04 – Gréoux les Bains – Rand’eau – Le canal du Verdon – 20 mars 2021 – 427e

04 – GRÉOUX LES BAINS
RAND’EAU
LE CANAL DU VERDON

20 mars 2021

Le résumé :

Le lac d’Esparron est une retenue artificielle créée par la construction du barrage de Gréoux-les Bains, sur le cours du Verdon entre le département des Alpes-de-Haute-Provence et celui du Var, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, France

Ce lac a une superficie de 3,28 km2 pour un volume de 80 millions de m3.

Nous sommes partis de de la plage St Julien, à Gréoux les Bains pour passer très rapidement sur la commune de St Julien du Verdon, dans le Var et suivre le bord de l’ancien canal du Verdon jusqu’où il est possible de le suivre, quelques distance d’une .écluse. Nous sommes revenus face à Esparron de Verdon, pour nous installer sur des rochers et pique-niquer les pieds dans l’eau.

Après quelques photos des tunnels du canal, nous sommes revenus par le même chemin, le long du canal.

L’essentiel de cette randonnée se fait sur du plat, sauf quand on arrive aux tunnels et où l’on le sentier nous fait passer au-dessus.

La carte :

Récupération de la trace GPS de la sortie :

On peut la récupérer depuis le site RouteYou

Estimations :

  • Distance : 9 km
  • Altitude minimum : 360 m
  • Altitude maximum : 417 m
  • Dénivelé : très faible
  • Géocaches : 5 ( GC6T3ZBGC6RCY2, GC6RCXZ, GC4M9VF et GC4KTK3)  attention certaines demandent une analyse préalable !   et deux autres à venir
  • Indice de difficulté :

Les photos :

La vidéo :

La photo à 360°

Cliquez pour voir le 360°
Cliquez pour voir le 360°

04 – Oraison – RandoCool – Circuit géocaching – 30 janvier 2021 – 418e

04 – Oraison
RandoCool
Circuit géocaching
30 janvier 2021

Le déroulement :

Notre petit groupe se retrouve, non pas au parking proposé mais près de la maternelle.

Pour les photos, ce ne sera pas terrible car la lumière ne l’est pas, on a des nuages gris, …

Les restrictions imposent que nous ne soyons que 6 et nous respectons cette limitation pour partir à l’assaut de cette colline et de ses nombreuses caches.

Dans l’ensemble cette chasse à la boite nous a bien amusée. Les caches sont assez variées, juste ce qu’il faut à l’écart des sentiers. On a eu quand même de mauvaises surprises en découvrant certaines caches particulièrement petites au milieu de nulle part, où de bien plus grosses auraient pu être posées. Ce n’est pas tant la boite qui a gêné mais le logbook très, très petit et bizarrement dans la largeur et pas dans la longueur !
1 cm pour écrire son nom, c’est light, très light.

J’ai profité de notre sortie pour ressusciter une cache posée en 2014 par Biboux et qui vient compléter cette série mais en utilisant la technique du viser-rallier, c’est plus rare !

Sur la cache de Tarzan, ayant trouvé la boite très rapidement, j’ai vu que tous mes compagnons sont en train de chercher. Je ne dis rien, ostensiblement, je sors le journal de visite, je le signe, je sors l’un de mes blasons de ma poche, je le rajoute à la boite et je remets le tout en place pendant que les autres continuent leur recherche. J’attends encore un peu, pour le fun, et je fini pas leur dire que c’est trouvé, logué et replacé. Evidemment, je me fais engueuler. 😦

La bonne humeur règle dans le groupe, pour le plus grand plaisir de l’organisateur.

Sur la fin, la pluie vient nous rejoindre et nous fait échouer sur l’une des caches.

La Carte :

Notre randonnée

Estimations :

  • Distance : 10 km
  • Altitude minimum : 365 m
  • Altitude maximum : 543 m
  • Dénivelé : 29 dont 28 trouvées !

Le géocaching :

Le géocaching est une activité de loisir pour laquelle, à partir de coordonnées et d’indices, il faut trouver des boites cachées. C’est une chasse au trésors des temps modernes

Les photos (pas terrible à cause du temps) :

La vidéo montée avec les photos (pas plus terrible !) :

Vous souhaitez participer à une de mes sorties et faire du géocaching ?

