04 – Lurs – RandoCool – Le tour de la Baume – 3 avril 2021 – 429e

04 – LURS
RANDOCOOL
LE TOUR DE LA BAUME

3 AVRIL 2021

Le déroulement :

Nous partons du le pont romain de Lurs pour basculer du côté Ganagobie et longer le ravin du Bues que nous passons pour gagner le bois de Lurs, puis nous longeons le flanc ouest de la Baume pour gagner le village de Lurs.

Nous visitons le village, puis repartons pour longer le flanc est de la Baume en direction du ravin de Bues que nous longeons côté sud pour regagner le pont romain.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

On peut la récupérer depuis le site RouteYou

Estimations :

  • Distance : 12 km
  • Altitude minimum : 394 m
  • Altitude maximum : 567 m
  • Dénivelé : 296 m
  • Géocaches : 3 (GC5MGRG, GC6BY9F, GCVFAA)
  •  Indice de difficulté : 37

Les photos de la randonnée

La vidéo montée avec mes photos

Le Relive de Daniel

04 – Saint Michel l’Observatoire – Randocool – La patrimoine historique, industriel et technologique – 20 mars 2021 – 426e

04 – St Michel L’Observatoire
RandoCool
Le patrimoine historique, industriel et technologique

20 mars 2021

Le résumé :

Le petit groupe (décret sanitaire oblige) se retrouve au lavoir de la Marceline de Saint Michel l’Observatoire pour une belle randonnée sur le thème du patrimoine historique, industriel et technique. Bon, ok, on a fait du géocaching aussi !

Nous commençons par grimper la colline Les Essarts qui nous permet d’approcher l’observatoire puis nous bifurquons plein sud pour grimper (encore) jusqu’à la table d’orientation qui surplombe le village.

Nous descendons (enfin) pour traverser Saint Michel avec des arrêts à la chapelle, l’église, le moulin à huile, …

Nous passons ensuite à proximité du moulin à vent pour marcher vers la tour de Porchères puis, enfin, la carrière de pierre du Petit Savran, à Manes.
La, bizarrement quelqu’un veut absolument nous lire un texte sur l’histoire de la carrière alors que tout le monde mange.

Cette carrière fut jadis le lieux d’une exploitation de la Pierre de Mane, une pierre ocrée utilisée pour la construction de nombreux édifices.
Dans les plus anciennes veines, aujourd’hui envahies par la végétation, on extrayait des blocs de taille modeste, dans le sens du pendage des bancs, à l’aide de pics et d’escoudes.
Dans les plus récentes veines on voit la marque de méthodes d’extraction modernes qui ne tiennent aucun compte du pendage des bancs. On observe aussi les traces laissées par une haveuse verticale; ailleurs par une haveuse horizontale.
Des rails fixés au toit de la galerie permettaient aux haveuses de découper de gros blocs (quelques mètres cubes). Parfois, certains, trop gros et trop lourds se cassaient, obligeant l’exploitant à les retailler en blocs plus petits.

Après la visite de la carrière, une constatation s’impose, tous les graffs pas terribles ont été effacés et recouverts par des graffs encore plus mauvais. Fort heureusement les meilleurs n’ont pas été touchés ! Ouf !

La montée du Petit Sauvan vers le Jas de Porchères et la chapelle St Jean fait un peut râler les randonneurs mais il faut bien y passer.

La chapelle n’est pas visitée, sans doute la voisine n’est pas là et nous reprenons le chemin qui nous ramène vers le lavoir de la Marceline et nos voitures.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

On peut la récupérer depuis le site RouteYou

Estimations :

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes.

Les photos :

La vidéo montée avec les photos :

Une photo à 360° prise de la table d’orientation de St Michel l’Observatoire :

C’est par ici

Une autre photo à 360° prise dans la carrière de Mane :

C’est par ici

Le Relive de la journée :

Le Ayvri (vue en 3D :

C’est par là

04 – ORAISON – RANDOCOOL – LE BOIS DE SAINT MARTIN – 6 mars 2021

04 – ORAISON
RANDOCOOL
LE BOIS DE SAINT MARTIN

6 MARS 2021

Le résumé :

Le petit groupe de randonneurs se retrouve près des terrains de tennis d’Oraison pour attaquer la randonnée en montant vers le camping.

