04 – St Laurent du Verdon – RandoCool –  Les gorges et les lacs – 1er mai 2019 – 373e

04 – St Laurent du Verdon – RandoCool

  Les gorges et les lacs

1er mai 2019

Blason Saint Laurent du Verdon Blason Montpezat

La carte :

Le Résumé :

Le petit groupe se retrouve sur le parking des Aires, devant le château de Saint Laurent pour une journée qui s’annonce chaude.
Avant de quitter le village, nous passons voir la fontaine (c’est en fait un lavoir) restauré tel qu’il devait être à l’époque des lavandières.
Nous prenons maintenant la direction de la chapelle Notre Dame. Nous sommes maintenant au sommet de la randonnée.
Nous continuons par la piste et la quittons bientôt pour un sentier qui nous mène au Verdon.
Un petit arrêt s’impose au premier belvédère et nous allons longer maintenant le Verdon jusqu’au pont qui permet de passer de Saint Laurent du Verdon (Alpes de Haute Provence) à Artignosc sur Verdon (Var) et nous offre la première vue sur le lac d’Artignosc.
Nous nous éloignons un peu du Verdon pour utiliser la route qui nous permet de descendre jusqu’au bord de l’eau.
Nous contournons le lac et juste avant la montée vers Coteau Chiron, nous faisons encore une pause, au bord de l’eau.
Allez hop, c’est la montée, en bordure du Verdon, vers cette colline de Coteau Chiron et nous progressons, de points de vue en point de vue.
Arrivés au bord au lac de Montpezat, nous nous trouvons un coin à l’ombre et au bord de l’eau pour le pique-nique qui s’allonge autant que possible car nous sommes dans la plus belle des salle à manger sur nos petits rochers et les pieds dans l’eau.
Il nous faut repartir et la prochaine étape est Les Angles, où quelques ruines tiennent encore debout plus par habitude que par les lois de la physique.
Sur les manuels, l’indication est de partir à droite pour rejoindre la route à suivre jusqu’au village mais je connais le secteur et je préfère partir à gauche un temps. Nous ne prendrons pas le chemin qui descend vers le lac mais contournerons la propriété d’un malotrus et ses panneaux vulgaire pour rejoindre une large piste. Nous la suivrons vers la droite pour passer devant un mat dressé pour indiquer d’une part la position GPS du lieu mais aussi les distances qui nous séparent de quelques grandes villes du monde (Sydney, Moscou, …).
Nous sommes à vue du village et le rejoignons pour le rituel thé glacé de fin de randonnée avant de nous séparer.

Les informations techniques :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 294 m
  • Altitude Maxi : 476 m
  • Dénivelé total du parcours : 166 m
  • Cache : Une dizaine

Les photos :

La trace :

LogoGpsies

04 – Corbières – RandoCool, Géocaching & Waymarking – Le Gros Chêne – 27 avril 2019 – 372e

04 – Corbières

RandoCool, Géocaching & Waymarking

Le Gros Chêne

27 avril 2019

La carte :

 

 

