04 – Le Redortiers – RandoCool – Les bergeries du Contadour

04 – Le Redortier

RandoCool

Les bergeries du Contadour

23 septembre 2017

 

Le résumé :

Le groupe d’une dizaine de randonneurs se retrouve à la mairie du Contadour. Une fois le groupe au complet, nous remontons dans nos voitures pour gagner le départ de la rando au point « Le Trait ».

Une fois tout le monde en tenue, nous attaquons la toute petit partie de la randonnée sur goudron, le temps de gagner la Tinette, ancienne ferme auberge réputée.

Après la Tinette, plutôt que de prendre le sentier, raide, nous prenons la piste qui nous permet de voir de beaux paysages et un cheval, près d’un arbre. Se détachant du fond bleu du ciel, ils sont magnifiques.

Arrivés en haut du sentier boudé au départ, nous le prenons pour la suite car là, c’est plat !

Nous cheminons jusqu’à la bergerie effondrée et quittons provisoirement le sentier pour gagner un peu plus bas le borie en parfait état.

Après un retour sur le sentier nous le suivons jusqu’au Jas des Terres du Roux.

Cet ensemble, parfaitement restauré, constitué par la bergerie, la cabane du berger, la citerne et l’enclos est classé aux monuments historiques depuis 1993.

Nous continuons par le chemin derrière le jas pour monter au nord, vers une bergerie effondrée.

Nous continuons vers un cairn… Habituellement, on dit que les cairns sont des balises pour les voyageurs bien que ce ne soit pas une règle absolue. Ici, en regardant la carte, il semble que celui-ci soit à la limite entre les Terres du Roux et les Fraches. Serait-ce une borne de propriété ?

Aux Fraches, nous passons vers une longue bergerie en activité puis devant une autre dont la toiture est tombée, laissant sur place les arcs qui la supportaient. Tout près, nous faisons une halte devant un igloo … une petite protection pour un ou deux hommes.

Nous continuons vers le nord et croisons un groupe d’une vingtaine de personnes accompagné d’un chien qui ne leur appartient pas et qui décide de changer de groupe pour nous suivre.

C’est à partir de là que ça a commencé à foirer.

Nous passons devant le Jas des Agneaux, dont le moins que l’on puisse dire c’est que c’est la construction la plus moche de la journée.

Nous sommes bientôt sur la crête de la montagne de Lure que nous devons suivre peu de temps.

Alors que nous somme à proximité d’une géocache, je suis stupéfait de voir que le chien semble dressé à trouver les géocaches. Le voici qui se met à tourner inlassablement autour de l’endroit qui en dissimule une !

Et là, trahison suprême, j’apprends que l’une des membres du groupe, pourtant géocacheuse, a téléphoné au propriétaire de ce chien en or pour que le propriétaire vienne le chercher !

Alors que j’hésite à l’étrangler, un groupe d’une trentaine de personne nous rattrape et visiblement, je suis connu car l’une des personnes suit mon site internet ! A ben merde alors, on est plus qu’au milieu de nulle part, sur la crête de la montagne de Lure, un chien dressé à la recherche des caches nous accompagne et voila que quelqu’un que je n’ai jamais vu me reconnaît en passant … Heu … elle est où la caméra cachée ?

Bon, on marche avec l’autre groupe, ce qui me fait passer l’envie d’étrangler quelqu’un (heureuse diversion !) quand le maître  arrive pour récupérer son chien.

Tant pis … des centaines de points au géocaching s’éloignent avec les sommes astronomiques contre lequel j’aurai pu le vendre …

Une fois au Cairn du Pape, notre seul groupe bifurque vers le Cairn du sous-pape où nous décidons de l’endroit magnifique pour nous installer et faire la pause du pique-nique.

L’endroit est réellement magnifique, nous avons une vue vers le mont Ventoux, une herbe verte, un cairn magnifique, …

Je m’adosse à un arbre, sort ma gamelle de mon sac … quand un gros 4×4 blanc se pointe et s’arrête à 20 m de nous devant le cairn et une femme en sort pour le prendre en photos. Sans déconner, les gens viennent en 4×4 pour visiter ce coin perdu, non, mais c’est quoi cette connerie ? Elle peux par marcher ?