Aux Oliviers, nous suivons un moment la large piste en direction du premier pont sur le canal que nous utilisons pour atteindre le pied du Bois de St Martin.

Nous prenons à gauche pour longer encore le canal, en prenant un peu de hauteur puis nous attaquons la piste du ravin de Mars que nous allons suivre jusqu’à la bifurcation vers la Baume.

La montée devient un peu plus raide mais nous sommes bientôt à la Baume un hameau abandonné où nous faisons une longue pause.

Nous repartons pour la partie la plus raide de la journée vers la large piste Chemin de Malhivert où nous cherchons, en vain, un endroit pour pique-niquer avec une vue dégagé.

Hélas, la piste est belle mais des arbres la bordent tout le long et aucun endroit n’offre une vue sympathique pour notre repas. Nous nous installons dans une petite clairière peu après le sommet de la randonnée.

Nous attaquons la descente vers la citerne du carrefour de Bois St Martin puis continuons vers Villevieille, le village perché et abandonné qui a donné naissance à Oraison.

Nous continuons la descente, raide, très raide vers la ville mais nous bifurquons rapidement pour reprendre plein nord vers le camping et nos voitures où nous attend le rituel thé de fin de randonnée.

.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie

On peut la récupérer depuis le site RouteYou

Estimations :

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes.

Mes photos :

La vue 3D via Ayvri :
C’est par ici

La vidéo avec les photos :

La photo à 360°

Cliquez pour voir le 360°
Cliquez pour voir le 360°

Le Relive de Daniel (j’ai oublié d’arrêter le mien !)

04 – Mallefougasse-Augès – RandoCool – La chapelle Ste Madeleine – 20 février 2021 – 422e

04 – MALLEFOUGASSE-AUGÈS
RANDOCOOL
LA CHAPELLE STE MADELEINE
20 FÉVRIER 2021

422e

Le résumé:

Le petit groupe de 6 randonneurs (règles covid oblige) se retrouve sur le parking du parc des sports de Mallefougasse-Augès par une très belle journée d’hivers pour une randonnée essentiellement sur des pistes dans la colline.

On démarre notre itinéraire par la scierie du village.

On continue en longeant la route en contrebas sur une piste.

Après la traversée de la route, on continue à l’écart des très rares voitures, sur autre une piste qui nous mène à la chapelle.

La chapelle Sainte-Madeleine, du XIIe siècle, monument historique, est construite en pierres de taille blanches. De construction austère, sa façade comporte cependant un très bel œil-de-bœuf en entonnoir.

Nous allons maintenant nous engager dans un sous-bois. Nous nous perdrons à peine le temps de voir un très bel arbre puis un abris de bus perdu au milieu des bois.

Là, nous allons attaquer le longue, très longue montée.
Les randonneurs vont râler après l’organisateur alors que la carte la mentionnait bien.
Fort heureusement, nous sommes bientôt à 300 m à vol d’oiseau du sommet où le gentil organisateur a prévu la pause du pique-nique et évite ainsi le lynchage qui pointait.
Une fois nos repas respectifs dévorés, le rhum bu, nous nous dépêchons de prendre nos sacs car l’une des randonneuse, toujours pressée après la pause repas veut déjà repartir.

Nous allons maintenant croiser plusieurs ruines dans des états variables (seulement le toit à terre, le toit et certains murs à terre, ou totalement reconstruite)

Bientôt nous arrivons au village que nous allons traverser, nous arrêtant ici et là pour quelques photos, avant de retrouver nos voitures.

Une fois le thé rituel de fin de randonnée partagé, nous nous séparons.

La carte :

La carte de notre itinéraire

Les photos :

Données techniques :

  • Distance : 11,7 km
  • Altitude minimum : 641 m
  • Altitude maximum : 898 m
  • Dénivelé : 309 m
  • Géocaches : 1

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes.