Vous pouvez vous y inscrire gratuitement depuis le site : https://www.toutes-mes-sorties.com,
Mon nom de membre est YvesProvence
Toutes mes Sorties est un site internet où chacun peut gratuitement proposer une sortie et où chacun peut tout aussi gratuitement s’inscrire pour y participer.
Attention car en ce moment le nombre de places reste limité à 6 pour raison de crise sanitaire et de décret limitant tout sorties publiques à ce chiffre de 6 tout en permettant que les gens s’entassent dans les supermarchés avant qu’ils ne ferment tous les soirs à 18 h 00

04 – Cereste – RandoCool – De Cereste à Montjustin – 16 janvier 2021 – 416e

04 – Cereste
RandoCool
De Cereste à Montjustin
16 janvier 2021 – 416e

Le résumé de la journée

Le groupe se forme en deux endroits (une partie n’a pas suivi les instructions) mais se regroupe en un seul juste au moment du départ.
Ce coup-ci, personne, malgré le froid, ne cherche à me mettre une fessée pour se réchauffer les mains et je m’en félicite.
Nous suivons le GR4-GR97 et démarrons par passer par l’église, le cimetière puis une route en sous-bois où l’elfe de la Roque, prince de la forêt, nous assure protection (voir photos)
Nous attaquons une montée sur une piste très ravinées et très déformée et bientôt nous sommes sur le chemin de la crête que nous suivons l’Ecrème sur notre gauche et l’Aiguebelle sur la droite. Au loin, nous voyons Reillanne.
Arrivés à Montjustin, nous visitons le village et prenons quelques photos du magnifique cadran solaire, de ce qui reste du château de Luzerne (en ruine), et des fortifications romanes où nous décidons de faire la pause du pique-nique.
Nous repartons et passons au cimetière où sont enterrées quelques personnalités : Henri Cartier-Bresson, Lucien Jacques, Lucienne Desnoues, Serge Fiorio, …
Nous attaquons la descente, côté nord dans une forêt dont certains arbres sont magnifiques et nous ont séduits le temps de faire quelques photos.
De retour vers Cereste, nous empruntons brièvement une partie du chemin du matin mais bientôt nous bifurquons plein nord pour gagner l’ancienne gare du tracé ferroviaire du Calavon. Nous suivons un temps une route parallèle à l’ancienne voie mais au pont roman (et pas romain !), nous revenons vers la ville par la chapelle Notre Dame de la Piété.
De retour aux voitures, le rituel thé de fin de randonnée est partagé entre les randonneurs.

Les données techniques :

  • Distance : 11 km
  • Altitude minimum : 364 m
  • Altitude maximum : 562 m
  • Dénivelé : 280 m
  • Géocaches : 4

La Carte :

Notre itinéraire

La vidéo Youtube montée avec les photos :

Les photos :

La photo à 360° :*

C’est par ici, sur le site Teliportme

La trace GPS :

C’est par ici sur RouteYou

83 – Rians – MiniRandoCool – La colline de St Pierre – 9 janvier 2021 – 415e

83 – Rians

MiniRandoCool

La colline Saint Pierre

9 janvier 2021

Blason ville fr Rians (Var)

Le résumé:

Nous étions 8 randonneurs pour une promenade vers la colline Saint Pierre, à Rians.
Avant le départ, j’ai fait un petit tour dans la ville pour quelques photo d’un mur peint, face à la mairie.
La rando, démarre dans le froid. Non, je ne dirai pas qui voulait me mettre une fessée, non pas que j’ai dit ou fait quelque chose de mal … non juste pour se réchauffer les mains …. L’histoire ne dit pas si moi aussi j’aurai eu le droit de lui mettre aussi une fessée.
Cette sortie sur le thème du géocaching (merci Tineochris) a été très agréable pour le parcours d’abord et pour la vue complètement dégagée en haut de la colline.
Le départ, sur une piste plate précède une montée sur un petit sentier. Arrivés sur la crète, une fois encore on constate que la météo est beaucoup plus fiable pour annoncer le temps qu’il a fait que pour prédire le temps qu’il fera car à la place de la pluie, nous avons eu un temps magnifique et une vue dégagée à 360° sur très, très loin !
La crète, une montagne russe, précède l’arrivée à la chapelle St Pierre où nous nous installons pour le pique-nique.
Après la pause (et le rhum arrangé), la descente de la colline est assez délicate car le terrain est bien plus accidenté puis le reste se passe en douceur dans la joie et la bonne humeur.