Cette randonnée est irréelle, je me calme en attaquant mon repas quand un autre 4×4 arrive se se gare … pile en face de moi à 50 m.

Je suis adossé à mon arbre, à des kilomètres de la civilisation la plus proche et ce second 4×4 noir se gare pile dans mon axe de vision. Mais c’est pas vrai … Qui c’est qui tient cette camera cachée de merde ?

Un couple en descend et semble chercher quelque chose … du coté de l’arbre où est placé une autre géocache (oui, je sais, j’en ai en pagaille dans le coin).

Pour ne pas être venu à pied ou en vélo mais en 4×4, je refuse de lever mon cul et de les aborder pour voir s’ils sont bien géocacheurs. Je MANGE !

Non, mais on est en plein rien du tout et il faut qu’ils s’arrêtent pile devant nous ! Je le crois pas !

Une fois le repas terminé, le 4×4 se barre. On en profite pour aller voir et le journal de visite n’a pas été signé aujourd’hui. Ils ne l’ont pas trouvés, normal, ils ne l’ont pas mérité !

Je fais des photos du cairn, des environs, quand on me demande quel est cet observatoire que l’on voit au loin avec des jumelles. Bon, sans les jumelles, je vois que dale.

Je note notre position et le besoin de regarder sur Peak Finder pour avoir le nom de la montagne concernée.

De retour à la maison, effectivement, à 12,5 km de nous, la Montagne de Bergiès abrite le CosmoDrôme, l’Observatoire Claude Tavenier.

On repart et l’irréel continue. Après des groupes improbables d’où on me reconnait, après un chien dressé au géocaching, alors que je ne cesse de dire qu’on est au milieu de nulle part et bien on tombe sur 2 semi-remorques. C’est normal …

Ils chargent du bois.

Le groupe continue vers le grand Fayard que l’on ne peut approcher car derrière une clôture pour animaux.

Le groupe poursuit vers les deux bergeries que je veux absolument approcher pour faire des photos afin de créer mon premier waymark dans la catégorie des lieux de cinéma … et tout ce qui peut foirer foire car les deux bergeries sont derrière deux clôtures pour animaux. Pour la bergerie de Jules, des ânes viennent même nous saluer. Je regarde un peu croyant reconnaître l’âne de Shrek, mais non, ils se taisent. Enfin quelque chose d’à peu près normal.

Nous continuons et au plus mauvais moment, alors que nous sommes sur la piste à flanc du ravin de Font Brune, le vide à gauche et un talus très raide à droite … et bien c’est le moment choisi par les deux semi-remorques pour débouler à font. On saute sur le talus pour les éviter et je pense être maudit !

Je fait le reste de la randonnée en roue libre jusqu’aux voitures, heureusement proche, je refuse de continuer à noter les événements !

On boit le thé glacé accompagné de chocolat, de gâteaux, … et le groupe se sépare.

La carte :
Estimations :
Longueur : 11 km

Dénivelé cumulé : 273 m

Géocaches : 8

La carte interactive de la journée
LogoGpsies

Les photos de la journée

Un 360° de cette journée

Le cairn du sous-pape

04 – RandoCool – Redortiers – Les bergeries du Contadour

04 – Redortiers- RandoCool

Les bergeries du Contadour

Le Jas des terres du Roux

28 avril 2018

Description

Un itinéraire à travers cet espace cher à Giono pour randonner vers des bergeries en pierres sèches

La carte :

Estimations :

  • Longueur : 10 km
  • Dénivelé cumulé : 300 m
  • Géocaches : plusieurs

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre son pique-nique, de l’eau (1,5 l minimum), la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Quelques bergeries :

04 – Pierrevert – RandoCool – Une boucle vers le Trou du Loup – 237e

Le départ Se rendre à Pierrevert et se garer, chemin de St Patrice, devant la Chapelle Saint Patrice