La trace à télécharger:

L’analyse de la randonnée par IBP Index

  • Difficulté du parcours : 44 HKG
  • Pourcentage de montée : 6,84 %
  • Dénivelé positive par kilomètre : 29,15 m
  • 5 raidillons rouges (+ de 10 %) : 113 m, 43 m, 83 m, 145 m, 151 m
  • 2 raidillons très rouges (+ de 15 %) : 113 m et 141 m
 Montées Distance Km Km au total en %
  Entre 30 et 55% 0
  Entre 15 et 30% 0.329
  Entre 10 et 15% 0.695
  Entre 5 et 10% 1.85
  Entre 1 et 5% 2.069
  Total 4.943
 Terrain plat
  Dénivelées de 1 % 1.347
 Descentes
  Entre 1 et 5% 2.69
  Entre 5 et 10% 1.567
  Entre 10 et 15% 0.935
  Entre 15 et 30% 0.116
  Entre 30 et 55% 0
  Total 5.308
 Total trace:  11.6

L’analyse complète de la trace est ici

La vidéo réalisée avec les photos :

04 – Cereste – RandoCool – De Cereste à Montjustin – 16 janvier 2021 – 416e

04 – Cereste
RandoCool
De Cereste à Montjustin
16 janvier 2021 – 416e

Le résumé de la journée

Le groupe se forme en deux endroits (une partie n’a pas suivi les instructions) mais se regroupe en un seul juste au moment du départ.
Ce coup-ci, personne, malgré le froid, ne cherche à me mettre une fessée pour se réchauffer les mains et je m’en félicite.
Nous suivons le GR4-GR97 et démarrons par passer par l’église, le cimetière puis une route en sous-bois où l’elfe de la Roque, prince de la forêt, nous assure protection (voir photos)
Nous attaquons une montée sur une piste très ravinées et très déformée et bientôt nous sommes sur le chemin de la crête que nous suivons l’Ecrème sur notre gauche et l’Aiguebelle sur la droite. Au loin, nous voyons Reillanne.
Arrivés à Montjustin, nous visitons le village et prenons quelques photos du magnifique cadran solaire, de ce qui reste du château de Luzerne (en ruine), et des fortifications romanes où nous décidons de faire la pause du pique-nique.
Nous repartons et passons au cimetière où sont enterrées quelques personnalités : Henri Cartier-Bresson, Lucien Jacques, Lucienne Desnoues, Serge Fiorio, …
Nous attaquons la descente, côté nord dans une forêt dont certains arbres sont magnifiques et nous ont séduits le temps de faire quelques photos.
De retour vers Cereste, nous empruntons brièvement une partie du chemin du matin mais bientôt nous bifurquons plein nord pour gagner l’ancienne gare du tracé ferroviaire du Calavon. Nous suivons un temps une route parallèle à l’ancienne voie mais au pont roman (et pas romain !), nous revenons vers la ville par la chapelle Notre Dame de la Piété.
De retour aux voitures, le rituel thé de fin de randonnée est partagé entre les randonneurs.

Les données techniques :

  • Distance : 11 km
  • Altitude minimum : 364 m
  • Altitude maximum : 562 m
  • Dénivelé : 280 m
  • Géocaches : 4

La Carte :

Notre itinéraire

La vidéo Youtube montée avec les photos :

Les photos :

La photo à 360° :*

C’est par ici, sur le site Teliportme

La trace GPS :

C’est par ici sur RouteYou

04 – Corbières – RandoCool – Le Trou du Loup – 16 mai 2020 – 396e

04 – Corbières

RandoCool

Le Trou du Loup

16 mai 2020

Blason Corbieres

Le déroulement :

