83 – Vinon sur Verdon – RandoCool – Les chemins de l’eau – 20 janvier 2018 – 335e


83 – Vinon sur Verdon – RandoCool
Les chemins de l’eau

20 janvier 2018

Mon profil de géocacheur

Le résumé :

Le matin, au départ de la randonnée, le ciel est au beau fixe et c’est avec un moral optimiste que le groupe commence la randonnée par une visite de la ville vers l’église.
On s’éloigne ensuite par la colline de l’Homme Mort, sommet de notre itinéraire.
Nous descendons ensuite vers la D554 que l’on longe sur 50 m avant de la traverser pour gagner la Combe Buisson qui nous amène vers ce que l’on pensait être le ruisseau de Boutre (c’est la carte IGN qui le dit) mais rien de rien si ce n’est un grand champs.
On se pose le temps du pique-nique et bientôt les nuages arrivent en nombre.
Je suis encore en train de proposer le rhum traditionnel de fion de randonnée que, me retournant, je vois les premiers servis, debout, sac à dos en place, en train de (s’im)patienter.
On démarre donc et la pluie se joint à nous (je l’avais pas invitée celle-là!).
C’est donc en contournant des flaques d’eau dans la boue que nous gagnons la D952 que l’on traverse. Initialement, nous devions aller jusqu’au bord du Verdon et le longer jusqu’au retour vers le village mais là, vu ce qui tombe, on préfère couper par une route goudronnée, qui, nous l’apprendrons plus tard n’est autre que la célèbre Draille des troupeaux du pays d’Arles.
De retour à Vinon, on fait une dernière pose pour quelques photos au lavoir avant de rejoindre les voitures et le thé rituel de fin de randonnée.
Une cache trouvée, 34 waymarks créés et visite sur 2 autres.

La carte :


La carte, les informations techniques, la trace GPX à télécharger

Les photos : 

La cerise sur le gâteau :

Le résumé de cette même randonnée sur Randomania

 

N’hésitez pas à commentez si vous avez refaits cette même randonnée !!

04 – Riez – RandoCool – De Ste Maxime aux Tourrettes – 331e

04 – Riez – RandoCool – De Ste Maxime aux Tourrettes

16 décembre 2017

 

Le déroulement :

C’est par une température glaciale que nous attendons les retardataire et allons partir sans eux quand ils arrivent enfin.
Nous démarrons alors cette randonnée par un beau ciel bleu.
Nous passont devant la chapelle Saint Maxime puis attaquons la descente vers la ville mais sans excès de vitesse (voir les photos !).
Nous passons la porte Saint Sols, la fontaine Benoite, le lavoir, …
Bientôt nous sommes à la route que nous traversons pour commencer la montée vers la plaine des Tourettes où nous faisons un détour, non pas pour les antennes mais pour voir la ville d’en haut.
Nous reprenons la route avec de très beaux horizons bien dégagés, des vues superbes.
Nous descendons vers St Sébastien et attaquons la remontée vers la plaine de Sainte-Maxime mais bientôt la faim se fait sentir et nous trouvons un endroit au soleil, à l’abris du vent qui nous semble agréable pour le pique-nique.
Après la pause, la remontée vers la plaine de Sainte Maxime reprend et nous arrivons au GR4 que nous allons suivre jusqu’à revoir nos voitures.
Une très très belle journée avec juste un peu de froid le matin.
La carte :
Données Techniques :
  • Longueur : 12 km
  • Altitude minimum : 523 m
  • Altitude maximum : 658 m
  • Dénivelé cumulé : 269 m
  • Géocaches : 2

Les photos :

La trace sur GPSIES : 
LogoGpsies

Une photo à 360° sur le GR4 :

04 – Forcalquier – MiniRandoCool – Les Mourres – 328e – 25 novembre 2017

04 – Forcalquier
MiniRandoCool – Les Mourres

25 novembre 2017

 

