Je l’ai lu dans la presse : http://bit.do/eYYdJ

Spécialiste des chiens de protections, Jean-Marc Landry assure en avoir testé 130 et n’avoir jamais été mordu. Le Suisse a créé l’Institut pour la promotion et la recherche sur les animaux de protection. Il livre ses bons tuyaux.

Contourner le troupeau

C’est la règle de base. Pour éviter la mauvaise rencontre, la première des choses à faire est de contourner le troupeau. Selon la configuration des lieux et l’itinéraire, l’écart n’est pas toujours possible et la rencontre inéluctable.

S’identifier

On reconnaîtra celui qui risque de mordre à son arrière-train figé, quand le chien plus accueillant remue du popotin. Le patou n’identifie pas l’humain au-delà de six mètres, le randonneur devra se signaler pour faire baisser la tension. La meilleure façon consiste à lui parler calmement. L’animal ne reconnaît pas toutes les couleurs et ne discerne pas le jaune et le rouge. Donc sera peu réceptif aux tenues flashy.

S’arrêter

Face à ce chien qui peut atteindre 45 km/h en vitesse de pointe, la tangente n’est pas le meilleur réflexe. Le vététiste devra s’arrêter et mettre un pied au sol. Ne pas faire de mouvements brusques. Éviter les volte-face et tout ce qui peut surprendre le patou.

Ne jamais lui tourner le dos

Pour le chien, se retourner et lui tourner le dos équivaut à une invitation à venir vous attraper. Bref, continuer à lui faire face et rester naturel est la meilleure posture à adopter.

Créer un obstacle entre lui et vous

Il s’agit là de mettre une distance entre vous et le chien, et d’éviter qu’il rentre dans votre son sphère. Le randonneur placera son sac à dos et sa veste devant lui, contre son corps ou tendra ses bâtons.

Ne pas le regarder dans les yeux

L’éthologue appelle cela une « menace visuelle ». Toiser un chien, le regarder fixement dans les yeux relève, comme chez l’humain, de la mise au défi ou de la tentative de séduction. Il est donc conseillé de le regarder selon une vision générale, fixant plutôt sa croupe.

Prudence avec son chien de compagnie

Selon une hypothèse des éthologues, les patous ne reconnaissent pas forcément les petits chiens comme leurs congénères et plusieurs cas d’attaques auraient été constatés. Il est conseillé aux propriétaires de se renseigner pour connaître les zones où se trouvent des chiens de protection et éviter de s’y hasarder avec l’animal de compagnie. Pour les autres chiens, il est conseillé de les tenir en laisse pour éviter qu’ils ne pénètrent l’aire de protection du troupeau ou s’approchent de trop près de la pitance du patou.

Et s’ils sont plusieurs ?

La présence de plusieurs chiens aboyant en meute n’est pas forcément une circonstance aggravante. Le chien a généralement peur de vous et s’il y en a plusieurs, on peut s’en sortir aussi bien. Pour cette espèce canine, la démarche est individuelle et le tempérament est au chacun pour soi. Dans le groupe, pas plus d’un ou deux chiens seraient réellement agressifs. Enfin, dernier a priori mis à mal : l’effet des ultrasons serait inefficace pour repousser le chien.

Les chiens de protection peuvent impressionner, voire menacer les différents usagers des espaces montagnards : il convient d’analyser la situation, opportunité donnée à tous via cette enquête.


 

UNE ENQUÊTE POUR ÉTUDIER LES CONFRONTATIONS

“Vous avez été attaqué par un patou ? Racontez-nous votre expérience !” Le réseau des services pastoraux Auvergne Rhône-Alpes a lancé, depuis le 20 juin, une enquête afin de mieux connaître, comprendre et évaluer ce qu’il se passe lors des rencontres entre pratiquants de la montagne et chiens de protection des troupeaux.

« Le réseau des services pastoraux Auvergne-Rhône-Alpes souhaite mieux connaître, comprendre et évaluer ce qui se passe réellement lors de ces rencontres. Quelle est la réalité des problèmes sur le terrain ? Sommes-nous en mesure de les localiser, de les décrire et de les quantifier ? Peut-on identifier les déterminants communs aux bonnes ou mauvaises rencontres ? », explique Marion Cazenave, chargée de la question d’agriculture à la communauté de communes du Haut-Chablais, qui explique aussi l’enjeu de l’enquête “Mon expérience avec les chiens de protection”.