La description :
Le groupe se retrouve près du terrain de pétanque de Corbières pour la traversée du village vers le torrent.
A la sortie du lotissement, nous passons le gué sur des palettes laissées ici par ceux qui, visiblement, y passent régulièrement.
Nous attaquons maintenant la montée, tranquillement, avec des pauses de temps en temps pour atteindre le sommet de la randonnée, le Gros Chêne, indiqué sur les panneaux de randonnée.
C’est un arbre mort mais il garde toute sa grandeur, tout son panache, à la croisée de chemins.
Un peu de descente, un peu de plat et sur notre belle piste, nous ratons presque, emportés par notre élan, le chemin vers le Jas de Brigitte, une ancienne bergerie en ruine.
Nous reprenons la piste que nous allons suivre maintenant jusqu’au ravin de Bernardine.
Là nous prenons une nouvelle piste en plus mauvais état que nous allons abandonner dans un virage pour prendre un sentier inconnu des cartes IGN, OSM, … mais sans doute utilisés par les animaux.
J’avais prévu, pour 200 m une passage en mode sanglier mais le sentier existe et en le suivant, on arrive à notre but … la superbe plage de rochers où j’avais prévu le pique-nique.
Le groupe se disperse, certains préférant faire des photos quand d’autres préfèrent commencer par manger (y’a des priorités !).
Après une très longue pause et de nombreuses photos prises par les uns et les autres, le groupe se remet en route par un petit sentier en contre-bas de la piste du Trou du Loup.
Nous somme maintenant à la retenue d’eau et à la fontaine.
Nous prenons maintenant le sentier des gorges du torrent de Corbières que nous allons suivre jusqu’à un grand arbre mort qui sert de repère pour descendre au fond du petit vallon et remonter vers l’espace où il y a peu des vignes étaient cultivées.
Nous contournons cette zone où les pieds ont été arrachés et arrivons bientôt à un gué, puis un autre et nous sommes de retour à la civilisation, au goudron et à Corbières.
Nous remontons la rue de l’Arc Couché, la rue des Gabians (où nous étions ce matin) et devant l’église, nous prenons à gauche vers le lavoir et la fontaine du village.
La rue des Ferrages nous ramène bientôt à la salle communale et à nos voitures.

Les informations techniques :

    • Longueur : 11 km
    • Altitude Mini : 279 m
    • Altitude Maxi : 500 m
    • Dénivelé total du parcours : 269 m
    • Géocaches : plusieurs
    • Waymarks : Quelques uns

Les photos d’une randonnée qui partage une partie du parcours
(attention, ce n’est pas la même) :

La trace de la RandoCool :

LogoGpsies

Les photos :

La vue à 360° :

04 – Reillanne – RandoCool – La crête du Reclapous – 16 mars 2019 – 367e

 

04 – Reillanne
RandoCool – La crête du Reclapous

16 mars 2019

 

Le résumé:

Le groupe de 14 randonneurs démarre de la grande place de la Libération, au centre de Reillanne pour gagner la chapelle Saint Denis où les géocacheurs trouvent non pas une mais deux caches !
Après quelques photos, nous redescendons au village pour utiliser le chemin de Compostelle en direction de la crête du Reclapous.
Après quelques bifurcations, il nous faut quitte ce chemin de Compostelle pour prendre un sentier : la crête du Reclapous.
Nous profitons de belles vues sur la vallée du Grand Vallat, les villages de Viens et de Sainte Croix à Lauze.
La vue est tellement belle que lors d’une pause, deux randonneuses décident de repartir pour une cache que nous aurions oubliés. Le temps de vérifier sur mon GPS et la cache en question est bien plus loin. On hésite à les laisser chercher pour rien mais on les appelle pour leur dire que rien n’a été oublié et que nous ne sommes pas encore à la cache.
Arrivé à un croisement entre une piste et notre sentier, on trouve la cache qui effectivement n’était pas oubliée et nous continuons notre sentier qui devient piste.
Sur le côté droit, un filet fait fonction de grillage et je m’inquiète pour la cache suivante. Après l’avoir passée, nous décidons de prendre un peu à gauche pour la pause pique-nique avec le Mont Ventoux au loin dans le paysage.
Nous revenons au dernier croisement et constatons que le filet n’est que sur le bord du chemin que nous avons emprunté et que nous pouvons très aisément le contourner pour aller chercher notre cache a proximité d’une cabane. Une délégation des randonneurs (les géocacheurs !) partent et trouvent un arbre est tombé au sol mais son sommet est retenu en l’air. De nombreux branchages sont contre le tronc et font, sur 4 m environs, une cabane.
Nous retournons auprès du reste du groupe et continuons la randonnée vers Reillanne. Maintenant la piste descend, nous avons fini de monter ! Je ne sais pas si c’est une allergie à la descente mais toutes une série d’éternuements m’empêchent de parler … cela fait des vacances pour les autres randonneurs car il paraît que je parle beaucoup !
Bientôt nous bifurquons puis quittons toute piste pour prendre un sentier que l’on voit, qui disparaît puis réapparaît ici et là. Heureusement la randonnée se fait au GPS, pas à la carte car il serait impossible de le suivre.
Nous arrivons à une nouvelle piste que nous quittons bientôt pour chercher un puits que nous trouvons aisément, ainsi que sa cache.
Nous continuons sur le sentier et trouvons un autre groupe de randonneurs avec qui nous échangeons quelques mots avant de reprendre la descente tranquille vers Reillanne en passant devant un bori tout neuf et très bien réalisé.
A Reillanne, le groupe se sépare après le rituel thé de fin de randonnée.
La carte :
Estimations :
    • Longueur : 9 km
    • Dénivelé cumulé : 225 m
    • Géocaches : 4
    • Waymarks : au moins une dizaine

