84 – Villars – RandoCool – Les Ocres de la Bruyère – 6 février 2021

84 – Villars
RandoCool
Les Ocres de la Bruyère
6 février 2021

Le déroulement :

Le petit groupe (règlementation oblige) se retrouve au parking des ocres sauf deux géocacheuses qui n’ont pas trouvées le départ à partir des coordonnées GPS (!)
Bon, on fait l’impasse sur les deux blondes et on démarre la randonnée sans elles.
On commence la grimpette vers le trou des américains, on laisse passer une vingtaine de vététistes et bientôt nous sommes sur la partie haute de la colline. Nous continuons à progresser et arrivons en haut des falaises.
Nous descendons dans le manèges des ocres avant d’aller faire un tour sur la zone d’extraction industrielles où des galeries, interdites d’accès sillonnent la colline à angle droit, la plus longue la transperçant de part en part sur 2 km. On reconnait très facilement cette galerie : à son approche, la température baisse et un souffle nous glace quand nous sommes pile en face.
Nous allons au lavoir des Viaux pour le pique-nique et tombons sur nos deux blondes.
Après le repas, nous remontons faire un tour sur la partie anciennement industrielle.
Nous attaquons la remontée sur la colline de la Bruyère et passons sur son versant sud. Nous suivons une piste jusqu’au hameau des Trecassats.
Après quelques centaines de mètre de goudron nous rejoignons les voitures et le rituel thé de fin de randonnée.

La carte :

Estimations :

  • Distance : 9,2 km
  • Altitude minimum : 312 m
  • Altitude maximum : 398 m
  • Dénivelé : 224
  • Géocaches : 2

Les photos :

La vidéo

04 – Sainte-Tulle – RandoCool – La carrière, le Cairn et le Chaffère

04 – Ste Tulle

RandoCool

La carrière, le Cairn et le Chaffère

28 mai 2020

Blason Sainte Tulle04

Le déroulement :

Nous somme partis du parking du boulodrome pour passer par le lavoir du village, le plus ancien lavoir couvert du département, du XVIIe puis la randonnée commence par un peu de goudron (ben oui, des fois, y’a pas le choix).

Nous avons pris la route de Corbières que nous avons quittée pour l’écart nécessaire pour gagner cette carrière qui a été en activité à l’époque où la ville était dirigée par le maire Max Trouche.

Nous avons fait route ensuite vers le Coucou pour monter sur la colline la Bouissière puis le cairn sud 04.

Nous sommes descendus vers le Chaffère et son pont en piteux état où nous avons pique-niqués.

Nous sommes revenus vers Sainte-Tulle par la colline pour reprendre la route vers nos voitures.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Les données techniques :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude mini : 297 m
  • Altitude max : 515 m
  • Dénivelé cumulé : 329 m
  • Géocaches : 4 posées et 2 déjà existantes

Mes photos :

Mon Relive (animation du trajet sur carte 3D):

Relive

Ma vidéo avec toutes les photos

 

04 – Ongles – RandoCool – La boucle de Vière – 391e – 25 janvier 2020

04 – Ongles

RandoCool
La boucle de Vière
25 janvier 2020

Le résumé :

Le groupe se retrouve en bordure de la D951, au sud est d’Ongles et de Vière où la première géocache du jour est vite trouvée.

Nous commencerons par monter au village abandonné fortifié qui aurait eu jusqu’à 300 habitants, derrière son kilomètre et demi de rempart, il y a bien longtemps.

Beaucoup de murs sont tombés mais encore en place, autant de preuve de la taille de ce village perché sur son promontoire. Au sommet, l’église Saint Barthélémy, également en ruine mais ses abords ont été nettoyés et aménagés. La seconde géocache de notre itinéraire est trouvée en mettant à contribution les 4 géocacheurs du groupe et nos amis moldus.

Nous descendons au village et arrivons par le grand lavoir. Nous voulons faire la géocache du village mais la place est occupée. Ce n’est pas grave, ce sera le dessert à la fin de notre randonnée puisque nous devons repasser par le village. Nous continuons vers louest, vers les Bisques puis Bouiron où une grande ferme a été aménagée et les deux pigeonniers ne sont plus habités par des oiseaux.

Arrivés au petit hameaux des crottes, pour éviter de mauvais jeux de mots, j’évite de communiquer le nom du lieu-dit et bientôt nous sommes à la chapelle Notre Dame, au Rocher d’Ongles.

Après le pique-nique et de très nombreuses photos (dont un 360° plus bas), nous reprenons la route au sud pour passer Les Blaches et les Plaines de Jaïncel où nous prenons au nord vers la Rouvières (où nos notons pour la seule fois de la randonnée une présence de chiens pas très amicaux) et à nouveau Ongles où nous pouvons enfin signer la troisième géocache de la journée.