« L’enquête est précise et interroge le comportement de la personne et celui du ou des chiens, le contexte, le ressenti de la personne… »

Cette campagne d’enquête sera largement diffusée dans les offices de tourisme, les bureaux des guides, les refuges et gîtes, auprès des chasseurs, des forestiers, des gendarmeries…

Pour que chacun puisse participer, un questionnaire vient d’être mis en ligne et permet d’exposer sa bonne ou sa mauvaise rencontre avec un chien de protection. Les randonneurs bien sûr, mais aussi les trailers, vététistes, cavaliers, vacanciers, habitants des zones de montagne sont invités à témoigner : https://urlz.fr/9Seq

Chantal BOURREAU

83 – Esparron – RandoCool – Le Train des Pignes Central-Var – 8 juin 2019 – 375e

83 – Esparron – RandoCool
Le Train des Pignes Central-Var

375e – 8 Juin 2019

La carte :

Le programme :

Nous nous retrouverons à Esparron de Pallières pour gagner Saint Martin de Pallières et retour par l’ancien tracé du Train des Pignes Central-Var

Les informations techniques :

  • Longueur : 9 km
  • Altitude Mini : 375 m
  • Altitude Maxi : 482 m
  • Dénivelé cumulé du parcours : 158 m
  • Géocaches : 8
  • Waymarks : Plusieurs

La trace de la RandoCool : 

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, un couvre-chef, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Les chiens :

Nos amis à 4 pattes pourrons nous accompagner mais resterons sous la responsabilité exclusive de leur maître

83 – la Verdière – RandoCool – Le puits du Suy – 369e – 30 mars 2019

83 – la Verdière – RandoCool

Le puits du Suy

368e – 30 mars 2019

 

Blason

La carte :

Le programme :

Nous nous retrouverons sur la route départementale 30 entre la Verdière et Montmeyan. (Sur la droite où on va se garer, deux larges pistes. Sur la gauche, une piste et une citerne)
Nous partirons plein sur pour une première géocache.
Nous continuerons par la piste et pour la seconde, nous emprunterons un thalweg. Arrivés à un sentier, plus bas, nous serons sur la commune de Tavernes.
Nous passerons l’Estourié et aurons une petite partie de route (pas très fréquenté, le coin est paumé).
Nous gagnerons le Puy du Suy, une des nombreuses sources d’eau qui permettaient d’exploiter ces terres calcaires arides.
Nous nous dirigeons alors plein ouest pour gagner la Blanquette puis au nord-ouest et récupérer la piste qui nous ramènera aux voitures.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 452 m
  • Altitude Maxi : 574 m
  • Dénivelé cumulé du parcours : 247 m
  • Géocaches : 2
  • Waymarks : pas encore

La trace de la RandoCool :

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, un couvre-chef, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Les chiens :

Nos amis à 4 pattes pourrons nous accompagner mais resterons sous la responsabilité exclusive de leur maître

83 – Tavernes – RandoCool – Notre-Dame de Bellevue – 16 février 2019

83 – Tavernes – RandoCool

Notre-Dame de Bellevue

16 février 2019

Blason


La carte :

Le résumé :
Le groupe d’une douzaine de personnes (et Iago le chien) se retrouvent au parking, près de la Poste, à Tavernes. Nous partons vers le cimetière, le boulodrome, … et la chapelle de Bellevue.
Alors que nous approchons de la chapelle, une retardataire réussi à me joindre et nous décidons de faire une pause et de l’attendre. Une partie du groupe repart pour attendre à la chapelle tandis que le reste attend plus bas.
Bientôt, nous somme au complet, tous ensemble.

« En 1642, un diminicain crut voir, au sommet de cette colline, une chapelle. Il se rendit compte que ce n’était qu’un rocher. Il vit dans sa méprise un signe et fit édifier là un sanctuaire à la Vierge.
De nombreuses guérisons miraculeuses s’y produisirent ensuite et ce sanctuaire devint un lieu de pèlerinage fréquenté.
Le rocher servit de chevet à la chapelle et porta la cloche de 1779, provenant de l’ancien hôpital de Barjols. Monument Historique depuis 1981.
Une légende locale raconte que Jésus et Marie auraient laissé deux empreintes de pieds dans un rocher situé en contrebas de la chapelle, près de l’éperon rocheux donnant accès au panorama sur le village et le massif des Besslllons. »


Nous repartons avec plaisir car la mauvaise piste caillouteuse se transforme (un nouveau miracle ?) par une piste plus agréable.

Au point 608, nous sommes devant une route goudronnée que nous traversons pour gagner une très belle piste, large, presque une autoroute que nous allons suivre jusqu’en haut d’une côte où nous attendent les 3 croix des villages de Tavernes, Fox-Amphoux et Montmeyan, où, chaque année, les paroissiens se rassemblent pour bénir les fruits de la terre.