Le petit groupe de 9 randonneurs et une chienne (les règles post-confinement imposent une limite à 10 randonneurs) se retrouve à Corbières, près de la salle des fêtes.
Cette chienne sera notre mascotte du jour.
Nous attaquons cette randonnée par la montée vers la chapelle Saint Brice en respectant les distances entre les randonneurs.
Arrivés à la chapelle, je remplace la géocache qui a disparue et nous continuons mais l’habitude de parler l’emporte sur le respect des distances pourtant imposées par les nouvelles règles de la randonnée post-confinement. J’en vois qui marchent en papotant côte à côte.
Nous suivons le sentier jusqu’au carrefour du Coucou où une autre cache a disparue. Je la remplace.
Un vététiste nous signale une alternative à la piste que nous devons suivre et décidons de l’écouter.
On attaque donc un petit sentier qui longe la piste. Bientôt un choix se pose aux randonneurs : le sentier bien visible monte au sommet de la Bouissière et le chemin est raide, très raide … mais, mais en zig-zag, on voit une autre possibilité. C’est donc en panachant ici ou la, sentier raide et zig-zag que nous arrivons en haut et nous profitons d’une très belle vue. C’est un peu la même que depuis la piste mais sans ces câbles électriques qui défigurent la forêt, car nous sommes bien plus haut.
Après la montée, évidemment c’est la descente, en croisant 3 vététistes très courageux car de leur côté c’est plus raide que du notre et si maintenant, pour nous, ça descend, pour eux, ça monte sur un sentier un peu défoncé par les ravinements d’eau.
Nous arrivons bientôt au carrefour des pistes et sentier, puis à la zone où est exposée l’oeuvre « Et la colline reverdira », des poteaux en bois sculptés grossièrement et éparpillés.
Une fois la zone explorée et les photos faites, nous montons vers le cairn Sud-04.
Après la pause, nous attaquons la descente à travers la forêt des arbres morts vers le trou du loup.
C’est un piège construit par les anciens : un grand trou creusé en travers du sentier. Au fond, des piques était plantées à la verticale. Le tout était recouvert de feuillages, branchages, … L’histoire ne rapporte pas de cas d’un loup tombé et empalé sur les piques mais aujourd’hui, le piège est désactivé. Les piques ont été retirées de même que les branchages et feuillages. On voit donc très bien le trou.
Nous continuons et rejoignons la Piste du Trou du Loup (si on ne sait pas si le piège a fonctionné au moins une fois, il est resté célèbre !) que nous allons suivre jusqu’à la zone de la plage et des rochers plats.
Nous nous y installons pour le pique-nique, un peu de repos …
On en sait pas si elle est mal sortie de sa sieste mais une randonneuse décide de tremper ses pieds dans l’eau. Aussitôt les chaussures retirées, elle s’approche de l’eau et glisse dedans. C’est donc un poisson fort inhabituel que Daniel doit sortir de l’eau avec la laisse de la star du jour. Sans la laisse, il est possible que je sois revenu avec une randonneuse de moins et cela aurait été regrettable … pour les statistiques.
Bien entendu, la décence m’interdit totalement de préciser que la seule personne tombée à l’eau était la seule blonde du groupe. Non, on ne dit pas ces choses-là qui alimentent des stéréotype, des clichés sexistes et il n’est pas question de faire ce genre de chose ici, non c’est pas du tout mon style.
On reprend donc notre randonnée le long de la rivière (oui je sais, on aime prendre des risques) jusqu’au barrage du Trou du Loup (quand je disais que le trou était célèbre !).
Après une pause, on attaque la partie des gorges de du ruisseau. C’est magnifique et un instant, d’en haut on voit un trou d’eau où nous nous étions baignés avec Dominique lors d’une autre randonnée. Oui, pour nous c’était volontaire.
Après les gorges, nous sommes presque au village. Le temps de passer les deux gués et nous sommes au goudron que nous suivons jusqu’aux voitures.
Merci à toutes et tous les randonneurs venus m’accompagner sur ce circuit que je connais tant mais où l’on peut encore découvrir des alternatives, ici et là !
Merci aussi pour la franche rigolade du plouf !

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude mini : 285 m
  • Altitude max : 516 m
  • Dénivelé cumulé : 267 m
  • Géocaches : 8

Les photos :


 

Le relive de Daniel :

https://www.relive.cc/view/vxOQAXA4GMO

84 – St Saturnin lès Apt – RandoCool – La combe de Font Jouvale – 22 février – 395e

84 – St Saturnin lès Apt

RandoCool

La combe de Font Jouvale

22 février 2020

Le résumé :

Le petit groupe se retrouve comme prévu au hameau des Cordiers, sur la commune de Saint Saturnin lès Apt.