Nous gagnerons à nouveau Vière par un autre chemin et redescendons aux voitures pour la dernière tradition : le partage du thé chaud accompagné de quelques gâteaux.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude mini : 577 m
  • Altitude max : 685 m
  • Dénivelé cumulé : 262 m
  • Géocaches : 3

Mes photos :

La photo à 360° :

 

Cliquez pour voir le 360°
Cliquez pour voir le 360°

 

Présentation de Vière :

Alpes de Haute-Provence : Ils veulent redonner vie aux pierres du site de Viere

83 – Artigues – RandoCool – L’oppidum de Mont Major – 10 févier 2018 – 338e

83 – Artigues – RandoCool – L’oppidum de Mont Major

10 févier 2018 – 338e

 

Le résumé :

Nous partons du village d’Artigues et son château pour descendre dans la plaine pour trouver l’ancien tracé de la voie ferrée abandonnée dans les années 50 du Train des Pignes Central-Var.
Nous suivons ce tracé peu de temps et bifurquons pour passer devant la ferme de la Modeste et ses 2 pigeonniers, bien différents.
Nous prenons la direction du Petit Adret et allons commencer la longue, longue montée vers Mont Major.
Espérant trouver la grotte de Rigabe évoquée par M Escalon de Fonton dans l’article « Le Paléolithique moyen de la grotte de Rigabe (Artigues, Var) » issu de Gallia Préhistoire

« Située sur la rive gauche d’un torrent qui dévale jusqu’à la ferme, elle domine le thalweg de plus de vingt mètres. Vestige d’un très vieux réseau hydrographique souterrain, la grotte de Rigabe serpente, dans les calcaires dolomitiques du Portlandien, sous le plateau, et recèle plusieurs gouffres plus ou moins colmatés. Sur son parcours, plusieurs cheminées et fissures permettent de voir les racines des arbres du plateau tout proche. »

Hélas, n’arrivant pas par le chemin prévu (la montée vers le sommet de Mont Major serait bien trop raide) nous ne savons pas trop par où arriver ni où chercher et errons bien trop haut sans la voir.
Nous finissons par abandonner cette grotte et continuons la longue montée vers l’oppidum de Mont Major.
Après un arrêt à une modeste construction munie d’une échelle pour profiter d’un point de vue à 360° nous finissons enfin par passer par une muraille à terre. Nous ne voyons rien de particulier bien que le site http://saintmaximin2008.fr/ nous apprendra que

« Il s’agit d’un habitat perché et fortifié de l’âge du Fer (IIème – Ier siècle av J.C.).
Le site couvrant une superficie de 2.5 hectares environ, est implanté au bord d’un plateau qui culmine à 587m d’altitude. Il possède un système d’avant-murs protégeant les accès à l’est, au sud et au nord.
L’extrémité ouest est enclose par un rempart que joint les avant-murs et la falaise à l’ouest. Il isole ainsi une zone de 9 000 m² à l’intérieur de laquelle sont visibles les vestiges de plusieurs habitations aux murs constitués d’un double parement de blocs posés de champ.
On y a découvert notamment des fragments de céramique commune italique, modelée, d’amphore italique, de dolium. »

Nous cherchons et trouvons rapidement le site géodésique de l’IGN mais nous avons faim et la priorité, au delà de l’oppidum est de trouver un endroit pour manger. Une pente orientée au sud avec de nombreuses pierres nous semble accueillante et c’est le début du pique-nique.
Après le repas, nous attaquons la descente, raide, très raide vers la ferme de la Fabresse et le GR 994A que nous allons maintenant suivre pour la traversée de la plaine.
Après la station d’épuration, nous quittons le GR qui nous ferait grimper, grimper sur les contreforts de la Montagne d’Artigues, au-dessus du Grand Ubac car nous préférons passer au dessous du hameau pour regagner tranquillement Artigues, nos voitures et le thé rituel de fin de randonnée.

La carte :


Données techniques :
Longueur : 12 km
Dénivelé cumulé : 359 m
Géocaches : 1

Les photos :

La trace à télécharger sur GPSIES :


 La photo à 360° depuis Mont-Major : 
  360Cities

83 – Barjol – RandoCool – Une boucle vers Ponteves – 337e – 3 février 2018

83 – Barjol – RandoCool – Une boucle vers Ponteves

3 février 2018

 

Le résumé :

Partis de Barjols les 14 randonneurs (je compte le soleil qui nous a suivi sans faille) commencent par progresser vers l’ancienne voie ferrée du Train des Pignes Central-Var.

La ligne Central-Var est une ancienne ligne de chemin de fer à voie métrique française reliant Nice (Alpes-Maritimes) à Meyrargues (Bouches-du-Rhône) par Grasse et Draguignan (Var). C’était une des trois lignes du réseau « Sud-France », repris en 1925 par la société des Chemins de fer de Provence. Fermée au début de l’année 1950, elle subsiste dans la mémoire locale sous le surnom de Train des Pignes, et de nombreux vestiges tout au long de son tracé son toujours visibles (plate-forme, ouvrages d’art) .