Le résumé :

Après la pluie du matin, plusieurs personnes ont renoncées à cette randonnée mais au départ, le soleil est bleu et va le rester toute la sortie.
Nous commençons par gagner la chapelle Saint Marc pour la première cache de la journée puis nous gagnons les 4 antennes pour la vue sur Forcalquier mais aussi pour la seconde géocache, près des restes du hameau des 5 bories.aujourd’hui en ruines.
Nous progessons ensuite en direction des Mourres mais nous détournons un peu pour passer devant l’oratoire en pierres sèches.
Aux Mourres nous faisons une pause le temps de nous séparer pour faire quelques photos et pour certains de suivre un escargot …
Nous reprenons la piste vers le nord mais bientôt nous bifurquons sur l’ouest pour redescendre vers le ravin du Grand Travers vers le barrage de Douroux, un ouvrage unique en son genre.
Ce barrage en pierres sèches est probablement une construction unique en son genre, débuté en 1978 pour occuper la pause méridienne de 4 compères.
Gérard Douroux a placé, déplacé 98% des pierres et 77% des remblais et il a tenu à s’occuper personnellement de la touche finale de l’étanchéité. Au pied du barrage, le sous-bois a également été nettoyé. Sur le site, une plaque a été placée en hommage à Gérard Douroux aujourd’hui décédé. C’est un site magnifique accessible uniquement à pied où l’on peut venir se rafraîchir quand le soleil bat son plein.
Plus loin, nous passons à proximité de l’aqueduc de la Mère des Fontaines qui a fonctionné pendant 250 ans (plus longtemps que la plupart des grands aqueducs romains), traverse les ravins en souterrain sur des gués appareillés de très grosses pierres pour acheminer l’eau jusqu’aux fontaines de Jeanne d’Arc et Saint Michel.
Le soleil va se coucher et nous ne nous arrêtons pas car cet endroit, s’il est historique ne présente pas un très grand intérêt mais plus loin, près de l’aqueduc, nous faisons une pause. Ce dernier a été aménagé pour le public … et fait l’objet d’une nouvelle cache.
Nous reprenons la route et parcourons ce qui reste de la randonnée pour regagner les voitures.
La carte :
04 - Forcalquier - MiniRandoCool - Les Mourres
Estimations :
  • Longueur : 7 km
  • Dénivelé cumulé : 178 m
  • Géocaches : 4

Les photos :

La trace GPS  :

Il est possible de récupérer la trace GPS de cette randonnée sur le site GPSIES pour la refaire.

LogoGpsies

04 – Les Mées – MiniRandoCool & Géocaching – Les Pénitents … par le tunnel

04 – Les Mées – MiniRandoCool & Géocaching
Les Pénitents … par le tunnel

4 novembre 2017

 

 

Le déroulement :

Nous partirons du camping pour gagner la chapelle St Roch pour une MiniRandoCool qui passe par le tout nouvel itinéraire de crête des Pénitents.
Après la descente, nous suivrons le bas des Pénitents et reviendrons par le tunnel qui passe SOUS les Pénitents.

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), une lampe de poche ou frontale, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Les Pénitents  :

Une formation géologique très particulière, nommée les Pénitents, est un site classé depuis 1941. Elle occupe 27 hectares. Ce nom provient de la forme d’une masse de poudingue très découpée, à côté du village, qui évoque un groupe de moines coiffés de capuches pointues. Bien que la façade des Pénitents évoque des formes rocheuses plus ou moins coniques, il s’agit d’un ensemble de crêtes et de minuscules canyons, s’interrompant simultanément sur un plan vertical. Cette formation s’étire sur 2,5 km, et l’abrupt le plus haut atteint 114 mètres. Celle-ci est le résultat de l’érosion sur le substrat rocheux, qui possède des irrégularités de cohésion, et conduit donc à des zones proéminentes et à d’autres surcreusées. Ce substrat est la « formation de Valensole », conglomérat formé par une accumulation de débris subalpins au cours de la fin du Miocène et du Pliocène, épais de plusieurs centaines de mètres.