Nous attaquons très tranquillement notre RandoCool le long de vignes.

Bientôt un très court raidillon nous rappelle que la Terre n’est pas plate partout.

Plus haut, sur la piste, un pic-vert attire notre attention sans que l’on réussisse à le voir et que Daniel ne l’immortalise sur une photo.

Nous arrivons à la croix de lave où nous replaçons une géocache en accord avec le poseur car celle d’origine a disparue … comme nous le ferons également plus loin.

Plus loin, c’est bien sur la partie gauche que nous remontons de nouvelle vignes afin de passer par un borie maçonnée avec cheminée et conduit.

Nous continuons et nous arrivons à l’entrée de la combe de Font Jouvale.

Le riou de Font Jouvale a creusé son lit dans le versant sud des monts de Vaucluse pour déboucher dans la vallée du Calavon. Le site est classé réserve biologique.

Du sud au nord, la combe à la forme d’un « Y ». Elle se divise à la moitié de sa longueur en deux avec côté ouest la combe de la Sigalière et côté est le ravin du Grand Marignan.

J’ai déjà organisé une randonnée dans la combe du Grand Marignan. Nous resterons donc pour cette sortie, dans la partie la plus au sud de la combe de Jouvale.

Dans cette combe, de nombreux abris sous roche, des baumes, ont été creusés par l’érosion. Certains d’entre eux ont été habités durant la préhistoire et la protohistoire.

En remontant la combe, nous trouvons un resserrement des flancs formant un défilé.

Dans la falaise de la rive droite s’ouvre un impressionnant porche d’environ 40 m de largeur pour autant de hauteur. Sa profondeur excède les 15 m. il s’ouvre environ 50 m au dessus du fond de la combe. Son sol est formé de plusieurs terrasses superposées et surtout … elle abrite la troisième et dernière cache du jour.

Alors qu’une partie du groupe préfère rester en bas, le reste du groupe attaque l’escalade qui va nous permettre de visiter ce lieu particulièrement grand. Combien de gens pouvaient l’occuper à l’ère préhistorique ? Nous ne le saurons jamais mais la cache, nous la trouvons !

Nous redescendons et reprenons la piste qui va nous faire côtoyer plusieurs autres baumes que nous visiterons, sauf celle à l’entrée en triangle car elle est déjà en cours de visites par des VVtistes et celles trop hautes et difficiles d’accès.

Bientôt la piste se transforme en sentier et fusionne avec le court d’eau à sec.

Il faut quitter cet endroit très agréable et le groupe prend le sentier qui permet de remonter, oui, remonter … un peu raide mais pas très long, heureusement.

Après une pause une fois arrivés en haut, en bordure de la route, nous la longeons sur une vingtaine de mètre avant de la quitter par le sentier qui mène à Font Jouvale.

Avant d’arriver au hameau, nous sommes devant une interdiction pour propriété privée et nous revenons en arrière pour prendre le petit sentier que nous n’avions pas vu et qui longe la propriété sans y entrer.

Juste avant le hameau, nous prenons, sur la gauche un petit raidillon qui nous mène à une belle piste, qui, tranquillement, nous amène à l’altitude maximum de notre randonnée, à la côte 545 où le support d’une croix, aujourd’hui disparue, nous interpelle pour le pique-nique.

Installés autour, nous nous restaurons en regrettant que la vue n’est pas à 360°. Si la vue au nord est un peu large, les arbres masque toute la vue côté sud et sur les côtés ouest et est.

La première partie de la journée s’étant passée sans problème et les baumes rapidement explorées, nous avons pas mal de temps devant nous pour la redescente et décidons de changer un peu notre itinéraire.

Au lieu de repartir plein sud vers la D115, nous décidons de repartir vers le sud-ouest et gagner la chapelle ste Madeleine.

La descente est un peu casse-gueule car de nombreuses pierres semblent prendre du plaisir à rouler sous nos pieds dans cette partie où la pente est forte mais nous arrivons tous entiers à la chapelle. Sa visite est très agréable car elle a été restaurée récemment et elle est magnifique.