Après le pique-nique, la sieste pour certains, nous reprenons le chemin du retour en rebroussant chemin jusqu’à la route puis plus loin, jusqu’à une croix doublée d’un banc. C’est le signal pour quitter cette itinéraire que avons déjà suivi le matin. Nous prenons alors, sur les conseils de Laëtitia, un sentier, plus très utilisé qui nous fait longer et presque escalader un mur de pierre écroulé sur son propre poids.
Bientôt, nous sommes devant cette route déjà croisée deux fois mais bien plus bas. Le détour et le sentier de Laëtitia nous ont permis d’éviter un peu de goudron mais il nous faut pourtant le fouler pour finir la descente vers le village avec une halte pour observer une licorne (si, si, regardez les photos) et plus bas un pigeonnier.
Au village, nous faisons un petit tour pour dépister quelques cadrans solaires.
Le groupe se sépare sur le parking après le rituel thé de fin de randonnée.



Les informations techniques :

  • Longueur : 13 km
  • Altitude Mini : 364 m
  • Altitude Maxi : 691 m
  • Dénivelé total du parcours : 423 m
  • Géocaches : 3
  • Waymarks : une vingtaine

La trace de la RandoCool :

Les photos :

La vue 3d

Rétrospective 2018

2018 a été une année de randonnées, de géocaching et de waymarking assez bonne.
Malgré une fin d’année marquée par une longue pause médicale, j’ai organisé 28 randonnées, randocools, minirandocools et plusieurs fois la visite d’Aix en Provence à la recherche de ses trésors (pour le waymarking).

Les Randonnées :

04 – Corbières – RandoCool – Le (vrai) Trou du Loup – 29 décembre 2018
04 – Cruis – MiniRandoCool – La crête de la montagne de Lure – 27 décembre 2018 – 358e
04 – Riez – MiniRandoCool – Le Revesca – 26 décembre 2018 – 357e
04 – Oppedette – RandoCool – Le Saut du Moine – 10 novembre 2018 – 356e
04 – Saint Maime – RandoCool – La crête du Grand Tatet – 3 novembre 2018 – 355e
04 – Saint Martin de Brôme – RandoCool – L’oppidum et le Colostre – 20 octobre 2018 – 354e
04 – Saint Laurent du Verdon – RandoCool – Les Gorges et les lacs – 13 octobre 2018 – 353e
83 – Artignosc sur Verdon – RandoCool – Le lac à sec et la pierre des 3 blasons – 6 octobre 2018 – 352e
84 – Cucuron – RandoCool – Visite du village et des alentours – 351e – 29 septembre 2018
04 – Le Redortiers – RandoCool – Les bergeries du Contadour – 22 septembre 2018 – 350e
04 – Esparron de Verdon – Rand’eau – Esparron par le canal – 349e – 15 septembre 2018
83 – Artignosc – RandoCool – La tournée des chapelles – 348e – 1 septembre 2018
04 – St Laurent du Verdon – Rand’eau – Coteau Chiron – 25 août 2018 – 347e
04 – Beauvezer – Villars-Heyssier – Randonnée – Les Gorges de Saint Pierre – 9 juin 2018 – 346e
04 – Quinson – RandoCool – Les sources de Poiraque et de Vaudoudurde – 2 juin 2018 – 345e
13 – Coudoux – RandoCool – Geocaching sur les haut de Coudoux – 10 mai 2018 – 344e
04 – Redortiers- RandoCool – Les bergeries du Contadour – Le Jas des terres du Roux – 28 avril 2018 (annulé)
84 – Cadenet – RandoCool – Le château et l’oppidum – 7 avril 2018 – 343e
84 – Apt – Randoccol – La chapelle de la Santonne – 342e – 31 mars 2018
84 – Cucuron – RandoCool – En ville et hors ville – 341e – 25 mars 2018
83 – Artignosc – RandoCool – La Coste et les gorges du Verdon – 340e – 3 mars 2018
04 – Saint-Laurent du Verdon – MiniRandoCool – Les gorges sud – 339e – 18 février 2018
83 – Artigues – RandoCool – L’oppidum de Mont Major – 10 févier 2018 – 338e
83 – Barjol – RandoCool – Une boucle vers Ponteves – 337e – 3 février 2018
84 – Viens – RandoCool – Les chemins de la pierre sèche … et des géocaches – 336e – 27 janvier 2018
83 – Vinon sur Verdon – RandoCool – Les chemins de l’eau – 20 janvier 2018 – 335e
83 – Rians – RandoCool – La crête de la Vautubière – 334e
04 – Les Mées – RandoCool – Un 8 pour commencer l’année – 333e

Certaines ont été annulées la la grande majorité s’est déroulée sans problème. Nous étions quelques fois nombreux (une quinzaine de participants maximum), pour la dernière nous étions que deux (merci à Dominique pour m’avoir accompagnée entre Noël et jour de l’an) mais nous étions en général une dizaine car je privilégie en général la convivialité au troupeau !