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 7 km
  • Altitude mini : 321 m
  • Altitude max : 531 m
  • Dénivelé cumulé : 214 m
  • Géocaches : 13 !!!

Les photos

Une photo à 360° :

Cliquez sur la photo et faites glisser la souris dans un sens ou l’autre pour tourner

04 – Entrepierres – RandoCool et Rand’eau – Les gorges du Vançon – 18 juillet 2020

04 – Entrepierres
RandoCool et Rand’eau
Les gorges du Vançon

18 juillet 2020

 

Le résumé :

Le petit groupe de 9 randonneurs se retrouve au Pont de la Reine Jeanne pour une journée mixte : forêt et lit du Vançon.

Nous commençons par la grimpette jusqu’au village de Saint Symphorien qui reste

  • dans la mémoire collective pour la première phrase du livre de Pierre Magnan, La folie Forcalquier : « Je venais juste d’acheter le corbillard qui devait faire ma fortune. » car l’achat du corbillard en question vient de se faire dans ce village.
  • dans la mémoire historique comme étant le village qui a élevé l’enfant illégitime de la reine Jeanne en échange du pont.

Après quelques photos, la recherche de la géocache, nous attaquons la traversée de la forêt.

Après une erreur de bifurcation, le groupe décide de poursuivre sur ce nouvel itinéraire qui doit nous faire rejoindre notre itinéraire initial plus loin. Mal nous en coûte car par ici, une partie du chemin a été emporté par un éboulis et le passage est particulièrement délicat. Après une assistance générale d’une randonneuse en difficulté, nous repartons vers le village abandonné de Vigoureux où nous passons le gué pour attraper la piste qui nous permet d’atteindre le bord du Vançon.

Nous nous changeons et c’est bientôt un groupe de rand’eaunneur qui s’engage dans la rivière.

L’hivers a été particulièrement inspiré et a changé bien des endroits que je pensais pourtant connaître. Des passages difficiles sont devenus faciles. D’autres généralement aisés sont devenus délicats.

A la confluence, nous respectons la tradition et tout le monde passe en maillot sous la cascade pour la série de photo dans une ambiance particulièrement amusante.
Nous reprenons par les passages les plus sensibles : les cascade, le toboggan, … Après cette zone, la rivière redevient calme et nous pouvons à nouveau progresser tranquillement.

Aie … l’une des participantes chute et se blesse à la cheville.

Nous continuerons à allure plus réduite mais nous finirons tous en vue du pont de la reine Jeanne et la fin de la randonnée.



Estimations :
  • Longueur : 12 km
  • Altitude minimum : 524 m
  • Altitude maxi : 710 m
  • Dénivelé cumulé : 305 m
  • Géocaches : 5
Mes photos :

Les photos de Daniel :

La vidéo montée avec les photos :

 

Mon relive de la journée :
Relive

 

04 – Corbières – RandoCool – Le Trou du Loup – 16 mai 2020 – 396e

04 – Corbières

RandoCool

Le Trou du Loup

16 mai 2020

Blason Corbieres

Le déroulement :