On les appelle les Pénitents des Mées en raison de leur silhouette ; d’après la légende, ils représentent les moines de la Montagne de Lure qui ont été pétrifiés (au sens propre) par saint Donat au temps des invasions sarrasines pour s’être épris de belles jeunes femmes mauresques qu’un seigneur avait ramenées d’une croisade.

Un seul sentier permet de traverser cette barre rocheuse. Il rejoint les crêtes en partant du village et longe par le haut cet ensemble, puis le traverse à une extrémité, et le longe par le pied. Les autres canyons sont d’accès difficile et très dangereux à cause des chutes de pierres fréquentes. La pratique de l’escalade n’y est pas possible, la roche n’ayant pas la cohésion appropriée.

On trouve, dans cette masse rocheuse sculptée deux grottes d’accès facile (la grotte des Loups et la grotte du Magicien), ainsi qu’une cavité à l’accès extrêmement difficile, dans laquelle se trouve deux poutres entrecroisées (la Croix).

L’âge de cette mystérieuse Croix a été déterminé en décembre 2014 par analyse du carbone 14 : en incluant la mesure de l’incertitude lors de l’analyse, le bois a été coupé à une période entre la fin du VIIIe et le début du xe siècle, ce qui en fait un des très rares témoignages archéologiques de cette période troublée en Provence. Vu le petit diamètre des troncs utilisés et le faible nombre de trous causés par les insectes, c’est aussi l’âge à laquelle la Croix a été installée. Grâce au contexte historique ainsi précisé, les raisons et moyens mis en œuvre pour son installation ont fait l’objet de nouvelles hypothèses communiquées en août 2015.

En outre, il a été observé dans ce labyrinthe rocheux des marques d’installations anciennes dans un endroit stratégique (entailles dans la roche pour installer des poutres), mais ces vestiges ne sont pas datables.

Au xviiie siècle, une galerie de 200 m est creusée au travers de la barre rocheuse afin de s’affranchir des eaux de ruissèlement qui dévastaient le village lors des orages, sous le mandat du maire Benoît Salvator.

La chapelle Saint-Roch est construite à quelques mètres de la base de la masse rocheuse, au-dessus du village. Son origine remonte au moins au xie siècle, elle a été largement modifiée ensuite.

 

83 – Cotignac – RandoCool – Notre Dame des Grâces

14 octobre 2017

 Blason ville fr Cotignac II (83)

La carte :

 

Le résumé :
Le petit groupe (au début) se retrouve près de la source miraculeuse de Saint Martin avant d’attaque cette randonnée.
La météo ayant prédit un beau soleil, c’est donc un ciel complètement couvert qui nous voit partir.
La première des 18 géocaches du jour ne nous pose pas de problème et nous les aurons toutes, un peu grâce à Noël, le moldu en grande forme.
Nous cheminons tranquillement vers Notre Dame de Grâce où nous arrivons pendant la messe.
Après quelques photos, le groupe décide de profiter de la terrasse ombragée, des tables et chaises à disposition des pélerins et nous entamons notre repas.
Et c’est là que si nous partîmes une douzaine, par un prompt remfort, nous nous vîmes une bonne centaine avant le Roquefort.
Bon ok, un prêtre a béni notre repas (véridique !)
Mais qui leur a dit qu’à la fin des pique-niques de rando, je sors le rhum maison ? Et puis sur la centaine de pélerins, y’avait quand même une majorité de moins de 12 ans quand même !
Bon, après les chants, le brouhaha et quelques emplêtes auprès des marchands du temple, et des photos de l’église vide, le groupe repart vers plus de tranquilité.
Pour une fois que je trouve, pile au moment de manger, une belle terrasse ombragée avec tables et chaises, rustiques comme classiques, il fallait que le lieu soit connu de tous !
Les autres cache de ce début d’après midi se font tranquillement.
Sur le retour, un petit problème se pose car notre itinéraire prévu passe dans une propriété où il est clairement interdit d’entrer. Pas grave ! On redescend en bas du village, on passe le pont sur la Cassole, on remonte à travers le village et bientôt on recole à l’itinéraire prévu à proximité de la cascade … enfin de l’endroit où, normalement, y’a une cascade, parce que là, on cherche l’eau !
La remontée vers la chapelle primitive se passe dans un silence un peu plus grand que d’habitude. Non pas que le groupe soit pris d’une ferveur religieuse, non, simplement, ça monte !
Après la cache de la chapelle primitive, nous avons enfin une difficulté au moment de trouver la cache 2 du circuit du Petit Poucet … ça m’emmerde un peu car c’est la seule qui me manque sur ce circuit mais bientôt Noël trouve le sentier alors que l’on essayait vainement de passer à travers la végétation.
Nous arrivons rapidement au parking pour le thé traditionnel que certains prennent avec un peu de retard pour visite de la glacière toute proche.