Le Géocaching

Statistiques 2018
Total caches trouvées 183
Jours de géocaching 55
Moyenne de caches trouvées par jour de géocaching 3.3
Caches trouvées par jour 0.5
Caches trouvées par mois 15.3
Caches crées : 15

Mes caches de 2018
GC7KK29 – A la découverte de Riez
GC7P29M – Bienvenue à Valensole
GC7P2AH – Bienvenue à Allemagne en Provence
GC7P2BQ – Bienvenue à Puimoisson
GC7P2C7 – Bienvenue à Riez
GC7P2CP – Bienvenue à Saint Martin de Brômes
GC7P2F5 – Danger de mort
GC7J6YN – Géocaching et Waymarking dans le 04
GC7QBXF – L’or bleu des Alpes de Haute Provence
GC7QEY5 – Visite de Mallemort de Provence
GC7R17H – Le bout des Gorges de Saint Pierre
GC7V3ZQ – International Geocaching Day 2018
GC7WNKJ – SLV – Un peu de culture au milieu d’un champ
GC7Z8R1 – Bienvenue à Manosque 2
GC805MN – Le Saut du Moine

Le Waymarking

AnnéeWaymarks PostésWaymarks/jour
201220.0067
201300
201400
201500
2016200.0546
201713883.8027
201814754.0411

83 – Artignosc sur Verdon – RandoCool – La pierre des 3 blasons – 6 octobre 2018 – 352e

 

83 – Artignosc sur Verdon – RandoCool – La pierre des 3 blasons – 352e

6 octobre 2018

 

Le résumé :

Le petit groupe de 5 randonneurs se retrouve près du pont entre le Var et les Alpes de Haute Provence pour une randonnée que je connais déjà pour l’avoir déjà faite en janvier 2017.
Si j’ai voulu revenir aujourd’hui c’est pour le spectacle que nous arons au début de la marche, depuis le pont : le barrage de Quinson a été vidée pour la maintenance décennale et le lac d’Artignosc est à sec. Cette étendue (approximativement un carré de 500 m de coté) habituellement immergée nous offre un décor totalement différent.
Nous constatons que le lac n’est en général pas très profond 398 m d’altitude alors que le niveau de l’eau est de 409 m. Ce n’est cependant pas le cas sur toute la zone car du nord arrivent les gorges qui traversent dans un zig-zag le lac. Au fond de ces gorges, je pense que le niveau descend à -30 m au moins.
Après le pont, nous descendons vers cette étendue que nous longeons pour remonter vers un setier que nous ratons … Nous revenons et attaquons cette partie ombragée qui de Belvédères en belvédère va nous offrir entre de belles vues sur ce décors inhabituel.
Quittant le bord du Verdon, nous partons vers l’est pour gagner cette pierre aux trois blasons mentionnées sur les cartes IGN.
Avant d’être fixées définitivement, les limites séparant Montpezat des localités voisines Baudinard et Artignosc, donnèrent lieu à une multitude de contestations et de querelles entre habitants des trois villages, si bien qu’en 1733 il y eut vérification et rétablissement des limites de Baudinard avec Montpezat et nomination d’experts. En 1739, députation du greffier de Montpezat à Aix pour consulter sur le procès intenté par le seigneur de Baudinard et la communauté d’Artignosc, au sujet des limites du territoire. Enfin en 1742, une transaction est établie entre les communautés de Baudinard, Artignosc et Montpezat, les limites sont fixées au « trifinium », point de jonction des limites des trois territoires. Et c’est en 1743 que fut posée à cet endroit précis situé dans le val Valour une pierre de bornage.
Cette pierre existe encore, elle porte sur trois faces les armoiries respectives des seigneurs des 3 territoires devenue 3 communes. 

Peu de temps après, bien qu’il soit juste midi, nous profitons d’un espace dégagé pour nous installer pour le pique-nique car la plus jeune du groupe commence à râler auprès de sa maman. Elle a faim !
Nous repartons et passons devant des chasseurs cherchant un chien égaré du mauvais coté du Mau Vallon. Ils ont faits une bonne chasse et un sanglier est solidement fixé à leur voiture.
Nous continuons et faisons un petit aller-retour pour aller voir l’ancien prieuré de Valmongne, aujourd’hui propriété privée.
Nous reprenons les sentiers pour le retour en passant par lz sentier des charbonniers, facilement identifiable aux zones noires mêlées de charbons et de terres, issue des tumulus de bois brûlés.
Nous sommes bientôt de retour près du lac, du pont … et des voitures.
La carte :

Estimations :

 

Longueur : 12 km
Géocaches : une quinzaine

La trace :

Les photos  :

Retour en haut ↑