Les photos :

 

La vue 3D de l’itinéraire :

La trace GPS :

04 – Puimoisson – RandoCool – Le plateau de Rème

04 – Puimoisson – RandoCool

Le plateau de Rème

26 janvier 2019
Blason Puimoisson

 

La carte :

Le programme :
Le groupe de 11 randonneurs démarre du parking de l’église. Un peu au hasard, nous prenons diverses rues et de long escaliers, pour gagner la rue qui descend vers le ruisseau l’Auvestre au pied de la colline où est perchée la chapelle Notre Dame de Bellevue. Constuite vers 1100, elle fut largement remaniée vers 1600.
Nous continuons notre chemin et rejoignons une piste qui nous amène à la D56 que nous empruntons un court moment pour suivre la longue route, plus ou moins goudronnée qui, en bordure du plateau, nous offre quelques belles vues sur les champs, les bosquet, les troupeaux, en contre-bas.
Arrivés à l’aérodrome, nous cherchons un endroit pour nous installer, espérant trouver une place à l’abris du vent qui souffle depuis le matin. Quelques tables et bancs sont vite trouvés mais c’est avec le Mistral que nous prenons le pique-nique.
L’aérodrome de Puimoisson (code OACI : LFTP) est un aérodrome du département des Alpes-de-Haute-Provence. Situé au pied des préalpes, il est doté de deux pistes. L’activité principale est le Vol à voile.
Pas de sieste aujourd’hui et nous reprenons la marche en direction du nord-ouest pour regagner Puimoisson.
Le vent s’arrête et la température remonte vite en ce début d’après-midi et nous suivons notre piste dans des conditions bien plus clémentes et plus agréable.
Arrivés au pied du village, je note la présence d’un pigeonnier restauré et modifié. Si les ouvertures destinées aux oiseaux sont toujours présentes, dessous, une fenêtre et une grande porte on été découpées. Au-dessus du toit, on voit également une cheminée.
Après la maison de retraite, nous arrivons à un ensemble de lavoir et une fontaine en excellent état. Un panneau nous informe que le lavoir de gauche était destiné au malade et qu’une pompe bélier permettait de faire remonter l’eau de la source au centre du village, bien plus haut.
Un peu au hasard, nous remontons jusqu’à l’église où nous partageons le rituel thé de fin de randonnée.



Les informations techniques :

  • Longueur : 12 km
  • Altitude Mini : 603 m
  • Altitude Maxi : 775 m
  • Dénivelé total du parcours : 300 m
  • Géocaches : 1 à proximité
  • Waymarks : 5

La trace de la RandoCool :

Mes photos :

 

04 – Sigonce – RandoCool – Vers les sources du Revest St Martin – 5 janvier 2019 – 360e

5 janvier 2018

Blason

La carte :

Le programme :
Nous sommes partis de Sigonce pour gagner le ravin de Cabane que nous avons remonté vers le très joli hameau de la Blache et le Revest.
Sous avons pique-niqué sur l’aire mise à disposition, à côté de l’église. Nous sommes redescendus par Laugisson, Saint Martin, le rabvin des Sorgues et Sigonce.



Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 497 m
  • Altitude Maxi : 777 m
  • Dénivelé total du parcours : 300 m
  • Géocaches : 1
  • Waymarks : Quelques uns au départ et plusieurs à créer

La trace de la RandoCool :

04 – Corbières – RandoCool – Le trou du loup – 359e

29 décembre 2018

Blason

La carte :

Le programme :
Nous partons du village pour la montée vers la chapelle St Brice.
Nous prenons le sentier, vers la piste du Trou du Loup.
Nous suivons la piste, très agréable, avec des vues sur les collines dont certaines ont bien brûlées au début du siècle.
A la bifurcation de piste, nous prenons celle de droite qui nous mène :

  • au cairn Sud-04 mis en place pour les 20 ans du club de rando de Ste-Tulle
  • et aux œuvres d’art disséminées ici et là en hommage aux pompier et leur travail sur les collines.
Nous prenons, face au cairn, le sentier qui nous permet d’atteindre une ruine par une voie utilisé plus par les ruissellements d’eau que par les randonneurs.
Ce sentier est cependant agréable car nous descendons un petit vallon avec de nombreux arbres morts toujours dressé dans des postures assez étonnantes.
Alors que nous serons presque en bas de ce vallon, nous bifurquerons un peu sur la droite pour atteindre le clou de la randonnée : le Trou du Loup !
Et oui, le Trou du Loup n’est pas seulement le nom de la colline, le nom du barrage et le nom d’une piste. C’est également, surtout, même, un piège utilisé pour attraper un loup : un trou profond de 2 m environ, dons la base est largement évasée et au fond duquel était plantées des piques. Le haut était couvert de branchages et si le loup s’y aventurait, il tombait et s’empalait. S’il n’était que blessé, le saut à faire pour sortir était hors de portée et il ne pouvait s’aider des parois car elles étaient évasées en bas.
Aujourd’hui, le trou est « désactivés » : les piques ont été retirées, le fond percé pour permettre une sortie et de la terre l’a un peu rempli le rendant bien moins profond.
Une fois ce Trou du Loup atteint nous reprenons la descente dans le vallon pour atteindre un petit pont qui nous permet de reprendre la piste délaissée avant le cairn Sud-04.
Nous prenons la piste jusqu’à la bifurcations puis le barrage et la fontaine.
Nous repartons par les gorges du Torrent de Corbières.
A l’arbre mort, quand nous bifurquons sur la droite pour gagner le fond du vallon.
Nous contournons un champ de vignes, passons un gué, gagnons un second champ de vignes et regagnons la civilisation par le lotissement en bas du village.
Arrivés à l’église, nous bifurquons à gauche pour gagner la fontaine et le lavoir.
Ce lavoir, à sec, est alimenté par la source de Tarnaud, évoquée plus haut et l’eau est acheminée depuis les canalisations que nous aurons longés tout au long du parcours dans les gorges.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 287 m
  • Altitude Maxi : 450 m
  • Dénivelé total du parcours : 234 m
  • Géocaches : 5
  • Waymarks : 8

Les photos :

La trace de la RandoCool :

Fiche incident chien de protection

Amis randonneurs …

Les services de l’Etat ont rédigés la « fiche incident randonneur chien de protection » à renseigner lorsqu’un randonneur (ou autre pratiquant de sports de pleine nature) est victime d’un incident avec un patou dans les Alpes de Haute Provence.

Afin de mieux faire connaitre ce document il est demandé aux randonneurs de le partager et, éventuellement, à le mettre en téléchargement sur nos sites internet.

En cas d’incident cette fiche est à renseigner et à envoyer à la DDT 04

Certaines randonnées traversent des alpages pâturés par des troupeaux. Ceux-ci sont souvent gardés par des chiens de berger (dits chiens de conduite) et des chiens de protection contre les prédateurs, tels les patous.

Ces chiens ne développent pas d’agressivité particulière vis-à-vis de l’homme mais comme leur rôle est de dissuader tout intrus de s’approcher du troupeau ils vont probablement s’interposer entre le troupeau et vous, en aboyant. Ils travaillent de façon autonome par rapport au berger, et sont souvent plusieurs (travail en « meute »).

Il est donc préconisé aux randonneurs de ne pas traverser un troupeau mais de le contourner largement. Face au chien de protection, ne courez pas, ne faites pas de grands gestes, ne le regardez pas dans les yeux (comme tout chien, il peut percevoir un regard fixe comme une agression) arrêtez-vous le temps qu’il vous identifie, restez calme et passif, ne le menacez pas, ne le caressez pas.