Le petit groupe de 9 randonneurs et une chienne (les règles post-confinement imposent une limite à 10 randonneurs) se retrouve à Corbières, près de la salle des fêtes.
Cette chienne sera notre mascotte du jour.
Nous attaquons cette randonnée par la montée vers la chapelle Saint Brice en respectant les distances entre les randonneurs.
Arrivés à la chapelle, je remplace la géocache qui a disparue et nous continuons mais l’habitude de parler l’emporte sur le respect des distances pourtant imposées par les nouvelles règles de la randonnée post-confinement. J’en vois qui marchent en papotant côte à côte.
Nous suivons le sentier jusqu’au carrefour du Coucou où une autre cache a disparue. Je la remplace.
Un vététiste nous signale une alternative à la piste que nous devons suivre et décidons de l’écouter.
On attaque donc un petit sentier qui longe la piste. Bientôt un choix se pose aux randonneurs : le sentier bien visible monte au sommet de la Bouissière et le chemin est raide, très raide … mais, mais en zig-zag, on voit une autre possibilité. C’est donc en panachant ici ou la, sentier raide et zig-zag que nous arrivons en haut et nous profitons d’une très belle vue. C’est un peu la même que depuis la piste mais sans ces câbles électriques qui défigurent la forêt, car nous sommes bien plus haut.
Après la montée, évidemment c’est la descente, en croisant 3 vététistes très courageux car de leur côté c’est plus raide que du notre et si maintenant, pour nous, ça descend, pour eux, ça monte sur un sentier un peu défoncé par les ravinements d’eau.
Nous arrivons bientôt au carrefour des pistes et sentier, puis à la zone où est exposée l’oeuvre « Et la colline reverdira », des poteaux en bois sculptés grossièrement et éparpillés.
Une fois la zone explorée et les photos faites, nous montons vers le cairn Sud-04.
Après la pause, nous attaquons la descente à travers la forêt des arbres morts vers le trou du loup.
C’est un piège construit par les anciens : un grand trou creusé en travers du sentier. Au fond, des piques était plantées à la verticale. Le tout était recouvert de feuillages, branchages, … L’histoire ne rapporte pas de cas d’un loup tombé et empalé sur les piques mais aujourd’hui, le piège est désactivé. Les piques ont été retirées de même que les branchages et feuillages. On voit donc très bien le trou.
Nous continuons et rejoignons la Piste du Trou du Loup (si on ne sait pas si le piège a fonctionné au moins une fois, il est resté célèbre !) que nous allons suivre jusqu’à la zone de la plage et des rochers plats.
Nous nous y installons pour le pique-nique, un peu de repos …
On en sait pas si elle est mal sortie de sa sieste mais une randonneuse décide de tremper ses pieds dans l’eau. Aussitôt les chaussures retirées, elle s’approche de l’eau et glisse dedans. C’est donc un poisson fort inhabituel que Daniel doit sortir de l’eau avec la laisse de la star du jour. Sans la laisse, il est possible que je sois revenu avec une randonneuse de moins et cela aurait été regrettable … pour les statistiques.
Bien entendu, la décence m’interdit totalement de préciser que la seule personne tombée à l’eau était la seule blonde du groupe. Non, on ne dit pas ces choses-là qui alimentent des stéréotype, des clichés sexistes et il n’est pas question de faire ce genre de chose ici, non c’est pas du tout mon style.
On reprend donc notre randonnée le long de la rivière (oui je sais, on aime prendre des risques) jusqu’au barrage du Trou du Loup (quand je disais que le trou était célèbre !).
Après une pause, on attaque la partie des gorges de du ruisseau. C’est magnifique et un instant, d’en haut on voit un trou d’eau où nous nous étions baignés avec Dominique lors d’une autre randonnée. Oui, pour nous c’était volontaire.
Après les gorges, nous sommes presque au village. Le temps de passer les deux gués et nous sommes au goudron que nous suivons jusqu’aux voitures.
Merci à toutes et tous les randonneurs venus m’accompagner sur ce circuit que je connais tant mais où l’on peut encore découvrir des alternatives, ici et là !
Merci aussi pour la franche rigolade du plouf !

geocacheuse1

La carte :

Notre itinéraire

geocacheur1

Estimations :

  • Longueur : 10 km
  • Altitude mini : 285 m
  • Altitude max : 516 m
  • Dénivelé cumulé : 267 m
  • Géocaches : 8

Les photos :


 

Le relive de Daniel :

https://www.relive.cc/view/vxOQAXA4GMO

04 – Saint Michel l’Observatoire – RandoCool – La carrière – 11 janvier – 389e

04 – Saint Michel l’Observatoire
RandoCool
La carrière
11 janvier 2020

 

Le résumé :

Le groupe de 10 personnes se retrouve sur le parking du village de Saint Michel l’Observatoire pour gagner le moulin à huile dit « à sang ». Cette appellation vient du fait que c’est un animal qui actionne la meule, pas le vent, l’eau, …

Nous arrivons rapidement au lavoir du Barri, lavoir principal du village où le linge des malade est interdit.

Nous quittons enfin le village vers le cimetière mais attention, il fait froid et la pente est verglacée. ça glisse !!

Nous passons la rivière Rimourelle et remontons maintenant sur l’autre vallon. Nous sommes bientôt devant une maison qui porte une girouette des plus originales : un chasseur tirant sur un sanglier qui lui fonce dessus.

Après quelques ratés dans la directions à suivre (oui, je sais, j’ai mis ça sur le fait de parler et d’être distrait, mais tout le monde sait bien que je parle peu, très peu, et que je souhaitais juste ralentir le groupe et éviter d’arriver trop tôt à la carrière), nous arrivons à cette tour de Porchères où le groupe s’arrête le temps de faire quelques photos.