Les informations techniques  :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude Mini : 189 m
  • Altitude Maxi : 388 m
  • Dénivelé total du parcours : 246 m
  • Géocache : 18 !!!

La Carte interactive :
Sur GPSies
Les photos :

04 – Corbières – RandoCool & géocaching – le Trou du loup

23 septembre 2017

Blason

La carte :

 

Le compte-rendu :

Nous étions une dizaine à nous retrouver sur le parking, donc certains, connaissant mon activité géocaching avaient pensés à m’amener quelques boites vides … et même un petit coffre.

Le départ est un peu raide vers la chapelle St Brice mais nous y sommes vite et les géocacheurs du groupe cherchent et trouvent la première cache.

Après la pause, nous reprenons par le sentier, vers la piste du Trou du Loup où nous nous arrêtons encore une fois.

Nous suivons la piste, très agréable, avec des vues sur les collines dont certaines ont bien brûlées au début du siècle.

A la bifurcation de piste, nous prenons celle de droite qui nous mène :

* au cairn Sud-04 mis en place pour les 20 ans du club de rando de Ste-Tulle

* et aux œuvres d’art disséminées ici et là en hommage aux pompier et leur travail sur les collines.

* à la seconde cache de la journée

Après une autre pause, nous prenons, face au cairn, le sentier qui va nous permettre d’atteindre une ruine, puis une partie assez délicate : un sentier en mauvais état, utilisé plus par les ruissellements d’eau que par les randonneurs.

Ce sentier est cependant agréable car nous descendons un petit vallon (à sec) avec de nombreux arbres morts toujours dressé dans des postures assez étonnantes.

Alors que nous sommes presque en bas de ce vallon, nous bifurquons un peu sur la droite pour atteindre le clou de la randonnée : le Trou du Loup !

Et oui, le Trou du Loup n’est pas seulement le nom de la colline, le nom du barrage et le nom d’une piste. C’est également, surtout, même, un piège utilisé pour attraper un loup : un trou profond de 2 m environ, dons la base est largement évasée et au fond duquel était plantées des piques. Le haut était couvert de branchages et si le loup s’y aventurait, il tombait et s’empalait. S’il n’était que blessé, le saut à faire pour sortir était hors de portée et il ne pouvait s’aider des parois car elles étaient évasées en bas.

Aujourd’hui, le trou est « désactivées » : les piques ont été retirées, le fond percé pour permettre une sortie et de la terre l’a un peu rempli le rendant bien moins profond.

Une fois ce Trou du Loup atteint et sa géocache trouvée, nous reprenons la descente dans le vallon pour atteindre un petit pont qui nous permet de reprendre la piste délaissée avant le cairn Sud-04.