Nous reprenons notre marche par une piste qui longe la route et à l’oratoire St Marc, nous la traversons pour bientôt reprendre notre itinéraire initialement prévu, près du Mourre Clament.

Nous bifurquons et la piste nous ramène au hameau quitté le matin que nous traversons pour regagner nos voitures.

Après le rituel thé de fin de rando, c’est à regret que le groupe se sépare car la journée ensoleillée a été très agréable, les baumes majestueuses et l’ambiance particulièrement amicale.

geocacheuse1

La carte :

 

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 11 km
  • Altitude mini : 271 m
  • Altitude max : 530 m
  • Dénivelé cumulé : 300 m
  • Géocaches : 3

 

Mes photos :

Cliquez ici

Le 360° :

Cliquez ici

Les photos de Daniel :

Cliquez ici

Le relive de Daniel :

Cliquez ici

04 – Digne les Bains – RandoCool – Les 3 chapelles et le centroïde des Alpes de Haute Provence

04 – Digne les Bains

RandoCool

Les 3 chapelles et le centroïde des Alpes de Haute Provence

Le résumé :

Le groupe se retrouve à 10 h 00 sur le parking Saint-Jean Chrysostome pour la partie la moins intéressante, mais au moins on en sera débarrassé, la partie goudronnée.

Nous prenons donc le boulevard Saint-Jean Chrysostome jusqu’à Notre Dame du Bourg pour un arrêt photos puis la Rue du Souvenir français (D900) jusqu’au camping.
A peu près au niveau du camping, le groupe quitte enfin la partie goudronnée pour attaquer tranquillement la montée.

Au premier croisement, un sentier monte vers la chapelle St Vincent mais pour l’avoir déjà pris, je sais que c’est raide et court. En continuant, j’ai vu sur la carte que nous pouvons avoir un passage plus agréable et un peu plus lo,ng. Le dénivelé sera le même mais étalé sur une plus grande distance … et sur une piste, pas sur un sentier. Je préfère les pistes plus propice à la discussion entre les randonneur que les sentiers où le fait de se suivre limite la papote.

Arrivés à la chapelle, les géocacheurs se lancent à la recherche de la boite de Colibri0822 qui a normalement disparue. Je m’était engagée auprès de cette ancienne randonneuse du groupe à lui mettre en place une nouvelle boite. Surprise, sa boite, pourtant non trouvée à plusieurs reprises est toujours là.

Après quelques photos de la chapelle St Vincent (http://www.plus.randomania.fr/les-trois-chapelles-de-digne/) nous attaquons la partie la plus raide du jour, la montée vers la Croix.

Arrivés à la chapelle de la Croix (http://www.plus.randomania.fr/les-trois-chapelles-de-digne/), ses 870 m d’altitude (le sommet de la randonnée) et la géocache trouvée une mutinerie s’installe dans le groupe entre ceux qui veulent continuer pour manger à la géocache suivante et ceux qui trouvent l’endroit très accueillant pour pique-niquer ici. Je ne peux que convenir que le petit muret offre un banc xxl pour les randonneur et je décide que ce sera ici que nous reprendrons des forces.

Après le pique-nique, nous attaquons la descente mais bientôt, il nous faut remonter un peu pour atteindre le centre du département et sa géocache (et oui encore) qui a disparue. Je la remplace et nous attaquons maintenant la longue, longue descente vers la chapelle Notre Dame de Lourdes (une reproduction dont l’histoire nous est contée ici : http://www.plus.randomania.fr/les-trois-chapelles-de-digne/).

Après de nouvelles photos, nous finissons la descente vers Digne les Bains et nos voitures.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 8 km (et de nombreuses pauses)
  • Altitude mini : 604 m
  • Altitude max : 870 m
  • Dénivelé cumulé : 310 m
  • Géocaches : 3

Mes photos :

Le relive de Daniel :

 

Les photos de Daniel :



(cliquez sur lui)

et merci à toi pour les partages !