Encore une fausse route pour quelques dizaines de mètres et nous arrivons à la carrière de Mane. Cette carrière, j’y suis passé récemment et elle est quelques fois identifiée comme carrière à meules, mais je n’y avais vu que des découpes de blocs. D’après une vue aérienne, il semble que je n’avais pas exploré toute la zone et souhaitais y retourner.

Le groupe se sépare alors et chacun a une demie-heure pour explorer à son rythme, à sa guise cette carrière où des gaffeurs ont créé des œuvres avec un talent variable, très variable.

Pour la partie au sud de la zone où j’étais déjà passé … des fils électriques dissuadent l’entrée. Pour les zones autour de la zone où j’étais passé, rien de plus à voir. La seule surprise vient d’une peinture toute récente qui mérite bien quelques photos.

Après le pique-nique, nous reprendrons par l’ouest et la montée tranquille du Petit Sauvan jusqu’au Jas de Porchères et au-delà, sans s’arrêter à la chapelle Saint Jean de Fuzils. Nous continuons par la route jusqu’à la D305 que nous quittons pour le lavoir de la Marceline, l’autre lavoir du village qui avait la particularité d’être réservé au lavage du linge des malades.

Nous remontons au village, passons à nouveau devant le lavoir du Barri puis gagnons la fontaine du village, le magnifique cadran solaire de l’église et arrivons bientôt à nos voitures où le rituel thé de fin de RandoCool est partagé.

Pour certains, la journée n’est pas finie puisque une voiture se dirige vers Mane et une zone où plusieurs bories sont construites. Quelques photos allongent donc les photos de la randonnée.

La carte :

Notre itinéraire
Données techniques :
  • Longueur : 8,3 km (sans les errements dans la carrière pour sa visite)
  • Altitude mini : 472
  • Altitude max : 585
  • Dénivelé cumulé : 220 m
Mes photos :

La vidéo montée avec les photos :

84 – Avignon – Géocaching, Waymarking et Space Invaders – 383e – 5 octobre 2019

Géocaching, Waymarking et Flash Invader à Avignon

5 octobre 2019

 

Le programme :

Avignon recèle des secrets que vous ne connaissez sûrement pas !Je souhaite passer la journée dans la ville à me livrer au géocaching, au waymarking et au flash Invader.

Le géocaching est une chasse au trésor des temps modernes On la pratique avec un GPS, un smartphone et de l’astuce.

Le waymarking est un safari photo auquel on se livre généralement en ville.

Le flash Invader … c’est plus compliqué à expliquer mais Invader est un artiste qui a laissé des traces de ses passages dans de nombreuses villes. Nous devrons retrouver ses traces.Vous l’avez compris, pour cette journée, on oublie les cartes classiques qu’utilisent les touristes. On ne cherchera pas les mêmes choses et c’est sans doute une autre façon de découvrir la ville que je vous propose.

La carte :

Plan d'Avignon

Les informations techniques :

  • Longueur : 10 km (environ) dans la ville

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • La sortie est gratuite mais si vous prévoyez de co-voiturer, le passager doit prévoir de la la monnaie
  • On pense à prendre de l’eau, la tenue de randonnée adaptée aux conditions climatiques et à la marche en ville, bonne humeur indispensable
  • Appareil photo et jumelles conseillées
  • Je ne sais pas où nous mangerons ni si nous prendrons un sandwich ou un petit restau, cela dépendra du groupe. On part à l’aventure.

Attention :

  • La sortie est destinée à ceux qui souhaitent parcourir la ville en partant à gauche, à droite à la recherche de mes indices pour les 3 jeux. Si certains veulent découvrir la ville de façon plus académique, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine d’autres sorties plus adaptées.
  • La sortie n’est pas destinée à ceux qui connaissent déjà très bien la ville et vont vouloir sans cesse que l’on bifurque pour voir ceci, que l’on tourne pour voir cela. Je veux découvrir Avignon à travers mes jeux de pistes.
  • Je ne connais pas la ville. Je viens justement pour ça avec mon GPS et toutes les coordonnées à trouver.

04 – Forcalquier – A la recherche du trésor de Guillaume de Sabran – 28 septembre 2019 –

04 – Forcalquier

A la recherche du trésor de Guillaume de Sabran

28 septembre 2019

Vous êtes le descendant de Guillaume de Sabran, dernier conte de Forcalquier et vous venez de trouver, dans les archives de votre aïeul, un parchemin menant à son trésor.