Plus loin, une autre bifurcations de piste. A gauche c’est le barrage et sa fontaine, à droite, c’est la piste qui mène vers la D6 et le Vaucluse, mais aussi, bien avant, vers le lieu de pique-nique, sur de gros rochers plats, dansle lit du Torrent de Corbières.

Après une très longue pause, mise à profit par certains pour une petite sièste, nous reprenons la piste jsuqu’à la bifurcations puis le barrage et la fontaine.

Le barrage ne présente pas de particularité notable et la fontaine, à la source de Tarnaud est en assez mauvais état mais elle a une autre utilité dont je vais bientôt reparler.

Après une courte pause mise à profit pour trouver la 4 eme géocache de la journée, nous repartons par les gorges du Torrent de Corbières où nous avons une surprise venue du ciel : le soleil.

Alors que depuis le matin nous marchons sous une couverture nuageuse assez épaisse, dans un gris peu propice à la photo, nous voila soudain en pleine lumière et la tempréture monte très rapidement.

Tout le passage dans les gorges se fait en plein soleil et à l’arbre mort, quand nous bifurqions sur la droite pour gagner le fond du vallon, nous appreçions l’ombre des arbres et en profitons pour faire une très longue pause.

Nous reprenons en contournant un champ de vignes, passons un gué, gagnons un second champ de vignes et regagnons la civilisation par le lotissement en bas du village.

Arrivés à l’église, nous bifurquons à gauche pour gagner la fontaine et le lavoir, lieu de la dernière géocache du jour qui semble avoir disparue.

Ce lavoir, à sec, est alimenté par la source de Tanrnaud, évoquée plus haut et l’eau est acheminée depuis les canalisations que nous avons longés tout au long du parcours dans les gorges.

Les bancs près de la fontaine nous accueillent le temps de cette dernière pause de la journée et nous regagnons les voitures où nous attend le rituel thé de fin de randonnée.

Merci à toutes et à tous les participants pour la bonne humeur amenée et partagée tout au long de cette journée.

Les informations techniques :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude Mini : 287 m
  • Altitude Maxi : 450 m
  • Dénivelé total du parcours : 234 m
  • Géocaches : 5
  • Waymarks : 8

Les photos :

La trace de la RandoCool :

LogoGpsies

04 – St Laurent du Verdon – Rand’eau – Les gorges et le lac – 318e

24 juin 2017 (réédition)

RandoCool + Gorges + Lac + Gorges + Lac (Baignade + Pique-nique) + retour

 

Blason Saint Laurent du Verdon Blason Montpezat

La carte :

Le déroulement :

Nous sommes partis de Saint Laurent du Verdon pour cette rand’eau : une randonnée avec baignade.

Nous avons traversé le village vers Plan Pelissier et la chapelle Notre Dame puis la première série de gorges, le pont à cheval entre les Alpes de Haute Provence et le Var, le sentier vers la petite route qui permet de contourner le lac d’Artignosc sur Verdon.

Au-delà de ce lac, c’est la seconde série de gorges et la seule partie un peu accidentée qui nous a permis d’accéder au second lac, celui de Montpezat pour le pique-nique et la baignade.

Nous avons repris le chemin du retour en passant devant le mat sur lequel est clouée toute une série de panneaux indiquant les directions de New-York, du Triangle des Bermudes, de Moscou, Sydney, … avec les kilométrages correspondants.

 

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 294 m
  • Altitude Maxi : 476 m
  • Dénivelé total du parcours : 166 m
  • Cache : Plusieurs

 

04 – St Laurent du Verdon – Rand’eau – Les gorges et le lac – 317e

17 juin 2017

RandoCool + Gorges + Lac + Gorges + Lac (Baignade + Pique-nique) + retour

 

Blason Saint Laurent du VerdonBlason Montpezat

La carte :

Le résumé :

Après les deux caches du village trouvées, le groupe est parti vers la chapelle en profitant d’un peu d’ombre. Après la chapelle, un soleil de plomb nous a accompagné vers la descente près des gorges d’où nous avons pu faire quelques photos sympathiques puis vers le pont entre les deux départements.