Si vous êtes en VTT, descendez de vélo. Un vélo qui se déplace rapidement stimule l’instinct de poursuite du chien et peut être perçu comme une menace par le chien de protection.

Nous vous conseillons d’éviter d’emmener votre chien de compagnie dans les secteurs où des troupeaux sont présents. Si vous l’emmenez, tenez votre chien en laisse afin qu’il ne dérange ni le troupeau, et ne soit pas perçu comme une menace potentielle par le chiens de protection. Si les chiens de protection vont vers vous, placez votre chien derrière vous.

Consultez la consigne « Troupeaux et chiens de protection »

Si vous êtes victime d’un incident avec un chien de protection, remplissez la fiche ci-jointe

Nous vous souhaitons un bel été dans nos montagnes avec le moins d’incident possible

• par courrier :

DIRECTION DÉPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE
Pôle pastoralisme
AVENUE DEMONTZEY CS 10211
04002 DIGNE LES BAINS CEDEX

• par courriel :

ddt-sea-pp@alpes-de-haute-provence.gouv.fr

04 – Pique-Nique franco-malgache au lac des Buissonnades, à Oraison

30 juin 2018

On va essayer de s’installer près du terrain de volley : N43.886937 E5.888422

Madagascar

Madagascar, est un État insulaire d’Afrique.

C’est la cinquième plus grande île du monde après l’Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et Bornéo.

Longue de 1 580 km et large de 580 km, Madagascar couvre une superficie de 587 000 km².

Sa capitale est Antananarivo et le pays a pour monnaie l’ariary.

Sa fête nationale est le 26 juin et célèbre son indépendance de la France

Le lac des Buissonnades est situé au sud de la commune d’Oraison.

C’est en bref :

  • un lac de baignade
  • un lac pour les loisirs sur l’eau
  • un étang pêche
  • un parcours botanique autour du premier plan d’eau (environ 2 km). Départ : fond du parking au niveau de la table de pique-nique (balisage bleu).
  • des circuits autour des trois plans d’eau totalisent environ 3 km de promenades pédestres.
  • des géocaches autour du grand lac

Lac

Le programme de la journée :

  • Apéro
  • Pique-nique
  • Détente
  • Pétanque
  • Jeux de cartes
  • Trivial Poursuit
  • Baignade
  • Géocaching

Chacun amène ses préparations (plats et boisson), ses couverts, son verre, ses jeux, ses boules de pétanques, … son maillot et sa bouée canard

Avertissements :

  • Les enfants restent sous la responsabilité de leurs parents
  • Je ne suis ni guide, ni accompagnateur professionnel, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …

Chasse au trésor, safari-photo et concours photos à Riez la Romaine (Alpes de Haute Provence) – 5 mai 2018

Je vous convie à un event à Riez, dans le département des Alpes de Haute Provence, le 5 mai 2018.

Qui peut participer ?

  • Les géocacheurs débutants,  habitués, confirmés ou acharnés,
  • Les waymarkeurs débutants,  habitués, confirmés ou acharnés
  • les curieux qui ont entendus parler ou pas du géocaching ou du waymarking
  • Tout le monde !

Le programme de l’évent 9 h / 17 h 00

  • Accueil avec café, en toute simplicité, dans la bonne humeur et la convivialité dans la salle multi-activités de la commune.
  • Présentation de la chasse au trésor (géocaching)
  • Présentation du safari-photo (waymarking)
  • Présentation du concours photos
  • Lâcher de participants pour les deux jeux et le concours photos dans la ville
  • 11 h 30 départ vers les colonnes romaines de Riez où la commune nous permet d’organiser un pique-nique

L’après midi

  • A partir de 14 h 00, un historien local peut nous expliquer l’histoire de la ville (facultatif)
  • Présentation de la chasse au trésor (géocaching)
  • Présentation du safari-photo (waymarking)
  • Présentation du concours photos
  • Lâcher de participants pour les deux jeux et le concours photos dans la ville
  • 17 h 00 fin officiel de l’event

Retour en haut ↑