Saurez-vous, en visitant la ville, relever les indices qui vont vous mener au trésor caché de votre ancêtre ?

Je vous propose un itinéraire à travers la ville pour la découvrir.

Je ne suis ni guide, ni accompagnateur professionnel, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …

Cette sortie n’est conseillée qu’à des personnes aptes à marcher plusieurs heures … mais tranquillement.

—————————————————————————–

Heu … il n’y a rien à gagner si ce n’est le plaisir de passer un après midi ensemble dans les rues de la ville.

04 – Sourribes – Rand’eau dans le Vançon – 31 août 2019 – 381e

04 – Sourribes – Rand’eau
Les gorges du Vançon

31 août 2019

 

Le déroulement :

TOUT LE GROUPE se retrouvera au Pont de la Reine Jeanne (D217, 04200 Entrepierres (N44.187194 E6.043696 )).
Dans chaque voiture il devra y avoir autant de places libres que de places occupées car nous laisserons la moitié des voitures ici, le reste des participants se regroupant dans les autres voitures pour gagner Sourribes et le lieu de départ de la rand’eau (randonnée aquatique).
Nous nous engagerons dans le lit du Vançon pour le remonter.
Nous aurons de l’eau majoritairement aux chevilles, voir aux genoux avec un court passage avec de l’eau à la poitrine et quelques passages avec des petites chûtes d’eau.
Nous nous arrêterons, ici et là, pour nous baigner dans des trous d’eau.
Nous nous arrêterons pour pique-niquer à un endroit non accord déterminé.
De retour au pont de la Reine Jeanne, dans l’après-midi, après une dernière baignade, nous nous regrouperons dans les voitures pour rallier le point de départ et les voitures laissées le matin.

La carte :

Estimations :
  • Longueur : 6 km
  • Dénivelé cumulé : 200 m
  • Géocaches : 4
Recommandations particulières :
  • On regarde attentivement l’itinéraire à suivre pour anticiper tous les incidents de parcours (y compris les invasions d’aliens) jusqu’au point de départ et POUR ÊTRE A L’HEURE AU RENDEZ-VOUS (le groupe ne poireautera pas une demi-heure pour attendre les retardataires)
  • On s’assure d’avoir des places libres dans sa voiture pour le transfert du pont vers le départ (soit le matin soit en fin de rand’eau mais il y aura forcément transfert).
  • On prend des chaussures de type vieilles tennis pour la partie aquatique
  • Il est impératif de savoir nager (même s’il n’y a pas beaucoup d’eau, cela reste une randonnée aquatique où des chûtes peuvent arriver.)


L’organisateur se réserve le droit de rejeter la participation de personnes venant avec une voiture pleine, en retard, …

Merci de lire :

  • Mise en garde : Je ne suis pas guide, ni accompagnateur professionnel, je ne représente pas une association, de ce fait je décline toute responsabilité lors de cette sortie en cas de blessure, chute, …
  • On pense à prendre de l’eau (1,5 l minimum), la tenue adaptée aux conditions de cette sortie (maillot de bain, tee-shirt, vieilles tennis, …), le sac de randonnée, le pique-nique, un verre, bonne humeur indispensable.
  • Appareil photo et jumelles conseillées

Attention :

  • Les chemins de randonnées n’étant pas pour moi des pistes de stade, mais un lieu de convivialité et de découverte de la nature, les haltes peuvent être nombreuses, surtout pour des photos et il est hors de question de  »courir » pour arriver le plus vite possible à telle ou telle étape ou à l’arrivée.
  • Si certains pourraient trouver le rythme trop lent et auraient besoin d’aller un peu plus vite (par motivation sportive ou pour un autre rendez-vous, une autre sortie OVS, …) que ne le feraient le guide ou l’ensemble du groupe, je reste persuadé qu’ils trouveront sans peine, sur d’autres sorties, des athlètes à leur niveau.
  • Plus par conviction que par un âge avancé, je préfère ne pas courir mais savourer mes sorties et les relations conviviales avec des compagnons de chemins, de pistes, de sentiers pittoresques.

Nos amis à 4 pattes ne pourrons pas nous accompagner sur cette sortie.

Le lieu de regroupement au pont de la reine Jeanne

Retour en haut ↑