A l’approche du lac entre Saint Laurent et Artignosc nous avons eu à nouveau un peu d’ombre pour le contournement puis nous avons gagné la nouvelle série de gorges jusqu’au lieu du repas et de baignade.
Dans l’après-midi, nous avons fait la fin de la randonnée pour gagner les voitures.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 10 km
  • Altitude Mini : 294 m
  • Altitude Maxi : 476 m
  • Dénivelé total du parcours : 166 m
  • Cache : 6 et 1 posée
Les photos de cette randonnée :

04 – Beauvezer – Villars-Heyssier – Randonnée – Les Gorges de Saint Pierre – 10 juin 2017 – 316e

10 juin 2017

04_Beauvezer

Le résumé

Nous sommes partis à 4 dans cette superbe randonnée dans les gorges.
Dès le départ, il semble que le chemin a été un peu refait : la zone de marche semble bien marquée alors que l’an dernier, à la même époque, on le devinait.
La première étape, celle de la chapelle est vite atteinte. La cache a été déplacée, sa log trempée et je fais une petite maintenance bien qu’elle ne soit pas à moi et nous démarrons le sentier muletier des gorges.
A mi-chemin, des chocards à bec jaune nous ont offert un ballet aérien de toute beauté, allant jusqu’à se faire photographier (bon, soyons honnête, sur 200 photos, j’en garde 5 ou 6 !) en volant près de nous.
A peu près au même endroit (j’avoue ne plus savoir si c’est avant ou après), le seul passage un peu « chaud » du sentier a eu un changement de son câble en acier qui commençait à dater. Ce passage est donc à nouveau sécurisé.
Au bout des gorges, après une pause au petit pont, nous attaquons la longue montée et ses 9 virages. Là, j’avoue avoir un peu souffert de la chaleur et d’un manque de condition physique. C’est donc avec plusieurs pauses que nous arrivons enfin après le dernier lacet.
Nous continuons encore à aller lentement, mais là, ce sont les conditions du terrain qui nous ralentissent. De très nombreux arbres sont tombés depuis l’an dernier et les obstacles sont assez nombreux sur le sentier. Pour certains, on escalade pour passer dessus, pour d’autres arbres, il faut remonter le talus pour contourner la souche et redescendre sur le chemin.
Le tour du désert de pierre est encore et toujours magnifique et comme pour le départ, on note que le sentier est très visible, donc nettoyé.
A la cabane de Congerman, c’est enfin le moment du pique-nique, du repos et de la seconde géocache du jour.
Nous attaquons la descente et je suis surpris car j’avais en mémoire un ou deux endroits où des arbres tombés faisaient obstacle et devaient être contournés. Ici, ils ont été coupés, retirés et le sentier de ce coté est très agréable.
De retour au petit pont, c’est délaçage des chaussure, retrait des chaussettes et baignade des pieds dans l’eau un peu froide. Une randonneuse ose même se mettre à l’eau.
Après cette pause, nous reprenons le chemin des gorges du matin et s’ils sont moins nombreux, seulement une demie douzaines, les chocards sont encore là pour un petit ballet.
De retour au parking, le groupe se sépare après un thé glacé.

 

La carte interactive à télécharger est disponible sur GPSIES

Les photos sont visibles sur Google Photos

Une vidéo reprend toutes les photos avec les petites vidéos des cascades sur Youtube (prochainement).

 

Attention :

Cette randonnée présente certains dangers car nous serons sur un sentier muletier dans les gorges et un pierrier pour le tour de la vallée. Chacun se doit d’avoir le pied sûr. Toute personne ayant le vertige doit s’abstenir de venir.

Enregistrer

Retour en haut ↑