Nous explorons un peu le tunnel de cette ligne avant de gagner l’ancienne gare récupérée par le département.
Nous partons bientôt vers le nord pour bifurquer à l’est avant les Gavottes puis au sud pour gagner la D560 que nous allons longer un temps avant de prendre la route de Pontevès.
Nous commencons la visite du village par le château de Ponteves, construit avant 1021 et abandonné au XVIIIe.
Nous cherchons un endroit pour le pique-nique et nous trouvons vite un emplacement entre la mairie et le lavoir couvert.
Normalement, l’endroit nous est interdit puisque destiné aux enfant de 2 à 10 ans mais qu’importe. La table de l’aire de jeux des enfants nous acceuille le temps du repas où le foie gras est servi décoré de bougies puisque c’est l’anniversaire de Nicole.
Après quelques modestes cadeaux (fallait les porter !) nous repartons vers l’ouest et la table d’orientation et la croix du Castellas.
Après avoir profité de cette belle vue sur Barjols, nous attaquons la descente vers le couvent aux Carme puis la cascade des Carmes et enfin la ville de Barjols.
Là, comme un fantôme, le groupe erre au hasard (enfin pas tellement) pour passer devant toutes les fontaines de la ville avant de regagner les voitures.
Après le thé de fin de randonnée, le groupe se sépare

 

La carte :


Données techniques :
Longueur : 12 km
Dénivelé cumulé : 291 m
Géocaches : 4

Les photos :

 

La trace à télécharger sur GPSIES :


 La photo à 360° depuis le château de Pontèves : 
360Cities

83 – Vinon – RandoCool – Les chemins de l’eau

83 – Vinon – RandoCool – Les chemins de l’eau

20 janvier 2018

 

Le déroulement :

Nous partirons du centre de Vinon pour gagner, dans le vieux village, l’église puis la colline de l’Homme Mort.

Nous redescendrons par la Barbière, la Combe Buissone afin de gagner les rives du ruisseau du Boutre que nous allons longer, perdre et longer à nouveau jusqu’à Roque Rouge où nous le quitterons pour rejoindre le Verdon que nous longerons jusqu’au retour à Vinon sur Verdon.

La carte :

Estimations :

Longueur : 11 km

Dénivelé cumulé : 186 m

Géocaches : 1

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), un verre, le, pique-nique, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

04 – Le Redortiers – RandoCool Les chemins de Jean Giono

7 octobre 2017

La carte :

 

Quelques photos des lieux à visiter

La tour de guet de Redortiers
La tour de guet de Redortiers
Le lavoir de Redortiers
Le lavoir de Redortiers
Ruelle caladée du vieux Redortiers
Ruelle caladée du vieux Redortiers

Le déroulement :

En hommage à Jean Giono, nous découvrirons l’ancien chemin de bergers qui reliait jadis le village de Redortiers au plateau du Contadour.
Nous nous retrouverons au hameau du Contadour où près de la mairie et du monuments aux morts et de l’église St Jean Baptiste du XVIIIe siècle.
Nous passerons en direction du Moulin de Jean Giono où naquirent les fameux Cahiers du Contadour, recueil de textes diverses, de poésies ou de croquis, dans lesquels parurent notamment les premiers chapitres de la première traduction en langue française du chef d’oeuvre d’Herman Melville, Moby Dick.
Nous poursuivrons en direction du sud vers un petit abri construit avec deux banquettes aménagées dans l’épaisseur des murs latéraux de la cabane. Il s’agit d’une cabane de berger.
Par ici, nous aurons une belle vue sur le plateau d’Albion, le Mont Ventoux, le Luberon et la Ste Victoire.
Nous passerons devant la Maison des Graves, annexe du moulin de Giono et inscrite depuis 1996 aux monuments historiques.
Nous prendrons un chemin en sous bois pour gagner le village abandonné de Redortiers et son lavoir restauré en 2001 avec une voûte originale décentrée.
En sortant du village nous passerons devant une cabane en pierres sèches à proximité d’un petit enclos.
Nous regagnerons le hameau du Contadour par le GR de Pays du Tour de la Montagne de Lure.

Les informations techniques estimées :

  • Longueur estimée : 12 km
  • Altitude Mini : 951 m
  • Altitude Maxi : 1162 m
  • Dénivelé total du parcours : 300 m
  • Géocache : 5

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

83 – St Martin de Pallières – RandoCool – Les deux grottes – 15 octobre 2016 – 286e

15 octobre 2016

Mon profil de géocacheur

Le départ : Se rendre vers Saint Martin de Pallières mais, tout près de la D561, se garer près du lavoir.

GPS sur N43.590419 E5.880675

 La carte, les infos techniques, la trace au format GPX et autres sont disponibles sur le site GPSIES
Les photos sous Google Photos sont ici
Les photos sous Flickr sont disponibles ici
Et on retrouve sur Randomania, la page dédiée à cette journée mais aussi bien d’autres en rapport avec la randonnée et le géocaching

Retour en haut ↑