04 – Saint Michel l’Observatoire – RandoCool – La carrière – 11 janvier – 389e

04 – Saint Michel l’Observatoire
RandoCool
La carrière
11 janvier 2020

 

Le résumé :

Le groupe de 10 personnes se retrouve sur le parking du village de Saint Michel l’Observatoire pour gagner le moulin à huile dit « à sang ». Cette appellation vient du fait que c’est un animal qui actionne la meule, pas le vent, l’eau, …

Nous arrivons rapidement au lavoir du Barri, lavoir principal du village où le linge des malade est interdit.

Nous quittons enfin le village vers le cimetière mais attention, il fait froid et la pente est verglacée. ça glisse !!

Nous passons la rivière Rimourelle et remontons maintenant sur l’autre vallon. Nous sommes bientôt devant une maison qui porte une girouette des plus originales : un chasseur tirant sur un sanglier qui lui fonce dessus.

Après quelques ratés dans la directions à suivre (oui, je sais, j’ai mis ça sur le fait de parler et d’être distrait, mais tout le monde sait bien que je parle peu, très peu, et que je souhaitais juste ralentir le groupe et éviter d’arriver trop tôt à la carrière), nous arrivons à cette tour de Porchères où le groupe s’arrête le temps de faire quelques photos.

Encore une fausse route pour quelques dizaines de mètres et nous arrivons à la carrière de Mane. Cette carrière, j’y suis passé récemment et elle est quelques fois identifiée comme carrière à meules, mais je n’y avais vu que des découpes de blocs. D’après une vue aérienne, il semble que je n’avais pas exploré toute la zone et souhaitais y retourner.

Le groupe se sépare alors et chacun a une demie-heure pour explorer à son rythme, à sa guise cette carrière où des gaffeurs ont créé des œuvres avec un talent variable, très variable.

Pour la partie au sud de la zone où j’étais déjà passé … des fils électriques dissuadent l’entrée. Pour les zones autour de la zone où j’étais passé, rien de plus à voir. La seule surprise vient d’une peinture toute récente qui mérite bien quelques photos.

Après le pique-nique, nous reprendrons par l’ouest et la montée tranquille du Petit Sauvan jusqu’au Jas de Porchères et au-delà, sans s’arrêter à la chapelle Saint Jean de Fuzils. Nous continuons par la route jusqu’à la D305 que nous quittons pour le lavoir de la Marceline, l’autre lavoir du village qui avait la particularité d’être réservé au lavage du linge des malades.

Nous remontons au village, passons à nouveau devant le lavoir du Barri puis gagnons la fontaine du village, le magnifique cadran solaire de l’église et arrivons bientôt à nos voitures où le rituel thé de fin de RandoCool est partagé.

Pour certains, la journée n’est pas finie puisque une voiture se dirige vers Mane et une zone où plusieurs bories sont construites. Quelques photos allongent donc les photos de la randonnée.

La carte :

Notre itinéraire
Données techniques :
  • Longueur : 8,3 km (sans les errements dans la carrière pour sa visite)
  • Altitude mini : 472
  • Altitude max : 585
  • Dénivelé cumulé : 220 m
Mes photos :

La vidéo montée avec les photos :

83 – Esparron – RandoCool – Le Train des Pignes Central-Var – 8 juin 2019 – 375e

83 – Esparron – RandoCool
Le Train des Pignes Central-Var

375e – 8 Juin 2019

La carte :

Le programme :

Nous nous retrouverons à Esparron de Pallières pour gagner Saint Martin de Pallières et retour par l’ancien tracé du Train des Pignes Central-Var

Les informations techniques :

  • Longueur : 9 km
  • Altitude Mini : 375 m
  • Altitude Maxi : 482 m
  • Dénivelé cumulé du parcours : 158 m
  • Géocaches : 8
  • Waymarks : Plusieurs

La trace de la RandoCool : 

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), le pique-nique, un verre, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques, un couvre-chef, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de « courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Les chiens :

Nos amis à 4 pattes pourrons nous accompagner mais resterons sous la responsabilité exclusive de leur maître

Retour en haut ↑