GPS sur N43.799507 E5.749630

La carte

Carte de notre itinéraire

Le déroulement de cette RandoCool

Nous partons de la chapelle St Patrice de Pierrevert pour descendre tranquillement vers le Chaffère. Arrivé au pont, nous passons dessous car ce dernier n’est pas de première jeunesse et ne permet plus de supporter plus qu’un simple souffle d’air. La remontée qui s’offre à nous est un peu raide, aussi, nous faisons une ou deux pauses avant d’atteindre le site du Cairn Sud 04 et de l’oeuvre LandArt de Jacques Le Texier. Après quelques photos, nous nous remettons en marche vers la retenue d’eau du Trou du Loup et de la Source de Tournaud. Nous nous installons à flanc de colline pour prendre le pique-nique. Nous repartons en longeant le Riou puis dans la colline vers Le Clapier que nous contournons avant d’attaquer la descente qui nous ramène vers le Chaffère (la maison en ruines d’abord puis la rivière du même nom). Nous le passons au gué, longeons un instant la route de Montfuron et attaquons la montée la plus raide de la journée vers le lavoir de la Grande Fontaine où une nouvelle pause est la bienvenue. Nous repartons mais maintenant la chapelle et les voitures ne sont pas loin et nous y arrivons rapidement. Une pause pour boire le thé glacé accompagné de biscuits et le groupe se sépare.

Informations techniques :

  • Longueur estimée : 14,1 km
  • Altitude maximum : 450 m
  • Altitude minimum : 309 m
  • Dénivelés cumulés : 367 m
  • Géocaches sur place : 2 (GC5JQZ1 & GC5RN6A)
  • Géocaches posées : 2

Vidéo réalisée avec les photos

Carte interactive

04 – Pierrevert – Rand’eau – Le Trou du Loup depuis Regusse – 24 mai 2014 – 167e

24 mai 2014

 

Blason de Pierrevert

 

Le départ
Se rendre à Pierrevert, sur la D6, regarder sur la carte l’endroit où se garer, près de Régusse.
GPS sur N43.799556 E5.702105

Randonneur

Le résumé de cette RandoCool :
On commence par bouffer un peu du goudron jusqu’au Clapier où nous sommes accueilli par une chèvre sympas venue nous dire bonjour.
On continue tout droit et descendons rapidement vers la rivière où nous trouvons un endroit propice à quelques prises de photos et éventuellement à la baignade si je reviens par là. ATTENTION, l’accès est un peu difficile sur un seul passage où l’on s’aide avec les main pour la descente.
On remonte sur la piste et on arrive ensuite au barrage du Trou du Loup que nous dépassons pour rejoindre le grand rocher et le sentier qui permet de descendre dans le lit de la rivière. C’est un peu raide mais pas de difficultés particulière, pas besoin des mains pour s’aider.
On profite de l’endroit paradisiaque (n’ayons pas peur des mots) pour goûter du plaisir de manger ici.
Après la pause repas, on remonte vers le barrage du Trou du Loup puis la piste du trou du loup que l’on remonte jusqu’aux limites entre Pierrevert, Sainte-Tulle et Corbières. Là des statues en bois sont éparpillées ici et là à proximité d’un cairn.
On reprend la piste plein ouest pour rejoindre le Clapier, sans sa chèvre qui boude dans un coin, et malheureusement le goudron jusqu’aux voitures.
Le soleil, le ciel bleu et la température clémente étaient tous trois au rendez-vous pour cette magnifique journée.
Cette randonnée ne passe par par le Trou du Loup (le vrai trou dans lequel il ne faut pas tomber) car j’ignorait où il était et que tout dans le coin porte ce nom (barrage, piste, colline, …)

geocacheuse[1]

La carte :

geocacheur[1]

les informations techniques :

  • Distance : 13,5 km
  • Altitude minimum : 312 m
  • Altitude maximum : 454 m
  • Dénivelé Total : 359 m
  • Géocaches : 2


Les photos :

randonneur02[1]

La carte interactive :

Randonneur3

La photo 360°

 

Retour en haut ↑